Navigation – Plan du site

Chronique

Dominique Descotes
p. 2-4

Texte intégral

1Comme dans bien d’autres domaines les temps sont aujourd’hui difficiles pour la recherche. Le CIBP, par l’intermédiaire du Centre d’Études sur les Réformes, l’Humanisme et l’Âge Classique (CERHAC), dans lequel il a implanté son équipe de recherche, n’est pas à l’abri des difficultés communes. Par elles-mêmes, les inquiétudes financières n’ont rien de proprement dramatique. En revanche, l’annonce de la fusion des universités Clermont II et Clermont I paraît imposer des contraintes de « visibilité » aux unités de recherche qui conduisent à la formation d’organismes de grosse taille. Il a été proposé au CERHAC de se fondre dans le Centre d’études sur les littératures et la socio poétique, unité d’accueil qui englobe toutes les littératures de l’Antiquité à nos jours. Le souci de l’homogénéité a conduit les membres du CERHAC à préférer conserver son intégration à l’Institut d’histoire de la pensée classique (UMR 5037 du CNRS), aux côtés des universités de Saint-Étienne, de Lyon II et de l’ENS de Lyon, dont les perspectives ne sont pas restreintes à la littérature, mais s’étendent à l’histoire des idées en général, philosophiques, religieuses et scientifiques, ouverture qui convient évidemment au CIBP, en raison des différentes disciplines dans lesquelles Pascal lui-même s’est illustré. Les recherches littéraires sur Pascal ont connu un puissant développement ces dernières décennies, parce qu’elles ont su mettre en contact spécialistes des lettres, de la philosophie, de l’histoire, de la théologie, du droit, mais aussi des mathématiques, de la physique et d’autres disciplines, évitant ainsi de s’enfermer dans des notions et des méthodes purement littéraires que le temps a souvent rendues obsolètes. Les travaux sur les manuscrits et les copies de J. Mesnard, de Pol Ernst et de Y. Maeda ont donné un nouvel élan à ceux des spécialistes de la poétique. Du côté de la théologie, les travaux de Philippe Sellier sur Pascal et saint Augustin, ou la nouvelle édition par Jean Mesnard des Écrits sur la grâce, n’ont pas seulement permis de dépasser les controverses des XIXe et XXe siècles sur le « jansénisme de Pascal », ils ont suscité des études sur les liens de Pascal avec Bernard de Clairvaux, saint Thomas d’Aquin, et saint Jean de la Croix et donné un tour nouveau aux recherches sur sa vision du monde. La décennie 1990 a connu un développement remarquable des recherches d’ordre juridique et politique, marqué par les colloques Droit et pensée politique : de Pascal à Domat et Justice et force : politiques au temps de Pascal. Les travaux qui s’installent aux frontières en tirent un profit évident. On peut évoquer le chapitre de Michel Serres sur Pascal et le point fixe, ou la thèse de Laurent Thirouin sur le modèle du jeu chez Pascal, qui tire parti de l’étude de la géométrie du hasard pour renouveler l’interprétation du pari et de sa portée spirituelle. Cette diversité de perspectives ne profite pas seulement aux études littéraires. La prise en considération du point de vue rhétorique est aujourd’hui chose courante en histoire des mathématiques et de la physique. En d’autres termes, quelles que soient les difficultés du passage de certaines frontières, nous avons la chance que le CIBP anime depuis plus de trente ans une recherche réellement multiple, qui ne se réduit pas à une juxtaposition de disciplines qui persistent à s’ignorer. Des colloques, comme Les Pascal à Rouen, 1640-1648 qui s’est tenu à Rouen en 1999, Pascal Port-Royal Orient Occident tenu à Tokyo en 1988, ou pour remonter aux origines, le colloque fondateur Méthodes chez Pascal (Clermont, 1976), ont amplement profité de cette variété de perspectives. C’est pourquoi notre rattachement au CERHAC et à l’UMR 5037, que dirige actuellement Pierre-François Moreau, demeure une chance dont il faut profiter.

2Le Centre connaît actuellement une évolution significative du fait de la séparation des bibliothèques clermontoises, bibliothèque de l’Université d’une part, et du Patrimoine de l’autre, désormais dirigée par Clermont Communauté. Comme directeur scientifique, j’ai cru nécessaire de chercher à tout prix à conserver la double association du CIBP avec les deux bibliothèques, de manière à ne perdre le contact ni avec les fonds patrimoniaux, ni avec le fonds des ouvrages d’histoire et de critique. Dans cette entreprise, le CIBP a reçu l’aide des deux bibliothèques, qui l’ont aidé à définir des objectifs nouveaux. Nous devons beaucoup aux directeurs qui se sont intéressés à son destin, et qui lui ont permis de traverser cette période assez délicate.

3M. Fabrice Boyer, directeur de la Bibliothèque universitaire, a fait approuver lors du conseil d’administration du Centre la convention qui règle pour cinq ans ses activités. Le texte en a été publié dans le dernier Courrier. C’est aussi sur son initiative qu’a été préparée une extension considérable du retentissement du Courrier du CIBP, par le moyen de son intégration au portail Revues.org. Aux dernières nouvelles, la demande a reçu un avis favorable. Cette intégration au monde des publications en ligne permettra aux internautes d’accéder non seulement aux numéros récents, mais aussi aux livraisons plus anciennes, longtemps épuisées. Les numéros sont en cours de mise en page par M. Begon, secrétaire au CERHAC, qui en a préparé d’ores et déjà une grande partie. Cette mise en ligne n’empêchera pas de poursuivre la publication sous la forme papier habituelle.

4Jean-Paul Oddos, qui a dirigé plusieurs années la bibliothèque du Patrimoine, a dernièrement quitté son poste pour d’autres fonctions. Il a lancé un important programme de numérisation de documents anciens, parmi lesquels plusieurs intéressent directement les amis de Pascal, notamment le Manuscrit 140, qui contient les textes des controverses internes à Port-Royal sur la signature du Formulaire, le manuscrit Usage de la machine, que le CIBP avait découvert et fait acquérir, ainsi que des recueils contenant les Provinciales et plusieurs écrits connexes ; ces documents pourront être consultés sur internet dans un avenir proche. Le successeur de M. Oddos a été désigné, et le CIBP devrait prendre contact avec lui à la rentrée.

5Pour ce qui touche la recherche pascalienne proprement dite, notre dernière manifestation a été le colloque Pascal et la charité, qui s’est déroulé à Clermont les 15 et 16 janvier à la Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand, en présence d’une cinquantaine de personnes, universitaires spécialistes et amis de Pascal, qui ont suivi les exposés et les débats avec constance. Le colloque a reçu le soutien de la ville de Clermont, de la Région et de l’Université Blaise-Pascal, ainsi que du Labex COMOD (Constitution de la modernité), auquel participe l’Unité mixte 5037 du CNRS. Le programme a été composé par Alberto Frigo, jeune philosophe dont les travaux confirment la grande santé des études italiennes sur Pascal, et qui est aussi l’un des piliers assidus du séminaire d’analyse continuelle des Pensées de Pascal depuis plusieurs années. C’est lui qui a balisé en ces termes le champ d’un colloque qui, plutôt qu’à établir une synthèse, visait à ouvrir des pistes nouvelles sur « l’image inédite d’un Pascal qui s’engage à penser la charité ». Dans cette perspective, le colloque a permis de retrouver quelques amis de longue date, comme Pierre Force, qui poursuit sa carrière aux États-Unis, venu à Clermont pour reprendre contact avec des thèmes herméneutiques qui avaient fait l’objet de sa thèse. Nous avons aussi eu le plaisir de retrouver le P. Rafael Solano Duran, venu du Brésil. D’autre part, le colloque nous a permis de lier connaissance avec des nouveaux amis, tel Kenneth Berg. Au cours des conférences, les questions de théologie ont été traitées par Simon Icard (« Jansénius, Pascal et la charité : de l’Augustinus aux Pensées »), Alberto Frigo (« Comme les trois personnes : Bérulle, Condren, Pascal et l’unité de la charité »), et le P. José Rafael Solano Duran (« Grâce, justice et charité : la vraie théologie des commandements chez Pascal »). Michel Le Guern a très utilement balisé le terrain sémantique des travaux des littéraires par un exposé sur « Sens et référence de « charité » chez Pascal ». Laurent Thirouin a traité du sujet paradoxal des « rigueurs de la charité », et Hubert Aupetit, de « la dynamique figurative des Pensées ». J’ai essayé de répondre à la question insoluble de savoir si la charité avait sa place dans l’ordre des esprits. L’ouverture vers des perspectives extérieures au territoire strictement pascalien a été assurée par les exposés de Michael Moriarty sur « Pascal et Malebranche : de la charité à l’amour de l’ordre » et de Kenneth Berg, sur « Pascal dans l’histoire de l’amour : pour une lecture schelerienne des Pensées ». Peut-être pouvait-on regretter que la question des réseaux de charité auxquels participait Port-Royal n’ait été abordée que de biais. Les exposés duraient 40 minutes, ce qui permettait de concilier analyses substantielles et discussions. Les dialogues entre participants ont été denses et fréquents, quoique le caractère assez technique de certains exposés ait parfois dérouté une partie de l’assistance. Cependant les intervalles entre les exposés se sont déroulés dans une ambiance conviviale favorable aux échanges, à laquelle veillaient Yvonne Ricordel, secrétaire des Amis et Correspondants du CIBP, Monique Bourgeois et Hélène Bret dans la salle de travail du Centre d’études sur la Renaissance, l’Humanisme et l’Âge classique. Nous publierons en un seul volume les actes des deux derniers colloques réalisés par le CIBP, qui unira des contributions sur l’infini et sur la charité, deux concepts transversaux qui ont fécondé la pensée de Pascal. Les questions de théologie ne sont du reste pas épuisées. À l’horizon se dessine une journée parisienne sur les Écrits sur la grâce, préparée par Denis Kambouchner, en liaison avec le CIBP.

6Le Centre a établi des relations précieuses avec les membres des UFR scientifiques de l’université Blaise Pascal. La Maison pour la Science en Auvergne a consacré deux journées au « Puy de Dôme au carrefour des sciences » (22-23 mai), au cours desquelles la figure de Pascal a été évoquée. Louis-Pierre Says a entraîné les jeunes professeurs de physique auxquels était destinée cette manifestation, sur les pentes du puy de Dôme, pour visiter l’observatoire situé à son sommet, en discutant, à l’ascension et à la descente, les questions que pose la pratique de la physique. De même, une séance a été organisée par Sylvain Hudlet à l’Université de technologie de Troyes, pour présenter aux étudiants physiciens l’histoire des travaux de Pascal en physique. Récemment une séance du séminaire de Mie Detlefsen, à l’Université Paris-Diderot, a été consacrée à la conception pascalienne de la définition nominale, et à son application.

7Enfin, la réalisation de l’édition électronique des Pensées se poursuit régulièrement. À l’heure actuelle, plus de 430 fragments ont été traités, qui sont accessibles sur le site www.penseesdepascal.fr. Il en reste autant à traiter. Autant dire qu’il y a du pain sur la planche.

8Le présent Courrier donnera une idée de la variété des recherches et des manifestations pascaliennes et péripascaliennes (comme disait Ernest Jovy) de ces derniers temps. L’article de M. Horino présente un développement de la méthode d’analyse de Yoichi Maeda, aujourd’hui bien connue, passant de la lecture du manuscrit en relief à la méthode de « pluri-lecture ». D’autre part, l’étude de V. Jullien permettra de découvrir l’usage que peut faire un épistémologue d’aujourd’hui de l’œuvre de Pascal. Les autres articles rendent compte des manifestations qui se déroulent autour de Pascal dans des contextes divers.

9Enfin, nous cherchons encore et toujours à développer le réseau des amis du CIBP : les membres actuels sont vivement invités à nous en attirer de nouveaux. Nous connaissons tous le dynamisme de l’Italie ; le Brésil et la Russie commencent à former des cellules sur lesquelles nous comptons pour l’avenir. Il faudrait que nous parvenions à susciter un ferment d’études pascaliennes en Chine. Je me permets, pour conclure, de rappeler aux correspondants qui changent d’adresse qu’il est souvent très difficile de rétablir une liaison lorsque les renseignements nécessaires ne nous ont pas été communiqués. Je rappelle aussi que les Amis et Correspondants du CIBP ne vivent pas seulement de l’air du temps, et que les cotisations sont la principale source, sinon la seule, qui permet à l’association de soutenir les actions du Centre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Descotes, « Chronique », Courrier du Centre international Blaise Pascal, 36 | 2014, 2-4.

Référence électronique

Dominique Descotes, « Chronique », Courrier du Centre international Blaise Pascal [En ligne], 36 | 2014, mis en ligne le 03 décembre 2015, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://ccibp.revues.org/310

Haut de page

Auteur

Dominique Descotes

CERHAC, Université Blaise Pascal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Centre international Blaise Pascal

Haut de page
  • Logo Université Clermont Auvergne
  • Logo PUBP (Presses Universitaires Blaise Pascal)
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo IHRIM (Histoire des représentations et des Idées dans les Modernités)
  • Logo POLEN (Pôle éditorial numérique de l'Université Clermont Auvergne)
  • Logo BCU (Bibliothèque Clermont Université)
  • Revues.org