Navigation – Plan du site
Chroniques

La vie de l’Association

Dominique Descotes et Pol Ernst
p. 77-84

Texte intégral

Compte rendu de l’Assemblée générale pour l’année 1992

1L’assemblée s’est réunie vendredi 11 décembre 1992 à 17 h dans le bureau du Conservateur en chef de la B.M.I.U. boulevard Lafayette, sous la présidence de Mme Thérèse Goyet, Présidente, Mme Yvonne Ricordel étant secrétaire de séance.

2Avaient envoyé leurs excuses : MM. Roger Guilliot, maire de Clermont-Ferrand ; Christian Philipp, recteur de l’Académie.

3Étaient effectivement présents : M. Serge Lesbre, conseiller municipal délégué du Maire, Mgr Jean Dardel, évêque de Clermont, pour la presse, Mme Bénédicte Bourcier de Semeur-Hebdo, Mmes et MM. Goyet, Descotes, Durin, Pouzet, Montagne, Pingeot, Leclercq, Mesnard, Mourlevat, Delaunay, Combe René, Sart Marie-Thérèse. Il a été fourni 45 pouvoirs. La Présidente ouvre la séance pour un hommage à la secrétaire Mlle Marie-Thérèse Sart, notre hôtesse, qui va quitter son poste de Conservateur en chef de la BMIU, pour prendre sa retraite le 12 janvier 1993. Elle est un des fondateurs du Centre lui-même qu’elle installa dans sa bibliothèque, et c’est elle qui créa de toutes pièces l’association de soutien. L’Assemblée l’applaudit, lui souhaite une heureuse retraite avec beaucoup de santé et lui demande de rester dans le Comité.

À l’ordre du jour

  1. Lecture du compte rendu de l’A.G. du 6 décembre 1991 : Approbation.

  2. Rapport financier par M. Descotes : le solde créditeur au 9 décembre 1992 se monte à 11 227 F 22. Les recettes consistent en subventions : Universités, CNRS, ville et cotisations valant abonnement au Courrier annuel. Il n’y a guère de vente pour les livres déposés au CIBP. Le rapport financier est approuvé à l’unanimité.

  3. Rapport d’activité : M. Descotes s’efforce que chaque numéro du Courrier annuel comporte un document pascalien inédit. Le numéro à venir (14) comporte une mise à jour sur la santé de Pascal, des études documentaires et des nouvelles de notre actualité pascalienne. Le n° 13 était particulièrement fourni en illustrations. La ville de Clermont-Ferrand décerne annuellement un Prix Blaise Pascal pour lequel M. Descotes a une voix dans le jury. Mme Goyet déplore que les bénéficiaires ne fassent pas mention de cette attribution sur la bande de leur livre. L’opération médiatique est de forte notoriété (M. Serge Lesbre).

  4. Les productions du CIBP : Deux colloques tenus à Clermont sous les auspices du CIBP sont en cours de publication aux éditions Klincksieck : Droit et pensée politique autour de Pascal (1990), L’accès aux Pensées de Pascal (1984-1985). On attend un double impact : scientifique et pédagogique. Il faut montrer qu’on peut parler de Pascal aux écoliers, d’où notre recherche d’appuis académiques (CRDP, etc.) Pour illustrer l’Accès, on recherche documents et images dans les richesses familiales du château de Bien-Assis. M. Durin signale qu’il a reconstitué le plan d’après les archives Michelin. Édouard Michelin avait demandé à MM. Audollent et Jarrier (architecte) de faire des photos avant la destruction du château.

  5. Recherche d’images pascaliennes : La plus intéressante à retrouver serait celle d’un Pascal jeune, qui est connue par la correspondance entre Henri Pourrat et Charles Silvestre (voir Courrier n° 13). Nous avons édité en 1991 un tract de recherche reproduisant ce portrait à 2000 exemplaires. Mme Goyet énumère la liste des périodiques qui ont publié notre appel. Elle est fort longue. Mme Goyet est même allée à Bellac, ville où vivait Charles Silvestre et elle a rencontré un peintre de ses amis qui n’avait jamais vu ce portrait. La recherche n’a donc eu aucun succès. M. Jean Guitton a promis de léguer au CIBP le portrait à huile qu’il a peint de Pascal (voir Courrier 7, 1985).

  6. Cotisation : Celle de 1993 étant fixée, on décide que pour 1994 elle sera de 100 F pour les membres actifs et de 300 F ou plus pour les membres bienfaiteurs.

  7. Nouvelles et questions diverses. M. Descotes raconte qu’un groupe d’élèves de l’Allier est venu à Clermont avec ses professeurs de français, mathématiques et physique, pour travailler sur Pascal et ses découvertes. On fait circuler les pièces d’archives, signée de Pascal (27 août 1657) que la Ville de Clermont vient d’acquérir avec l’aide de l’État (voir Courrier 14). De son côté l’Université a acheté une statuette représentant Pascal (voir Courrier 14). Mlle Sart rappelle celle de la salle Massillon qui a été déposée par l’Académie des Sciences Belles Lettres et Arts de Clermont.

Nouvelles pascaliennes

Pour les visiteurs

4L’informatisation du CIBP se poursuit. Après l’achat d’un ordinateur IBM adapté aux besoins de la Bibliothèque, le Centre a acquis un Macintosh qui se trouve à la disposition des visiteurs pour travailler sur le fonds du Centre dans ses locaux. L’appareil IBM est doté d’une imprimante ; l’acquisition de l’imprimante adaptée au Macintosh doit suivre prochainement.

Manifestations pascaliennes

5Les Pensées figurent au programme de l’agrégation des lettres 1993 - 1994. À cette occasion, le CMR 17 a organisé une journée pascalienne à Marseille en novembre, avec des exposés de Jean Mesnard, Philippe Sellier, Michel Le Guern, Jacques Morel, Laurent Thirouin et Antony McKenna. De son côté le CIBP a proposé une journée le 29 janvier 1994, qui s’est déroulée à la salle du Conseil de l’Université Blaise Pascal, avec des exposés de Jean Mesnard, Philippe Sellier, Antony McKenna, Laurent Thirouin et Christian Meurillon. L’Union Régionale des Ingénieurs et des Scientifiques d’Auvergne prévoit de consacrer une séance de conférences pour commémorer l’invention de la Machine arithmétique par l’ingénieur Pascal (URIS : s’adresser à la « Lettre de l’URIS d’Auvergne », 11 rue des Saulées, 63400 Chamalières. Tél. 73.30.98.21).

6Du 29 septembre au 1er octobre 1994 aura lieu à la Sorbonne le colloque sur Le Grand Arnauld philosophe, théologien et écrivain (colloque du tricentenaire) ; parallèlement le CIBP et le Laboratoire de Recherches sur le Langage (Clermont-Ferrand) dirigée par Jean-Claude Pariente organisent une journée sur les problèmes du langage chez Antoine Arnaud, qui aura lieu le 4 juin 1994, à la salle des Actes de la Faculté des Lettres. Interventions prévues : J.- C. Pariente, Martine Pécharman-Petit, J.-L. Gardies, D. Kambouchner, J.M. Beyssade, D. Descotes.

7Pour novembre 1994, le CIBP prévoit par l’organisation, avec le GDR 988 du CNRS (« Recherches éthiques et politiques sur le XVIIe siècle ») dirigé Y.-C. Zarka, d’une journée animée par les pascalisants philosophes sur les trois ordres. Les renseignements nécessaires aux personnes intéressées seront fournis par la prochaine Lettre du CIBP, ou sur demande envoyée au CIBP.

8Le séminaire de recherches du GDR 988 a consacré sa séance du 2 juin 1993 aux « Sources scolastiques de la pensée politique du XVIIe siècle » (Amphithéâtre Bachelard, Sorbonne). Pierre Magnard y a présenté une communication intitulée « Pascal et la subversion de la scolastique » (GDR 988, 7 rue Guy Moquet, BP 8, 94801 Villejuif Cedex).

Clermont n’oublie pas Pascal : Les « Pascalines »

9Le quartier du Port Saint-Genès de Clermont-Ferrand a organisé aux mois de juin et juillet 1993 une série de manifestations placées sous le patronage de Blaise Pascal, afin de donner un lustre supplémentaire au renouveau de cette partie de la vieille ville. Un concert de chant choral à la basilique Notre-Dame-du-Port, un « spectacle promenade » intitulé « Un songe grand siècle » organisé par le Wakan Théâtre, des visites guidées proposées par l’Office du Tourisme clermontois et un repas gastronomique à la manière du XVIIe siècle ont marqué cette première version des « Pascalines ». Le Centre Municipal Loisirs et Rencontres a aussi consacré, avec l’aide du CIBP, une exposition à « Blaise Pascal et son époque », qui permettait au public de faire connaissance avec la vie et l’œuvre de Pascal, mais aussi avec les costumes et décors de l’époque.

Louvain n’oublie jamais Jansénius

10Il est des lieux de mémoire : le souvenir de ceux qui y ont vécu y demeure bien vivant. Louvain n’échappe pas à cette règle générale. Il nous a semblé que les lecteurs du Courrier du Centre international Blaise Pascal ne resteraient pas indifférents à l’évocation de la mémoire des lieux telle qu’elle est vécue à Louvain. Deux aspects retiendront notre attention : l’existence d’une Tour, dite de Jansénius et celle d’un Centre pour l’étude du jansénisme. Ces deux « mémoires » sont bien entendu très différentes : la première est de l’ordre du sentiment. La seconde est de l’ordre de l’esprit.

La tour de Jansénius

11Jansénius habita Louvain pendant douze années décisives : celles de la maturité (de 1614 à 1624).

12Le jeune homme vint étudier à Louvain entre sa seizième et sa dix-neuvième année. À dix-neuf ans, il fut reçu « primus » au Concours général des quatre Collègues de la Faculté des Arts. En cette même année 1604, son ami, Duvergier de Hauranne, soutint brillamment ses thèses « sur toute la théologie » (félicitations appuyées de Juste-Lipse). Les deux amis quittent Louvain pour Paris et Bayonne. Non pas, comme on le dit souvent, « pour des raisons de santé », mais parce que Jansénius voulait étudier la patristique, plutôt négligée au Collège Adrien VI au profit de la scolastique. À Bayonne, Jansénius dirigea – de 1612 à 1614 – le Collège épiscopal.

13Après dix ans d’absence, le voici de retour à Louvain (le 1er juin 1614). Il y prépara ses thèses, qu’il soutiendra en 1619 où il fut reçu Doctor theologus lovaniensis. Mais, entre-temps il avait assumé, dès 1617, la direction du Collège de Hollande destiné aux futurs prêtres de ce pays qui devaient être armés pour résister un protestantisme conquérant. Ce collège était situé dans une immense propriété patricienne. Une de ses limites était flanquée de deux tours forts délabrées (elles dataient du XIIe siècle) reliées par un petit pont de trois arches qui enjambaient la Dyle. Cette porte s’appelait la « Waterpoort », la porte sur l’eau. En 1617, Jansénius demanda à la municipalité l’autorisation de construire, sur une de ces deux Tours, un étage où il pourrait se retirer. Cette pièce, Jansénius l’habita de 1618 à 1624.

14C’est dans cette Tour, aux dires d’une légende, que Jansénius aurait rédigé son fameux Augustinus. Mais quel crédit accorder à une « belle légende », sinon celui-là que mérite une « belle infidèle » ! Quoi qu’il en soit, les spécialistes, eux, n’y croient guère, qui datent la rédaction de ce très gros ouvrage de 1628 à 1636. Ce qui ne signifie nullement que, dans sa Tour, Jansénius n’aurait jamais songé à son projet. Quoi qu’il en soit, c’est évidemment pour perpétuer le séjour prolongé de Jansénius dans cette Tour que celle-ci fut classée Monument historique par un décret royal daté du 29 mai 1964. Néanmoins, c’est seulement vingt ans plus tard (en 1984 - 1985) que les travaux d’une restauration exemplaire furent effectués. Ils ne seront vraiment terminés qu’en 1987. Désormais il est permis de découvrir cette pièce où Jansénius avait passé de longues années studieuses, assis devant une longue table en chêne, face à de hautes fenêtres aux petits carreaux d’un jaune doré, sertis dans le plomb, il pouvait deviner, sans pour autant en être distrait, les paisibles frondaisons d’un très grand parc. Dans cette même pièce, dos à cette table de travail, une alcôve cachée par de longues courtines blanches, abritait ses nuits, paisibles sans doute comme aussi fort brèves.

15Mais une Tour restaurée à l’identique, c’est à la fois beaucoup et ce n’est presque rien. Qu’offre-t-elle en fin de compte, sinon un repas folklorique fort semblable au fast-food servi à des touristes pressés, sensibles surtout aux vaines apparences ?

Les activités de la recherche scientifique

16La mémoire de Jansénius perpétuée à Louvain par « sa » Tour est, somme toute, un « accident » heureux, mais qui ne perpétue qu’une mémoire superficielle, éphémère, et donc insuffisante, inadéquate. Il est indispensable de passer à l’ordre supérieur : celui d’une mémoire de l’esprit, tout entière animée par l’intelligence active, inventive, efficace.

17Mais existe-t-il à Louvain des théologiens, des chercheurs scientifiques qui s’intéresseraient encore à Jansénius ? Et où les trouve-t-on sinon là, très précisément dans la Faculté de la théologie louvaniste ? Comment d’ailleurs aurait-il pu en être autrement ? N’était-ce pas à elle qu’il appartenait de promouvoir, d’encourager et de soutenir les initiatives, les recherches, les colloques, les publications ? Elle ne se déroba point à ce « devoir », prenant quelque sorte le relais d’un chercheur solitaire, le Père Willaert (jésuite) dans l’œuvre monumentale – Bibliotheca janseniana belgica – (trois volumes totalisant quelque 1200 pages) – était déjà ancienne (Namur, Louvain, Paris – Vrin -, 1949 à 1951) et celles d’un autre chercheur (le professeur Lucien Ceyssens (O.F.M.) à qui fut offert, en 1982, un volume de Mélanges : Jansénius et le jansénisme dans les Pays-Bas (édités par Van Bavel et Schrama dans la Bibliotheca Ephemeridum theologorum Lovaniensium (Leuven University Press, Uitgeverij ( = éditeur) Peeters, Leuven).

18En 1983, fut créé à Louvain, un Centre pour l’étude du jansénisme (Het Centrum voor de studie van het Jansenismus) rattaché à la Section historique de la faculté de Théologie. Deux raisons justifiaient la création de ce Centre de recherche. En 1618, Jansénius avait été professeur de Théologie à Louvain. Seconde raison, plus déterminante sur le plan des possibilités pratiques : la Bibliothèque de la Faculté disposait du fonds de la Bibliothèque des jésuites flamands, comme aussi de la partie la plus ancienne de la Bibliothèque du Grand Séminaire de Malines. En outre ces fonds déjà très copieux, furent encore enrichis par « les doubles » existant dans la Bibliothèque des « Vieux catholiques » d’Amersfoort (Pays-Bas). La conjonction de ces circonstances permit de préciser la finalité spécifique du Centre : provoquer et stimuler la recherche scientifique sur un point particulier – le jansénisme et anti-jansénisme tant aux Pays-Bas que dans d’autres lieux et favoriser du même coup les contacts scientifiques riches de promesses aussi bien à l’intérieur du pays qu’à l’extérieur. N’eût-il pas été suicidaire et inconvenant de laisser en jachère ces tels trésors ? Aussi bien la première tâche entreprise par le Centre fût-elle de constituer un fichier informatisé de toutes les richesses accumulées dans sa Bibliothèque. Le professeur M. Lamberigts en fut le maître avisé et infatigable. Sa première initiative consista à repérer et à intégrer dans un programme informatique quelque cent-cinquante titres inexistants dans la Bibliotheca janseniana belgica.

19En 1984 (du 11 janvier au 1er mars), à la fois pour fêter le centenaire de la publication enfin terminée, à Lausanne, du quatrième volume des Œuvres complètes d’Arnauld, et comme introduction au centième anniversaire de la mort d’Arnauld (1612 - 1694) eut lieu, dans la Bibliothèque de la Faculté de théologie (et ce à l’initiative d’Émile Jacques), une exposition. Son objectif principal était de mettre en lumière les rapports étroits entre la vie et l’œuvre du grand théologien. Elle fut l’occasion aussi de démontrer, de façon exemplaire, la collaboration étroite entre la Faculté de Louvain, le chapitre métropolitain des « vieux catholiques » comme aussi des Archives royales d’Utrecht pour offrir au public quelques spécimens des trésors conservés dans les Archives universitaires de Louvain sans oublier ceux qui contenait la bibliothèque de la Faculté.

20L’année 1985 n’eut rien à envier à la poursuite de ces objectifs : « Les Amis de Port-Royal » organisèrent un colloque sur le thème « Port-Royal en exil », qui se déroula du 3 au 5 octobre à Amersfoort (Pays-Bas), un autre colloque – » L’image de C. Jansénius aux XVIIe et XVIIIe siècles » eut lieu à Louvain même, du 7 au 9 novembre, en guise d’introduction au quatrième centenaire de la naissance de Jansénius. Participèrent à ce colloque de nombreux Français, Hollandais, Italiens et Belges. Les Actes de ce colloque parurent en 1987, sous le titre : L’image de C. Jansénius jusqu’à la fin du XVIIe siècle, chez l’éditeur Peeters.

21La même année 1987 la publication des recherches du P. Ceyssens sur la genèse de la Constitution, sous le titre Autour de l’Unegenitus (un volume de quelque 800 pages, précédé d’un texte dû au Professeur Joseph Tans (de Groningue) en hommage à toute l’œuvre scientifique du Père Ceyssens.

22En 1989 parut le Lexicon pseudonymorum jansenisticorum (répertoire des noms d’emprunt employés au cours de l’histoire du jansénisme et de l’anti jansénisme). Ce volume reçut le prix Pascal décerné par le jury des prix scientifiques de la Stichting Oud-katholiek Séminarie (Fondation du Séminaire Vieux-catholique). Ce volume avait été édité par les soins du Centre pour l’étude du jansénisme. Ses auteurs – J. Tans, E. Jacques, H. Schmitz Du Moulin et M. Lamberigts l’offrirent au Père Ceyssens au cours d’une cérémonie amicale organisée par la Faculté de théologie, le 2 juin 1989. Le Professeur J. Visser (de l’Université d’Utrecht) y fit également un discours fort remarqué, partant de la maxime Historia vitae magistra. Enfin, à l’occasion du quatre-vingt-dixième anniversaire du P. Lucien Ceyssens, en 1992, parut un recueil d’études, présenté par M. Lamberigts (quelque 650 pages) dans le titre est lui aussi tout un programme : Le sort de la Bulle.

23Après ce trop long exposé, concluons rapidement. Chacun sait que la devise de l’évêque Jansénius était la suivante : « In veritate et caritate ». Vingt ans après le décès de Jansénius (mort de la peste, faut-il rappeler ?), Pascal écrivait (en 1658) cette « pensée ».

C’est une fausse piété de conserver la paix au préjudice de la vérité.
C’est aussi un faux zèle de conserver la vérité en blessant la charité.

24Comme on le voit, Pascal et Jansénius sont de la même trempe : pour chacun d’eux le couple « vérité » et « charité » est indissociable. Au-delà de l’anecdote, au-delà de la recherche scientifique, nous entrons dans l’ordre de la charité…

25Pol Ernst

La tour Jansenius à Louvain

La tour Jansenius à Louvain

Pol Ernst

Colloque « Les moralistes français en Amérique » (14-15 et 16 octobre 1994)

26Le but de ce colloque est d’établir un dialogue franco-américain au sujet de la tradition moraliste française. Le dialogue comportera une évaluation des travaux récents effectués dans ce domaine des deux côtés de l’Atlantique, ainsi qu’un examen des rapports existant entre la tradition moraliste française et ce que les Anglo-Saxons appellent moral philosophy.

27Dans son analyse du système économique américain, Tocqueville insiste sur la doctrine populaire de « l’intérêt bien entendu » : les citoyens savent que la recherche de l’intérêt personnel a pour conséquence le bien public. Ces remarques sont souvent interprétées dans le cadre du dialogue entre Tocqueville et John Stuart Mill (qui étaient correspondants et amis), mais on sait moins que l’échange de vues entre Tocqueville et Mill n’est lui-même que le prolongement d’un dialogue entre Adam Smith et la tradition moraliste française. A bien des égards, la « main invisible » d’Adam Smith est une version laïcisée de la Providence janséniste qui transforme les vices privés en vertus publiques. De même, La fable des abeilles de Mandeville (Londres, 1714), généralement considérée comme le premier manifeste du libéralisme économique, est largement tributaire de l’œuvre de La Rochefoucauld.

28Depuis que l’économie s’est constituée en discipline autonome, un certain nombre de penseurs américains (Hayek, Rawls, Nozick) ont cherché à effectuer une réconciliation théorique de la morale et de l’économie. Ce colloque peut contribuer au débat en montrant que dans la tradition moraliste sur laquelle Adam Smith fonde une grande partie de sa pensée, les questions morales, politiques et économiques ne sont pas séparables.

29Regardant les choses du point de vue français, on constate que par un curieux détour de l’histoire des idées, la tradition libérale a eu une descendance beaucoup plus riche dans le monde anglo-saxon que dans son pays d’origine : Montesquieu et Tocqueville sont devenus des auteurs anglo-américains. Au moment où les Français cherchent à renouer avec leur propre tradition libérale, il est utile de rappeler que cette tradition elle-même prend sa source dans la pensée des moralistes français.

30Quoique le débat couvre plusieurs siècles, plusieurs pays, et plusieurs disciplines, le colloque sera consacré à la tradition moraliste elle-même. Les participants seront donc pour la plupart des spécialistes et américains de Pascal, La Rochefoucauld, La Bruyère, Nicole, ainsi que d’autres moralistes français classiques. Les organisateurs ont aussi invité des philosophes, un historien de la pensée économique, et un spécialiste de science politique. Le colloque coïncide avec le 300e anniversaire de la mort de Pierre Nicole, et il se tiendra peu après la publication des derniers volumes de l’édition Mesnard des œuvres complètes de Pascal.

31Le colloque sera dirigé par Pierre Force et David Morgan, professeurs au Département de français de l’université Columbia. Jacqueline Desrez, Directrice de la Maison française de l’université Columbia, assurera la coordination. Les séances auront lieu à la Maison française, Buell Hall.

32Le colloque s’étendra sur deux journées et demie (vendredi, samedi, dimanche matin) et comprendra cinq séances avec quatre communications par séance. Chacune des séances sera consacrée à un thème particulier :

  • Vendredi matin : Qu’est-ce qu’un moraliste ?

  • Vendredi après-midi : Pensée moraliste et anthropologie augustinienne.

  • Samedi matin : L’écriture moraliste entre littérature et philosophie.

  • Samedi après-midi : La réception de la pensée moraliste française dans le monde anglo-saxon.

  • Dimanche matin : La tradition moraliste aux 19e et 20e siècles.

Pour tout renseignement, écrire à Pierre Force, Department of French, 501 Philosophy Hall, Columbia University. New York NY 10027, États-Unis.

Dernière heure

33Nous apprenons au moment de mettre le Courrier du CIBP sous presse le décès, à la date du 27 mai 1993, de notre ami et correspondant Édouard Morot-Sir. Les pascalisants connaissent ses deux ouvrages publiés aux Presses Universitaires de France, La métaphysique de Pascal (1973) et Pascal (1973). Édouard Morot-Sir avait dès 1976 participé au colloque « Méthodes chez Pascal », qui a été à l’origine de la fondation du CIBP. Au nom de tous ses adhérents, le Centre présente à Madame Morot-Sir ses sincères condoléances.

Haut de page

Bibliographie

Publications pascaliennes

Éditions

Blaise Pascal, Abrégé de la Vie de Jésus-Christ, texte établi et présenté par Jean Mesnard, les Carnets, Desclée de Brouwer, Paris, 1992.

Blaise Pascal, Pensées sur la politique, textes choisis et présentés par André Comte-Sponville, Rivages poche, Petite Bibliothèque, Paris, 1992, 128 p., ISBN : 2-86930-582-6. ISSN : 1158-5609.

Blaise Pascal, Discours sur la religion et sur quelques autres sujets, restitués et publiés par Emmanuel Martineau, Fayard-Armand Colin, Paris, 1992, 288 p., ISBN : 2-213-02817-6.

Ouvrages

L’accès aux Pensées de Pascal, actes du colloque scientifique et pédagogique de Clermont-Ferrand (voir le Courrier du CIBP, n° 5 (1986) et n° 6 (1987), vient de paraître chez Klincksieck. Thérèse Goyet a assuré l’établissement et la présentation des textes. L’ouvrage associe chercheurs et professeurs de l’enseignement secondaire dans l’étude des Pensées dans une perspective d’accès pédagogique. Une section intitulée « Les grandes avenues » présente quatre études d’ordre général destinées à situer les Pensées. La seconde section propose des questions et des textes plus précis, et des témoignages des professeurs sur leur expérience d’enseignement pascalien. Commander à : Klincksieck, 8 rue de la Sorbonne, 75005 Paris. Prix 280 FF (+ port : 15 FF par ouvrage).

Jennifer Yhap publie chez Edwin Mellen Press une étude intitulée The Rehabilitation of the Body as a Means of knowing in Pascal’s Philosophy of Experience, consacrée au problème du rapport entre le corps et l’âme d’après les Pensées (the Edwin Mellen Press, PO Box 450, Lewiston, NY. 14092, USA. Studies in the History of Philosphy. O-7734-9796-X).

LAZAR Horia, Pascal entre la raison et la révélation, Universitatea diu Cluj-Napoca, Faculté de Philologie, Thèse, 1984. Publié en roumain en 1991 en version augmentée, sous le titre Blaise Pascal. Un discours sur la raison.

De Pascal à Perec, Penser, classer, écrire. Sous la direction de Béatrice Didier et Jacques Neefs. Presses universitaires de Vincennes, Paris, 1990 (un article de L. Marin sur « L’écriture fragmentaire et l’ordre des Pensées de Pascal », p. 11-26).

Les signes de Dieu aux XVIe et XVIIe siècles, Actes du colloque du Centre de Recherches sur la Réforme et la Contre-Réforme, Faculté des Lettres, Clermont-Ferrand, 1993.

CARRAUD Vincent, Pascal et la philosophie, coll. Épiméthée, P.U.F., Paris, 1992, 472 p.

DESCOTES Dominique, L’Argumentation chez Pascal, Paris, P.U.F., 1993.

BRUN Jean, La Philosophie de Pascal, coll. Que sais-je ?, P.U.F., 1992.

LAZZERI Christian, Force et justice dans la politique de Pascal, Paris, P.U.F., 1933.

Revues

La revue L’Âne, n° 54-55 (74 rue d’Assas, 75006 Paris. Tél. : 45.48.56.72) a publié un dossier intitulé « Parcours de Pascal » qui contient des articles de G. Morel, C. Lazzeri, G. Lebrun, A. McKenna, L. Thirouin, D. Descotes, et un inédit du regretté Louis Marin. La revue annonce à ses lecteurs l’existence du CIBP et les recherches qui se poursuivent sur le portrait Silvestre.

Genesis n° 3 (Place, Archivos), revue de l’Institut des Textes et Manuscrits Modernes (ITEM) présente une discussion sur l’édition des Pensées par Emmanuel Martineau, avec l’auteur, Jean Mesnard, Philippe Sellier, Pol Ernst et Vincent Carraud.

XVIIe siècle, le n° 177 (octobre-décembre 1992) est consacré à Pascal. Présenté par Philippe Sellier, il contient des articles de Laurent Thirouin (« Les premières liasses des Pensées »), Gérard Ferreyrolles (« L’imagination en procès »), Antony McKenna (« Pascal et le corps humain »), Hélène Michon (« Deus absconditus »), Christian Meurillon (« La narration dans les Pensées »), Jean Mesnard (« Nombres et textes figurés chez Pascal »), et Philippe Sellier (« L’ouverture de l’apologie pascalienne »), ainsi que des comptes rendus des principales publications pascaliennes récentes, éditions et études.

Les Cahiers pédagogiques de philosophie et d’histoire des mathématiques ont consacré leurs fascicules 4 et 5 à « Pascal et les probabilités » et « Pascal et la géométrie » (1993). Publication du CRDP de Rouen. Prix : 80 F le fascicule.

Articles

SELLIER Philippe, « Pascal, l’édition du Tricentenaire », Revue d’Histoire Littéraire de la France, 1992, vol. 92, n° 1, p. 73-81.

LE GUERN Michel, « Sur une collaboration probable entre Pascal et Arnauld », Dix-septième siècle, 1991, vol. 43, n° 173, p. 351-358.

CARRAUD Vincent, « Pascal et la philosophie de son temps : la question de l’Universel », Revue des Sciences Philosophiques et théologiques, 1992, vol. 76, n° 1, p. 29-42.

DOMANSKA J., « La rhétorique de Blaise Pascal : le rôle de la métaphore dans les écrits polémiques et apologétiques », Studia Romanica Posnamiensia, 1940, vol. 15, p. 11-16.

POLETTI, J.-G. et ROSSET, C. « Entretien » (à propos de l’Entretien de Pascal avec M. de Sacy), Revue Internationale de Philosophie, 1992, vol. 46, n° 181, p. 215-233.

BOUCHILLOUX Hélène, « Pascal philosophe ». L’enseignement philosophique, 1992, vol. 42, n° 6, p. 3-16.

La Revue historique, CCLXXXVII, I, p. 61-18, publie un article de Jacques Plainemaison, « Pourquoi les Provinciales ou une guerre perdue d’avance ».

KOYANAGI Kimiyo vient de publier deux articles : « Les expériences de Pascal faites à Rouen. De la signification des expériences de Berti, Torricelli et Pascal » (en japonais) dans The Journal of the Faculty of Foreign Studies, Aichi Prefectural University, n° 25, 1993, et « Les soixante et onze docteurs : concernant un passage dans la première lettre des Provinciales » (en japonais), Bulletin annuel de la Société de Langue et Littérature française du Chûbu, 1990.

Le deuxième numéro de Op. cit., revue publiée par la faculté des Lettres de Pau, contiendra plusieurs études sur Pascal, dont les Pensées figurent cette année au programme de l’agrégation de lettres.

MORIKAWA Hajime poursuit sa publication des Annua et Litterae Provinciae Franniae ; l’année 1658 fait l’objet d’un article dans les Kwansei Gakuin University Annual Studies, vol. XLI, Kwansei Gakuin University, Nishinomiya, Japon, 1992, (p. 9-18).

YOSHIDA Yoshikatsu a publié dans le Bulletin du Centre de Langues étrangères de l’Université de Tsukuba (n° 14, mars 1992), une étude intitulée « Langage philosophique et / ou religieux chez Pascal » (p. 229-244).

Sur la machine arithmétique

Le Historische Rechenmaschinen im Forschungsinstitu für Diskrete Mathematik Bonn (Nassestrasse 2, D-53113, Bonn, Allemagne), nous a fait parvenir plusieurs publications relatives aux machines arithmétiques qui nous paraissent propres à éveiller l’intérêt des pascalisants. Elles sont toutes déposées désormais dans le fonds CIBP de la Bibliothèque.

KEHRBAUM Annegret et KORTE Bernhard, Historische Rechenmaschinen im Forschungsinstitut für Diskrete Mathematik. Teil 1 : Mathematiker und Rechenmachinen. Teil 2. Pioniere der industriellen Revolution und Rechenmaschinen des 20. Jahrhunderts. DMV. Mitteihungen. 1/93.

KORTE Bernhard, Zur Geschichte des maschinellen Rechnens, Bouvier Verlag Herbert Grundmann, Bonn, 1981.

Katalog der Sammlung historischer Rechenmaschinen und Rechenhilfsmittel (Catalogue avec photographies, Bonn).

Toujours sur la machine arithmétique, signalons la publication d’un ouvrage pour enfants, de Michel Ellenberger et Marie-Marthe Collins, La machine arithmétique de Blaise Pascal, Le monde en poche, Nathan, 1993, ouvrage conçu avec le CNAM, qui tire manifestement parti des publications du CIBP sur la Pascaline. ISBN : 2-09-204452-4.

Blaise Pascal mathématicien, physicien, ingénieur. 350e anniversaire de la conception de la machine arithmétique, Catalogue de l’exposition (18 septembre – 17 octobre 1993), Ministre de la Culture, Paris, 1993.

Prix Blaise Pascal

Le sixième Prix Blaise Pascal a, pour la première fois, été décerné à deux auteurs, qui ont chacun reçu, outre le montant attaché au prix, une copie de la machine arithmétique. Anne-Marie Moulin est originaire de Clermont-Ferrand, où elle a enseigné la philosophie ; elle est aujourd’hui directrice de recherche au CNRS et professeur associé à l’université de Genève. Son livre Le dernier Langage de la Médecine. Histoire de l’Immunologie de Pasteur au Sida (Presses Universitaires de France) présente, dans un style accessible au grand public, l’histoire du langage et des concepts immunologiques, qui ont envahi la médecine.

Le second lauréat est Claude Hagège, professeur au Collège de France, pour son ouvrage Le Souffle de la Langue, Voies et Destins des parlers d’Europe, qui montre comment la diversité linguistique du vieux continent fait son originalité et définit son véritable avenir.

La cérémonie de remise du prix a eu lieu, comme chaque année, à l’Hôtel de Ville de Clermont-Ferrand.

Les précédents prix ont été décernés à Hubert Reeves, Rémy Chauvin, Michel Serres, Jean-Didier Vincent et Michel Jouvet.

Carlos Pradal

Les éditions Loubatières (10 bis boulevard de l’Europe, 31120 Portet-sur-Garonne) publient L’Exil de la Réalité, recueil des œuvres picturales de Carlos Pradal, avec un texte de Michel del Castillo et un entretien du peintre avec Yves Belaubre (96 pages, 50 reproductions couleur. Prix de vente public : 298 F + 30 F pour frais d’expédition). Le Courrier du CIBP n° 6 (1984) a publié le portrait de Pascal par Carlos Pradal, avec un texte de l’auteur (« Pourquoi un portrait de Blaise Pascal ? », p. 4-5).

Ouvrages entrés dans le fonds du CIBP

ARNAULD Jacqueline Marie Angélique, Mémoires et relations sur ce qui s’est passé à Port-Royal-des-Champs depuis le commencement de la Réforme de cette Abbaye, [s.1.], [s.n.], 1716.

ARNAULD Antoine, Les Plaidoyer de Maître Antoine Arnauld… et de M. Chevalier…, [s.1.], [s.n.], 1716.

ARNAULD Antoine, Plaidoyer de Maître Antoine Arnauld… contre les Jésuites défenseurs, des 12 et 13 juillet 1594, Paris, Ambroise Dupont, 1827.

BARRY Paul (de), Le Paradis ouvert à Philagie par cent dévotions, à la Mère de Dieu…, Paris, Martin-Beaupré, 1868.

BARRY Paul (de), La solitude de Philagie ou méthode pour s’occuper avec profit aux exercices spirituels, une fois tous les ans, durant huit où dix jours…, Clermont-Ferrand, À la Librairie catholique, 1859.

Blaise Pascal. Die Mitte Betrachtungen über den Menschen und über Chritus, ausgewählt und eingeleitet von Albert Raffelt, Mainz, Mathias-Grünewald, 1990.

Bulletin du Greco n° 2, n° 8, 1988.

CARRAUD Vincent, Pascal et la philosophie, Paris, P.U.F., 1992 (Épiméthée, V).

CARRAUD Vincent, Les Mazarinades. La presse de la Fronde 1648-1653 : les hommes du livre, Genève, Droz, 1991.

DELLY, L’illusion orgueilleuse suivi de la voie divine, Paris, éd. Tallandier, 1959.

DEMAHIS Étiennette, La Pensée politique de Pascal…, Thèse de Lettres, Clermont-Ferrand, 1931.

DESCHANEL Émile, Pascal, La Rochefoucauld et Bossuet, Paris, Calmann-Levy, 1885.

EDWARDS A. W. F., Pascal’s arithmetical triangle, London, Oxford University Press, 1987.

Sainte-Beuve, Port-Royal et Lausanne, exposition du Département des manuscrits, Bibliothèque Cantonale et Universitaire de Lausanne-Dorigny, 23 septembre - 30 octobre 1992, Lausanne, BCU, 1992.

Les Frontières religieuses en Europe du XVe au XVIIe siècles, actes du XXIe colloque international d’études humanistes, Tours, 1988, Paris, Vrin, 1992.

GARASSE François (le Père), Histoire des jésuites de Paris pendant trois années (1624-1626), Paris, l’Ecureux, 1864.

God and nature: historical essays on the encounter between christianity and science, Berkeley, University of California Press, 1986.

Genesis : revue international de critique générique, Paris, ITEM / CNRS, 1/1992.

GODART Justin, Le Jansénisme à Lyon : Benoît Fourgon (1687-1773), Paris, F. Alcan, 1934.

Le Grand et le petit, A. Montandon (éd.), Clermont-Ferrand, CRDP, 1990.

GUYARD Bernard, Discrimina inter doctrinam Thomisticam et Jansenianam, Paris, Dionysium Thierry 1655.

Index librorum Prohibitorum Alexandri VII…, Rome, Ex Typographia Rev. Cam. Apost, 1667.

Les inventeurs célèbres : sciences physiques et applications, Paris, Mazenod, 1950.

JOVY Ernest, « Essai de solution d’un petit problème d’histoire littéraire relatif à Pascal. Pascal et Montalte », Bulletin historique du Comité des Travaux historiques, 1984.

LESAULNIER Jean, Port-Royal insolite, Paris, Klincksieck, 1992.

LEFRANC Abel, « Défense de Pascal : Pascal est-il un faussaire ? », Bulletin du bibliophile, n° 8/9, 1906.

LESSIUS Leonard, S. J., De summo bono… ; De Providentia numinis, Antverpiae, Ex Officinalis Platiniana, 1616.

La liberté de conscience XVIe - XVIIe siècle, actes du colloque de Mulhouse et Bâle, 1989, Genève, Droz, 1991.

LUBAC Henri de, Surnaturel : études historiques…, Paris, Desclée de Brouwer, 1991.

MATTERLIN Ottobar, Autographes et manuscrits : ventes publiques 1902-1985, Paris, Mayer, 1986.

[Mélanges Deloffre Frédéric], Langues, littérature du 17e et du 18e siècles, Paris, Sedes, 1990.

Le Monde des cryptes [texte de Pascal], Pierre Qui Vire, Zodiaque, 1973.

MORIN Edgard, La méthode. Les idées, leur habitat, leur vie, leurs mœurs, …Paris, Seuil, 1991.

MURALT Roland de, Éloge du veilleur, Genève, éd. Zoe, 1992.

Montaigne et la Grèce, actes du colloque de Calamata, 23-26 septembre 1988, Paris, Aux Amateurs de livres, 1990.

ORLIAC J. M. S. pseud DAURIGNAC, Histoire de la Compagnie de Jésus…, Paris, Lyon, Régis Buffet, 1863.

PASCAL Blaise, Discours sur la religion et sur quelques autres sujets, restitués et publiés par E. Martineau, Paris, Fayard, 1992.

PASCAL Blaise, Œuvres complètes, prés. et notes de Louis Lafuma, Paris, Ed. du Seuil, 1964.

PASCAL Blaise, Pensées. Paris, R. Simon, s. d.

PASCAL Blaise, Pensées de M. Pascal… À Paris chez Guillaume Desprez, 1683.

PASCAL Blaise, Pensées de Pascal sur la religion…, Paris, Garnier, 1867.

PASCAL Blaise, Pensées, Paris, éditions Simon, 1936.

PASCAL Blaise, Les Pensées de Pascal ; éd. par Jean Mesnard, 2e éd., Paris, Soc. d’Éd. Ens. Sup., 1992.

PASCAL Blaise, Les Provinciales, or the Mystery of jesuitisme…, London, For Richard Royston, 1958.

PASCAL Blaise, Les Provinciales…, Paris, Dufour, 1828.

Pascal au miroir di XIXe siècle, actes du colloque, 5-6 avril 1991, Paris, Mame Éditions Universitaires, 1993.

Pascal, Port-Royal, Orient-Occident, actes du colloque de l’Université de Tokyo, 27-29 septembre 1988, Paris, Klincksieck, 1991.

RAFFELT Albert, Spiritualitat und philosophie…, Freiburg-Basel-Wien: Herder, 1978.

Revue des Sciences philosophiques et théologiques, tome 75, n° 1, janvier 1991.

Revue des Sciences philosophiques et théologiques, tome 75, n° 1, janvier 1993.

Séminaire sur les Pensées de Pascal, 6-8 octobre 1988, University Kwansei-Gakuin, 1990 (Sengari, 10 mars 1990).

The Seventeeth Cenjtury, vol. VII, n° 2, Autumn 1992.

The Seventeeth Cenjtury, vol. VII, n° 1, Spring 1992.

SILHON Jean de, Les Deux vérités, Paris, Fayard, 1991.

SILVY Louis, Henri IV et les Jésuites…, Paris, A. Egron, 1818.

SILVY Louis, Dissertation sur la foi qui est due au témoignage de Pascal dans ses Lettres Provinciales, Paris, A. Egron, 1818.

SLUSE René François de, Mesobalum, seu Duae mediae… Leodii Eburonum, typis J. F. Van Mirst, 1659.

TAVENEAUX René, Jansénisme et réforme catholique, Nancy, PUN, 1992.

Documents audio-visuels

ROBERVAL Gilles Personne de, « Ordre particulier des Éléments de Géométrie qui servent à la pratique des arts » et autres propositions attribuées à Roberval. 1651, Paris, Bibliothèque Nationale, Microfilm de 35 mm : positif (Microéd. du texte de l’ex. R 67215 de la B.N.)

MERSENNE Marin (le Père), [papiers de Mersenne], Paris, Bibliothèque Nationale, 1986, Microfilm de 35 mm : positif (Microéd. du texte de l’ex. R 67216 de la B.N.).

Le CIBP a fait l’acquisition d’une quittance signée par Jean Domat, qui a été intégrée au fonds de la Bibliothèque ; elle fera l’objet d’une publication dans le prochain Courrier.

Ouvrages en dépôt au CIBP

ERNST Pol, Approches pascaliennes, Gembloux, 1970, 709 p.

Blaise Pascal « Auvergnat », Catalogue d’exposition, A mis du CIBP, 1981.

Deux grandes figures d’Auvergne : Gilberte et Jacqueline Pascal, Chroniques de Port-Royal, Clermont-Ferrand, 1982.

Jeu de cartes postales noir et blanc représentant les filigranes du manuscrit des Pensées.

Ordre par dialogues, récital donné à la Faculté des Lettres de l’Université Clermont II le 14 mai 1985, 1 cassette audio.

La Violence et la Vérité : les Provinciales de Blaise Pascal, récital donné à la Faculté des Lettres de Clermont-Ferrand (16 mai 1986), 1 cassette.

Le catalogue de l’exposition Blaise Pascal mathématicien, physicien, ingénieur, qui s’est tenue du 18 septembre au 17 octobre 1993 à la Bibliothèque du Mois du Patrimoine écrit (voir notre chronique), est actuellement en vente au CIBP pour son prix originaire de 45 francs (+ 10 FF de frais postaux en cas d’envoi par correspondance).

Haut de page

Table des illustrations

Titre La tour Jansenius à Louvain
Crédits Pol Ernst
URL http://ccibp.revues.org/docannexe/image/609/img-1.png
Fichier image/png, 20k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Descotes et Pol Ernst, « La vie de l’Association », Courrier du Centre international Blaise Pascal, 15 | 1993, 77-84.

Référence électronique

Dominique Descotes et Pol Ernst, « La vie de l’Association », Courrier du Centre international Blaise Pascal [En ligne], 15 | 1993, mis en ligne le 07 janvier 2016, consulté le 26 juin 2017. URL : http://ccibp.revues.org/609

Haut de page

Auteurs

Dominique Descotes

CERHAC, Université Blaise Pascal

Articles du même auteur

Pol Ernst

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Centre international Blaise Pascal

Haut de page
  • Logo Université Clermont Auvergne
  • Logo PUBP (Presses Universitaires Blaise Pascal)
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo IHRIM (Histoire des représentations et des Idées dans les Modernités)
  • Logo POLEN (Pôle éditorial numérique de l'Université Clermont Auvergne)
  • Logo BCU (Bibliothèque Clermont Université)
  • Revues.org