Navigation – Plan du site
Chroniques

Hommage à Annie Barnes

Antony McKenna
p. 14-16

Entrées d’index

Mots-clés :

Barnes (Annie)
Haut de page

Texte intégral

1Annie Madeleine Sessely est née à Genève le 25 avril 1903. Elle fait ses études à l’université de Berne et y obtient le Doctorat de philosophie en 1927. Sa thèse, l’influence de Shakespeare sur Alfred de Vigny, sera publiée en 1928. En 1929, elle épouse le lecteur anglais à l’université de Berne, H.G. (Roger) Barnes, germaniste oxonien, et dès lors leurs carrières parallèles et complémentaires se poursuivent à Oxford, où Annie est senior scholar, puis lecturer à Landy Margaret Hall, et à l’université de Tübingen où Roger est lecteur et fait sa thèse sur Lord Byron en Allemagne. Il obtient son Doctorat en 1933, tandis qu’Annie, nommée Senior Research Scholar à Lady Margaret Hall, fait la navette entre Oxford et Tübingen. Ces séjours prolongés à Tübingen, la ville de Hölderlin et du romantisme souabe, et à l’université où les facultés de théologie catholique et protestante vivaient en bonne entente, ont profondément influencé Annie, et l’ont conduite à des recherches sur Proust et Goethe. De retour en Angleterre, elle termine sa thèse à Swansea, où Roger a été nommé lecturer d’allemand, et elle obtient le Doctorat de philosophie oxonien en 1935 avec sa thèse sur Jean Leclerc (1657-1736) et la République des Lettres qui sera publiée trois ans plus tard. Après deux ans à Birmingham, c’est le retour définitif à Oxford, où Roger deviendra university lecturer en allemand et, plus tard, fellow de St Edmund Hall. Après les années de guerre qu’Annie passera à Oxford comme lecturer à Lady Margaret Hall, et Roger à la B.B.C., où il créera un programme adressé aux catholiques germanophones, ils se vous voueront tous deux à leurs enseignements, et auront souvent les mêmes élèves. En 1947 Annie est nommée tutor, puis fellow au collège de Sainte-Anne, qu’elle ne quittera plus. En 1966, un an avant la mort de son mari, elle est nommée university reader en littérature française, et professorial fellow à son collège, et elle poursuivra son enseignement jusqu’à sa retraite en 1970. Son collège la nomme alors honorary fellow. Pour faciliter ses recherches sur le dialogue avec Pascal, elle obtient une Leverhulme Emeritus Fellowship (1973-1975).

2Ses principaux terrains de recherche ont toujours été le XVIIe siècle et la fin du XIXe – début du XXe siècle. Un article paru dans French Studies en1954, intitulé « La table des titres de la Copie des Pensées est-elle de Pascal ? », la met en rapport avec Louis Lafuma, et les journées internationales de Royaumont, en novembre 1954, lui fait connaître d’autres pascalisants. La découverte du « manuscrit du Munich » conduira Jean Orcibal à l’inviter à le publier dans ses Origines du jansénisme (vol. IV, Paris, Vrin, 1962) et scellera une amitié précieuse.

3Sa contribution au volume en hommage à Gustave Rudler, « La prophétie de Joad », l’a conduite à voir l’importance de la liturgie, du bréviaire et de l’office divin chez les auteurs chrétiens, – Pascal et Racine, bien sûr, mais également Péguy.

4Au moment d’interrompre ses recherches pour des raisons de santé, Annie Barnes travaillait sur la notion d’ironie tragique, si peu connue en France mais si importante chez Racine – tout particulièrement dans Athalie. Une conférence sur ce thème, donnée à l’université de Sainte-Andrew’s en 1972 sera publiée prochainement.

5Dans ses recherches sur Proust aussi, Annie Barnes a ouvert de nouvelles pistes, étant la première à consulter les manuscrits de Proust à la Bibliothèque nationale. Un grand article sur « Le retour des thèmes dans La recherche du temps perdu et l’art de Proust », publié dans l’Australian Journal for French Studies, ne pouvait renvoyer qu’aux cotes provisoires des manuscrits.

6Du temps de ses études à Berne, elle travaillait sous la direction de Gonzague de Reynold sur le rythme de la versification française. Cette fois, elle a eu la joie de voir ce sujet repris par un étudiant d’Oxford, Clive Scott, devenu par la suite professeur à l’université d’East Anglia. D’autres aspects de ses auteurs préférés ont retenu l’attention d’Annie : ainsi, l’art et la fonction des citations, et les rapprochements. L’amitié l’inspire : quelques-uns de ses meilleurs articles, tels « La prophétie de Joad », « Péguy et Molière », ou encore « Proust et les patins de Goethe », ont été publiés dans des volumes de Mélanges.

7Nous donnons ici, comme il convient, l’esquisse rapide d’une carrière prestigieuse. Mais ceux qui ont eu le privilège de suivre son enseignement chérissent par-dessus tout ses qualités humaines – l’attention qu’elle a toujours accordée à leurs efforts et le soutien infaillible qu’elle leur a fourni aux moments difficiles. Annie Barnes vient de célébrer ses 90 ans. En hommage à cette grande dame des études françaises, nous publions ici ces quatre dernières conférences restées inédites sur Le Dialogue avec Pascal : Proust - Péguy - Valéry.

Haut de page

Bibliographie

Articles d’Annie Barnes

« La table des titres de la Copie des Pensées est-elle de Pascal ? », French Studies, avril 1953, p. 140-146.

« La conférence de Port-Royal et les liasses de Pascal », French Studies, juillet 1956, p. 231-240.

« La préface des Pensées d’Étienne Périer, et les liasses de la Copie 9203 », in Écrit sur Pascal, Paris, 1959.

« Comment lire les Pensées », Chroniques de Port-Royal, 20-21, 1972, p. 9-18

Racine

« La prophétie de Joad », Essays in honour of Gustave Rudler, Oxford 1952, p. 90-108.

« Littérature et liturgie au XVIIe siècle », French Studies, 20, 1966.

Proust

« Le jardin de Marcel Proust », M.L.R., juillet 1969, p. 546-554.

« Le retour des thèmes dans la Recherche du temps perdu et l’art de Proust » ; A.J.F.S., 6, 1969, p. 26-54.

« Proust et Pascal », Europe, avril-septembre 1970, p. 3-14.

« À propos d’un paragraphe du Temps retrouvé : Proust et le tragique », B.A.M.P., 23, 1973, p. 1609-1613.

« Proust et Goethe », Oxford German Studies, 8, 1973, p. 128-148.

« Proust et les patins de Goethe » Essays in honour of Jean Seznec, Oxford 1974, p. 163-172.

« Pascal annoté par Proust », Chroniques de Port-Royal, 24, 1975, p. 5-12.

« Proust lecteur de Pascal », B.A.M.P., 27, 1977, p. 392-409.

« À propos des citations dans la Recherche du temps perdu », Jaarbock Niderlender Vereniging van Vrienden van Marcel Proust, 4-5, 1977-1978, p. 333-351.

« Madame de Villeparisis et le comte d’Haussonville », B.A.M.P., 29, 1979, p. 12-33.

« Marcel Proust et Guillaume II », B.A.M.P., 29, 1979, p. 97-99.

Péguy

« Péguy et Molière », Essays in honour of W.G. Moore, Oxford 1973, p. 218-237.

« Péguy et son édition de Pascal », F., 210, juillet 1976, p. 3-18.

« Péguy et Pascal 1889 à 1900 », F., 211, avril 1976, p. 5-36.

« L’influence de Pascal sur le vocabulaire de Péguy », Péguy vivant, Lecce 1978, p. 473-481.

« Le jeu des citations chez Péguy » Bulletin de l’Amitié Charles Péguy, I.4, oct-déc. 1978, p. 36-50.

« Charles Péguy et Paul Louis Courier », Cahiers de Paul Louis Courier, II.1, juin 1979, p. 41-45.

« Les citations dans Laudet », Charles Péguy 1. Polémiques et théologie : le Laudet », La Revue des Lettres modernes, 1980, p. 119-144.

« Comment Rudler fut écarté de la Sorbonne », Bulletin de l’Amitié Charles Péguy, 13, 1981, p. 57-65.

« Charles Péguy », article in Dictionary of Catholic Spirituality, SCH Press, 1983, 1984.

« Péguy et Proust », Bulletin de l’Amitié Charles Péguy, 1982.

« Péguy et l’Imitation de Jésus-Christ », Bulletin de l’Amitié Charles Péguy, 27, 1984.

« Péguy et le bréviaire », Bulletin de l’Amitié Charles Péguy, 29, 1985.

« Péguy et Mgr Battifol : trois études », Bulletin de l’Amitié Charles Péguy, 35, p. 137-177.

C. Ramuz

« C.F. Ramuz (1878-1947) », M.L.R., 42, 1947, p. 447-456.

Claudel

« L’Annonce faite à Marie à Helieran (octobre 1913) », traduction anglaise par Richard Griffiths, in Claudel : a reappraisal, London 1968, p. 34-47.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antony McKenna, « Hommage à Annie Barnes », Courrier du Centre international Blaise Pascal, 15 | 1993, 14-16.

Référence électronique

Antony McKenna, « Hommage à Annie Barnes », Courrier du Centre international Blaise Pascal [En ligne], 15 | 1993, mis en ligne le 07 janvier 2016, consulté le 30 mai 2017. URL : http://ccibp.revues.org/602

Haut de page

Auteur

Antony McKenna

Professeur de littérature française
Université de Saint-Etienne, Institut d'histoire de la pensée classique (CNRS UMR 5037)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Centre international Blaise Pascal

Haut de page
  • Logo Université Clermont Auvergne
  • Logo PUBP (Presses Universitaires Blaise Pascal)
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo IHRIM (Histoire des représentations et des Idées dans les Modernités)
  • Logo POLEN (Pôle éditorial numérique de l'Université Clermont Auvergne)
  • Logo BCU (Bibliothèque Clermont Université)
  • Revues.org