Navigation – Plan du site

Les Provinciales sont‑elles des pamphlets ?

Jacques Plainemaison
p. 22-30

Texte intégral

  • 1 Pierre Dominique, Les Polémistes français depuis 1789, Paris, La Colombe, 1964, p. 9 ; cité par Mar (...)

1« Un polémiste produit des pamphlets comme un prunier des prunes1 » : une telle déclaration suppose l’assimilation de « pamphlet » à « polémique » et de « pamphlétaire » à « polémiste ». Dans l’usage courant, seules des connotations plus ou moins péjoratives semblent distinguer le pamphlet de la polémique : tel veut bien passer pour un polémiste qui ne voudrait pas être considéré comme un pamphlétaire, comme s’il y avait des degrés plus ou moins permis dans l’invective.

  • 2 Voir note précédente.
  • 3 M. Angenot, op. cit., p. 319.

2Notre propos est d’examiner dans quelle mesure Les Provinciales correspondent à la typologie du pamphlet, à notre connaissance la plus développée et la plus élaborée, établie par Marc Angenot dans La Parole pamphlétaire2. L’auteur y poursuit deux buts : 1. « construire une typologie du pamphlet aboutissant à une synthèse de la fonction sociale remplie par le genre » ; 2. « développer une méthodologie d’analyse des discours enthymématiques3 », l’enthymème – unité fonctionnelle de tels discours –étant au discours doxologique et persuasif ce que le narrème est au discours narratif.

  • 4 Op. cit, p. 11.

3M. Angenot considère donc le pamphlet comme un « genre littéraire » et pose, à côté du pamphlet, la polémique et la satire comme des « genres contigus4 » et, par conséquent, distincts. Il s’ensuit en particulier que, pour lui, la polémique n’englobe pas le pamphlet.

4En même temps, M. Angenot assimile la notion de « genre » à celle de « configuration idéologique » :

  • 5 Ibid.

nous ne considérons pas le genre « pamphlet » et les genres contigus, « polémique » et « satire », [...] comme des formes transhistoriques et idéologiquement neutres que, d’une œuvre à l’autre, des contenus politiques ou esthétiques variés viendraient actualiser. Les constantes que nous présentons [...] sous le nom de « thématique générique » portent, de façon immanente, un sens politique5.

  • 6 Ibid.

5Au genre correspond donc « un projet idéologique général6 ». C’est ce qui explique pourquoi le corpus de textes étudié par M. Angenot est limité à un siècle, de 1868 à 1968.

  • 7 Op. cit., p. 44.
  • 8 Op. cit., p. 47.
  • 9 Ibid.

6Assurément, notre tentative paraîtrait donc vaine à l’auteur de La Parole pamphlétaire qui, pourtant, déclare : « La typologie dont nous venons de tracer les grandes lignes ne détermine comme invariants génériques ni un contenu, ni une forme à proprement parler7 » et compare la typologie du pamphlet à celle du roman définie par Georges Lukacs – qui « faisait de Don Quichotte le paradigme original du roman comme forme historique spécifique8 » – et réinterprétée par Lucien Goldmann, s’attachant à retrouver dans le pamphlétaire un « chevalier errant, [...] pourfendeur de moulins à vent9 ». Voilà, nous semble‑t‑il, qui relativise le caractère historiquement situé du pamphlet, plusieurs fois affirmé mais justifié après coup, c’est‑à‑dire par rapport au choix initial d’un corpus restreint, si bien que l’on est en droit de se demander si ce choix, présenté comme une conséquence nécessaire, n’est pas en fait une cause... Nous ne remettons pas pour autant en question le fait que les formes littéraires, n’étant pas des essences, s’inscrivent dans le temps.

7En fait, nous avons voulu voir, par la comparaison du texte des Provinciales avec les constantes typiques dégagées par M. Angenot pour le pamphlet moderne, dans quelle mesure ce texte s’écartait de ces constantes typiques, en quelque sorte mesurer l’écart. Disons‑le tout de suite : écrites postérieurement à 1868, Les Provinciales n’eussent point été considérées comme des pamphlets.

  • 10 M. Angenot, op. cit., p. 35.
  • 11 On notera à ce sujet que la prédominance du pathos agressif sur l’enthymématique définirait le genr (...)

8Qu’est‑ce donc que la satire, le pamphlet, la polémique, genres agoniques « contigus », mais pas dans n’importe quel ordre ? En effet, si la présence de figures dialogiques dues à l’existence dans la trame du discours d’une parole antagoniste, qu’il s’agit de réduire au silence ou de réfuter, de l’ironie, « une présence forte et explicite de l’énonciateur dans l’énoncé10 » – elle‑même à l’origine, spécialement dans le pamphlet, d’éléments de pathos11 –, caractérisent les discours agoniques dans leur ensemble, chacun présente des particularités qui le différencient nettement des autres, voire l’opposent aux autres.

  • 12 M. Angenot, op. cit., p. 35.
  • 13 Ibid., p. 36.
  • 14 À propos de l’image que le pamphlétaire tend à donner de lui‑même, M. Angenot parlera de « la margi (...)
  • 15 M. Angenot, op. cit., p. 38.
  • 16 Ibid., p. 40.
  • 17 Ibid., p. 43.

9Le discours polémique suppose « un terrain commun entre les entreparleurs12 », c’est‑à‑dire une topique commune, permettant une réfutation des thèses adverses. Au contraire, une distance maximum entre les adversaires rend impossible et vaine toute réfutation, définissant ainsi « un type de discours agonique qui est à bien des égards l’opposé de la polémique13 » : la satire. Le satirique ne peut que s’apitoyer ou s’indigner devant la déraison de l’adversaire, rendue manifeste par son erreur, au nom d’un bon sens qu’il partage avec son lecteur. Le pamphlétaire, lui, est seul14. Porteur d’« une vérité à ses yeux aveuglante », il se trouve en butte à un « inexplicable scandale15 » car l’erreur est partagée par tous : son discours « s’appuie sur des principes assumés en droit par l’adversaire, mais trahis par lui16 ». Une vision « crépusculaire » ou « catastrophique » du monde définit le pamphlet : ainsi l’appel à l’action, sur lequel tout pamphlet en principe débouche, est‑il voué à l’échec car « il est déjà trop tard ». Enfin, le pamphlet est un genre pathétique et sans distanciation : alors que « le polémiste peut feindre l’impartialité, la sérénité », le pamphlétaire ne dispose pas de cette facilité17.

  • 18 Ibid., p. 88.

10L’adversaire du pamphlétaire, ce ne sont pas des idées mais « des individus, dotés du pouvoir institutionnel, groupés en cliques, en « maffias », et dont les « pseudo‑valeurs sont l’exact opposé des valeurs authentiques », d’où l’image caractéristique du « monde à l’envers18 ».

  • 19 Op. cit., p. 337.

11Ajoutons que la tendance idéologique du pamphlet le situerait à l’opposé de la pensée critique, les caractères du pamphlet ayant « un effet de blocage ou de distorsion de la capacité critique » : « Le pamphlet serait la résultante [...] d’une série de contraintes idéologiques mystifiantes qui oblitèrent le travail intellectuel et désamorcent tout processus authentiquement critique », écrit M. Angenot19.

12« Nous étions bien abusés » : c’est par cette phrase, sorte de captatio benevolentiae, que commence la première lettre, dans laquelle le pronom personnel de la première personne du pluriel montre que Montalte n’est pas seul. Si tous, ou la majorité, ont été abusés, c’est naturellement les mêmes qui, avec Montalte, vont être détrompés : ainsi, en se plaçant d’emblée au sein du plus grand nombre, Montalte refuse la solitude du pamphlétaire, qui n’a pour lui que sa conscience.

13De fait, cette première lettre relèverait plutôt de la satire, tant la position idéologique du discoureur, Montalte, est irréductible à celle de ses interlocuteurs, l’emploi par eux du terme de « prochain » étant conçu comme absurde (bien qu’il soit tactique) et ne pouvant donc, en droit, être réfuté.

  • 20 Mais il ne faut pas oublier que le terme de « suffisant », c’est‑à‑dire « déterminant », était d’un (...)
  • 21 Éd. Cognet, p. 26. Toutes les références au texte des Provinciales seront données d’après cette édi (...)

14Il en va de même, dans la deuxième lettre, avec l’emploi du terme de « grâce suffisante », sauf que le bon sens qui, en matière linguistique, consiste à respecter l’usage du monde20, permet à Montalte d’obtenir un véritable effet de « rétorsion » « C’est‑à‑dire, lui dis‑je, que tous ont assez de grâce, et que tous n’en ont pas assez ; c’est‑à‑dire que cette grâce suffit, quoiqu’elle ne suffise pas [...]21. »

  • 22 Éd. Cognet, p. 41.
  • 23 Ibid., p. 43.
  • 24 Ibid., p. 41.
  • 25 Ibid.
  • 26 Éd. Cognet, p. 43.
  • 27 Ibid., p. 44.
  • 28 Ibid., p. 43.
  • 29 Ibid., p. 40.

15Dans la troisième lettre, Montalte présente Amauld comme le fidèle interprète de saint Augustin et de saint Jean Chrysostome « Je n’ai vu personne qui en pût comprendre la différence », écrit‑il à propos des passages de ces Pères cités par Arnauld et de la proposition relative à la chute de saint Pierre22, si bien que « tout le monde » a été déçu par une censure qui n’expliquait rien23. Arnauld a donc pour lui et Montalte a avec lui l’opinion publique, désignée par « on », « nous », mais aussi par « toute la chrétienté24 », le « commun des hommes25 », « tout le monde26 », « la plupart des gens27 »... En face, les seuls « docteurs Molinistes28 » de la Sorbonne. D’ailleurs, Arnauld ne doit‑il pas « se faire connaître pour défendre son innocence29 » ? Tel est le but des trois premières Provinciales ; tel est, en particulier, le rôle dévolu au provincial : il est le représentant, dans cette lettre et dans les autres, de ce public juge et témoin du débat.

  • 30 Op. cit., p. 36.

16Arnauld a donc pour lui le plus grand nombre et Montalte, bien loin d’être seul contre tous – l’erreur étant partagée par tous – bien loin d’être la voix de quelqu’un qui crie dans le désert (vox clamantis in deserto), est fort de tous les gens qui pensent comme lui. Or, si le pamphlétaire, selon M. Angenot, est seul, s’il est un « exclu », le satirique, lui, a « des gens derrière lui30 ».

  • 31 IIIe lettre, éd. Cognet, p. 46.
  • 32 Ibid., p. 47.
  • 33 Ibid., p. 49.
  • 34 Ibid.
  • 35 Ibid., p. 51.
  • 36 Ibid., p. 52.

17Dans ces conditions, l’arme de Montalte sera la dérision : on plaisantera sur ces adversaires des jansénistes pour qui il « est bien plus aisé de trouver des moines que des raisons31 », sur ces jésuites qui « vivent au jour la journée32 », dont le « plus sûr parti a toujours été de se taire33 », qui « ont trouvé cette rare et toute nouvelle invention de la demi‑heure et du sable34 » et qui ont inventé « une hérésie d’une nouvelle espèce » : l’« hérésie personnelle35 », on ironisera sur ces « disputes de théologiens » qui n’ont rien à voir avec la « théologie36 ».

  • 37 Ibid.

18Lorsqu’il conclut que « nous, qui ne sommes point docteurs, n’avons que faire à leurs démêlés37 », Montalte marque son extériorité par rapport au discours adverse : cette vision « du dehors » est caractéristique de la satire, selon M. Angenot. En tout état de cause, le personnage de Montalte, ignorant et sans parti pris dans Les Provinciales I à X, s’oppose à ce qu’on considère ces lettres comme des pamphlets.

  • 38 « Vous reculez, lui dis‑je en l’interrompant, vous reculez, mon Père » (éd. Cognet, p. 64).
  • 39 Éd. Cognet, p. 63 et 64. C’est nous qui soulignons.

19À partir de la quatrième lettre, datée du 25 février 1656, la partie étant désormais perdue pour Arnauld en Sorbonne, Pascal passe à la contre‑attaque et s’en prend aux jésuites. Cette lettre assure la transition entre Les Provinciales sur la grâce et Les Provinciales sur la morale corrompue des jésuites. Consacrée à la grâce actuelle et aux péchés d’ignorance, elle oppose Montalte, qu’accompagne le même « ami janséniste » que dans la deuxième lettre, à un Père de la Compagnie de Jésus. Montalte et son ami pressent tant et si bien ce dernier que, après un premier mouvement au cours duquel on voit le « bon Père » se prendre au jeu et, poussé par l’ironie de Montalte, s’enferrer de plus en plus, le deuxième mouvement de la lettre est constitué par ses reculades38 successives, deux fois soulignées par « au moins » (« vous ne sauriez me montrer, au moins par l’Écriture, que cela ne soit pas », « Au moins vous ne nierez pas que les justes ne pèchent jamais sans que Dieu leur donne39... »), et par la déconfiture du jésuite, « sauvé par le gong », oserons‑nous dire :

  • 40 Ibid., p. 70‑71.

Le Père me parut surpris, et plus encore du passage d’Aristote, que de celui de saint Augustin. Mais, comme il pensait à ce qu’il devait dire, on vint l’avertir que Madame la Maréchale de... et Madame la Marquise de... le demandaient. Et ainsi, en nous quittant à la hâte : « J’en parlerai, dit‑il, à nos Pères. Ils y trouveront bien quelque réponse. Nous en avons ici de bien subtils. » Nous l’entendîmes bien40.

  • 41 Op. cit., p. 35.
  • 42 Op. cit., p. 39.

20« Le discours polémique suppose [...] un terrain commun entre les entreparleurs », écrit M. Angenot. En effet, « si la polémique s’engage, c’est que l’énonciateur suppose – quelque écart qui sépare les thèses en présence – que le discours adverse – incorrect, lacunaire, mal déduit – est justiciable de prémisses communes à partir desquelles il peut être réfuté41. » Dans la polémique, les deux paroles qui s’affrontent ont un statut équivalent, alors que, dans la satire, le satirique étant « tout à fait installé dans le vrai, c’est son adversaire qui est sans statut » et que, dans le pamphlet, « c’est la « vérité » qui est privée de statut42 ». Ainsi les péripéties de ce combat entre le jésuite de la quatrième lettre et ses adversaires – adversaire en quelque sorte « naturel » en la personne du Janséniste et adversaire « occasionnel » en la personne de Montalte – nous situent dans la polémique, en tout cas à l’écart du pamphlet.

  • 43 C’était l’essentiel de la méthode dialectique de Socrate.
  • 44 IVe lettre, éd. Cognet, p. 57.
  • 45 Ibid., p. 58.
  • 46 Ibid., p. 59.

21Interrogeons‑nous maintenant sur la méthode adoptée par Pascal pour combattre la thèse des jésuites sur les péchés d’ignorance. Elle consiste à pousser cette thèse jusqu’à l’absurde43. Illustrant cette méthode, la reprise par le « bon Père » du mot de M. Hallier à propos du P. Bauny : « Ecce qui tollit peccata mundi » : « Voilà celui qui ôte les péchés du monde44 ! », qui constitue une hyperbole ironique, la conséquence que tire Montalte avec ravissement de la position des jésuites : « Je vois, sans comparaison, plus de gens justifiés par cette ignorance et cet oubli de Dieu que par la grâce et les sacrements45 », et surtout la tirade dans laquelle Montalte, peignant les libertins comme des gens qui « ne pensent jamais à Dieu », dont la vie consiste « dans une recherche continuelle de toutes sortes de plaisirs, dont jamais le moindre remords n’a interrompu le cours46 », en tire la conséquence que, selon la théorie des jésuites, dont la position apparaît alors intenable, plus un pécheur est endurci, indifférent au bien et ignorant de Dieu, plus il se trouve justifié. Or, comme l’écrit M. Angenot, « un discours absurde ne saurait être réfuté. On peut seulement contempler du haut de son bon sens la pseudo logique saugrenue qui l’anime [...].

  • 47 Op. cit., p. 35‑36.

22Ce n’est plus de polémique qu’il s’agit alors mais de ce que nous nommerons satire discursive47. »

23De ce « bon sens » utilisé contre l’adversaire, le satirique partage le monopole avec le lecteur : ce maximum de distance avec le ou les adversaires et ce minimum de distance avec le ou les lecteurs est donc caractéristique de la satire.

24D’autre part, moyen de mobiliser un public contre un adversaire, l’ironie et, plus généralement, le rire, si présent dans cette lettre, installe le rieur et ceux qui sont invités à rire avec lui dans un sentiment de supériorité, c’est‑à‑dire les place à une distance de l’adversaire qui interdit tout recours au pathos. C’est pourquoi l’auteur fictif de la lettre, Montalte, sera censé écrire une satire, non un pamphlet.

  • 48 C’est un jésuite ordinaire, contrairement à ce qu’affirme Montalte au début de la lettre : « J’en a (...)

25On le voit, la frontière entre polémique et satire est difficile à cerner dans cette quatrième lettre. Le discours argumenté des entreparleurs la tire vers la polémique, tandis que le personnage du jésuite, caricature d’un régent de collège, qui a une confiance aveugle et sans borne dans les auteurs de la Société de Jésus, nie l’évidence et s’obstine, de fait pas très malin48, et le rire qui en résulte la tire vers la satire.

  • 49 Éd. Cognet, p. 71.

26Mais, après avoir rencontré l’absurdité qui provoque le rire, Montalte va, avec la morale des jésuites, buter en quelque sorte contre le scandale, annoncé déjà à la fin de la quatrième lettre : « je lui témoignai d’être étonné du renversement que cette doctrine apportait dans la morale49. » Le mot « renversement » amorce en effet le thème du « monde à l’envers » (mundus inversus), que nous avons considéré comme caractéristique du pamphlet.

27De la cinquième à la dixième lettre, l’attaque porte donc sur la morale des jésuites, critiquée aussi bien au point de vue des principes et des méthodes qu’à travers les solutions proposées par certains casuistes de la Société pour résoudre divers cas de conscience en rapport avec les diverses conditions des hommes.

  • 50 Éd. Cognet, p. 72.

28D’emblée, Montalte déconsidère les jésuites en rapportant quelques appréciations dithyrambiques sur eux-mêmes, contenues dans leur Imago primi saeculi Societatis Jesu [...], ouvrage jubilaire publié à Anvers en 1640. Son commentaire, plein d’une ironie mordante, souligne l’insupportable orgueil de la Compagnie. Cette dévalorisation de l’adversaire, qui accompagne l’annonce du sujet de la cinquième lettre (« voici les premiers traits de la morale des bons Pères jésuites50 »), rejaillit évidemment sur la suite. Or l’ironie et le sarcasme constituent une forme d’agression en rapport, selon M. Angenot, avec les finalités d’un genre, le pamphlet, qui, à l’instar de la polémique, vise bien à persuader, mais à persuader moins l’adversaire, dont le pamphlétaire n’attend en général rien – en tout cas, pas qu’il change d’avis –, que le lecteur de bonne foi.

  • 51 M. Angenot, op. cit., p. 117.
  • 52 Ibid.
  • 53 Op. cit., p. 127.
  • 54 Éd. Cognet, p. 75.
  • 55 M. Angenot, op. cit., p. 127.
  • 56 IXe lettre, éd. Cognet, p. 157.

29« Le pamphlet est un genre manichéen51 », d’où la tentation pour la « pensée antithétique52 » de pratiquer « cette forme de terrorisme intellectuel » que M. Angenot appelle familièrement l’« amalgame53 ». Sans doute Pascal ne peut‑il être accusé de céder à cette tentation mais n’encourt‑il pas le reproche, lui qui fait dire au janséniste de la cinquième lettre à propos des jésuites que, « ayant à faire à des personnes de toutes sortes de conditions et des nations si différentes », ils ont « des casuistes assortis à toute cette diversité54 », de « voir dans la diversité une imposture nouvelle, une apparence menteuse qui dissimule un scandale unique55 » ? Le fait est que les jésuites forment un corps unique, « de sorte que tout notre corps est responsable des livres de chacun de nos Pères », précise le bon Père56.

  • 57 VIe lettre, éd. Cognet, p. 98‑99.
  • 58 Ibid., p. 104‑105.
  • 59 Ibid., p. 108‑109.
  • 60 Ibid., p. 110‑112.
  • 61 VIIIe lettre, éd. Cognet, p. 135‑137.
  • 62 Ibid., p. 143‑144.
  • 63 IXe lettre, éd. Cognet, p. 164‑165.
  • 64 M. Angenot, op. cit., p. 345.

30On ne sera pas surpris de voir Montalte mettre l’accent sur le scandale des jésuites qui, par « la remarque des circonstances favorables », favorisent la filouterie, la fornication, la sodomie des clercs57, ou, grâce à la direction d’intention, permettent la simonie58, ou encore, grâce à la probabilité, libèrent les religieux du vœu d’obéissance aux supérieurs59 ou autorisent le vol des maîtres par les valets60, la corruption des juges61, encouragent le vol62, ou, grâce à la « doctrine des restrictions mentales », permettent le mensonge63. Or l’« assertion du scandale » est un des traits caractéristiques du pamphlet, ainsi que celle de la « perversion des valeurs64 ».

  • 65 VIe lettre, éd. Cognet, p. 197.
  • 66 Les premières éditions donnent : « hommes ».
  • 67 VIe lettre, éd. Cognet, p. 106.
  • 68 VIIIe lettre, éd. Cognet, p. 134.
  • 69 Ibid., p. 135‑137.
  • 70 Ibid., p. 143.
  • 71 Ibid., p. 145.
  • 72 IXe lettre, éd. Cognet, p. 170. Les mots en italique sont une citation résumée de La Dévotion aisée (...)
  • 73 Xe lettre, éd. Cognet, p. 191.
  • 74 Ibid., p. 187.
  • 75 Ve lettre, éd. Cognet, p. 79.
  • 76 Éd. Cognet, p. 191.

31Avec le topos du « monde à l’envers », on aboutit au scandale intégral : « Afin de faire son salut, il serait donc aussi sûr, selon Vasquez, de ne point donner l’aumône, pourvu qu’on ait assez d’ambition pour n’avoir point de superflu, qu’il est sûr, selon l’Évangile, de n’avoir point d’ambition, afin d’avoir du superflu pour en pouvoir donner l’aumône65. » Citons encore cet exemple : les grands personnages66 » sont ceux qui parviennent à « trouver de la probabilité dans le contraire des opinions qui sont manifestement bonnes67 ». « Il est bien pénible de voir renverser toute la morale chrétienne par des égarements si étranges », se plaint Montalte68, qui constate que la justice civile est plus sévère que la justice religieuse dispensée par les confesseurs de la Compagnie de Jésus à propos de la corruption des juges69, du vol70 ou de la restitution71. Quant à la dévotion, les jésuites l’ont « rendue plus facile que le vice, et plus aisée que la volupté72 ». Mais surtout, la dispense d’aimer Dieu aboutit au « renversement entier de la loi de Dieu73 ». Par son importance, la doctrine des jésuites au sujet de « l’amour de Dieu » dépasse largement le cadre de la dixième lettre : « C’est le dernier trait de leur morale, et le plus important de tous74. » La série des entretiens ou « conférences » de Montalte avec « un bon casuiste de la Société75 », qu’ouvre l’exposé de « la doctrine des opinions probables » dans la cinquième lettre, se termine par l’exposé de la doctrine du P. Antoine Sirmond sur l’amour « effectif » de Dieu. La progression dans les sujets est nette ; elle s’accompagne chez Montalte d’une progression dans l’indignation, qui atteint son apogée à la fin de la dixième lettre, lorsque Montalte, paraphrasant saint Paul, s’écrie : « Voilà le mystère d’iniquité accompli76. » Sur le point de l’amour de Dieu, comme sur la plupart des autres, la position des jésuites apparaît comme une perversion de l’orthodoxie catholique et l’indignation de Montalte est à la mesure du « renversement » opéré dans la morale.

  • 77 Op. cit., p. 38.

32Mais le rapport de l’adversaire avec la vérité, dépeint comme celui du « monde à l’envers », est ambigu : il peut aussi bien définir la satire que le pamphlet. M. Angenot, bien loin de trancher, entretient l’ambiguïté : alors qu’il en fait l’une des composantes de la « vision catastrophique du monde » propre au pamphlet, il le considère ailleurs comme l’expression satirique de « l’absurdité de l’adversaire77 ». À notre avis, le renversement des valeurs que suppose le recours au thème du « monde à l’envers » peut s’accompagner de traits de pathos, expression de l’indignation de celui qui constate la perversion du monde, ou de marques d’ironie traduisant une distance entre lui et le monde perverti. Dans le premier cas, il s’agit d’un pamphlet ; dans le second, surtout si l’ironie ne présente pas le caractère d’une ironie mordante et qui laisse des traces, d’une satire.

  • 78 « Et vous semble‑t‑il que les Lettres provinciales soient autre chose que des comédies ? » (Racine, (...)
  • 79 Op. cit., p. 36. Ce regard d’entomologiste est invoqué en particulier par l’examen successif des ca (...)
  • 80 Éd. Cognet, p. 153‑154.
  • 81 Ve lettre éd. Cognet, p. 91.
  • 82 Ibid., p. 91‑93.
  • 83 R. Garapon, La Fantaisie verbale et le comique dans le théâtre français du Moyen Âge à la fin du XV (...)
  • 84 « O mon Père ! lui dis‑je tout effrayé, tous ces gens‑là étaient‑ils chrétiens ? Comment, chrétiens (...)

33De fait, la peinture du jésuite des lettres V à X oriente ces lettres en direction de la satire, voire de la comédie78. Montalte n’y est pas loin de porter sur lui ce regard d’entomologiste avec lequel, selon M. Angenot, le satirique contemple l’univers absurde qu’il a sous les yeux79. À l’égard du discours adverse, il laisse percer sa pitié autant que son indignation. En effet, point de pensée personnelle chez ce jésuite qui se retranche derrière ses auteurs : « je ne dis jamais rien de moi‑même », assure‑t-il dans la neuvième lettre80. Mais ces derniers font de même dans leurs livres : tel est le cas de Diana, qui « a mis à l’entrée de ses livres la liste des auteurs qu’il rapporte. Il y en a 29681 ». Ainsi nous voyons s’élaborer la casuistique, science de la compilation érudite, qui – loin d’éclairer le sens moral – ne fait que le brouiller en permettant tout... Volontiers pédagogue – et pas toujours dans le meilleur sens –, comme le jésuite de la quatrième lettre, dont il ne nous paraît pas foncièrement différent, le jésuite des lettres V à X est facilement manœuvré par son interlocuteur, à qui il donne naïvement des armes. C’est que, par suite d’une vanité qu’il partage avec ceux de son ordre, il a perdu tout bon sens, toute attache avec la réalité, tout contact avec la vie. L’automatisme de ce pantin inadapté à la vie trouve à s’exprimer de la manière la plus comique qui soit dans l’énumération de « nouveaux auteurs » à la fin de la cinquième lettre82, qui relève de ce que Robert Garapon appelle la « fantaisie verbale » car « nous rions des mots eux‑mêmes, de la fantaisie avec laquelle ils se heurtent, s’attirent, s’engendrent, se disposent en vertu d’une puissance autonome où la volonté propre du personnage qui parle n’a, semble‑t‑il, rien à voir83 ». L’accumulation se double ici d’un jeu sur les sonorités : groupement des finales identiques, travestissement souvent burlesque des noms, recherche d’une orthographe « barbare »... L’intention ironique, soulignée par le quiproquo du jésuite à propos du sens du mot « chrétiens84 », est évidente. La veine de Pascal est proche de celle de Rabelais dans ce passage.

  • 85 M. Angenot, op. cit., p. 39.
  • 86 Ibid., p. 36.
  • 87 Éd. Cognet, p. 142‑143.

34Le rire est donc bien souvent l’expression de la position idéologique du satirique, ou plutôt de l’image qu’il tente d’en donner : celle d’un homme « installé dans le vrai85 », en face d’un adversaire dont la pensée, les arguments ne peuvent que provoquer le rire – un rire partagé par la foule de ceux que le satirique a « derrière lui » car « le rire a un effet de regroupement86 » – ou le mépris : « je fus sur le point d’éclater de rire de la bonté et douceur d’un brûleur de grange, et de ces étranges raisonnements qui exemptent de restitution le premier et véritable auteur d’un incendie », raconte Montalte dans la huitième lettre87. C’est l’absurdité de la position adverse, bien mise en évidence ici par les noms « bonté » et « douceur » appliqués à un « brûleur de grange » et soulignée par l’adjectif « étranges », qui fournit au satirique son principal argument.

  • 88 Éd. Cognet, p. 149.

35À la fin de cette lettre d’ailleurs, Pascal se défend par la bouche de Montalte de « tourner les choses de la religion en raillerie88 » : le ferait‑il si le rire n’était pas sa principale arme ?

36À partir de la onzième lettre, Montalte cesse de s’adresser « à un provincial » pour s’adresser directement aux jésuites. Il entreprend de répondre aux accusations de mensonge, d’« imposture » dans les lettres XI à XVI, ce qui l’amène à reprendre des questions de morale déjà traitées dans les lettres V à X, en particulier celle de l’homicide, déjà traitée dans la septième lettre et reprise dans les lettres XIII et XIV.

37On peut se demander si la fiction de Montalte ne prend pas fin avec sa fonction de rapporteur d’un dialogue qui, commencé avec plusieurs personnages, se poursuit avec un seul à partir de la cinquième lettre, pour s’achever avec la dixième lettre. En effet, à partir de la onzième lettre, le dialogue n’est plus inséré dans les lettres, mais les lettres elles‑mêmes sont des éléments d’un dialogue, non plus fictif mais réel, avec les jésuites, qui ont commencé de répondre et auxquels l’anonyme auquel nous continuerons à donner le nom de Montalte à son tour repartit.

  • 89 Éd. Cognet, p. 195.
  • 90 Éd. Cognet, p. 194.
  • 91 Ibid.
  • 92 Éd. Cognet, p. 195.
  • 93 Ibid.
  • 94 Ibid.
  • 95 Éd. Cognet, p. 199.
  • 96 Éd. Cognet, p. 201.
  • 97 M. Angenot, op. cit., p. 36.
  • 98 Éd. Cognet, p. 213.
  • 99 Éd. Cognet, p. 313.

38La onzième lettre confirme le caractère satirique des lettres antérieures sur la morale des jésuites. En effet, Montalte y justifie la raillerie dont il a usé par « ce qu’il y a de ridicule89 » dans l’objet de sa raillerie, qualifié d’« imaginations90 », de « décisions [...] fantasques91 », d’« opinions extravagantes92 », d’« erreurs [...] ridicules93 », d’« égarement » et de « folie94 », d’« imaginations [...] grotesques95 », d’« erreurs les plus extravagantes96 ». Les opinions dont Montalte s’est gaussé relèvent donc d’un discours absurde, qui ne saurait à proprement parler être réfuté : « On peut seulement contempler du haut de son bon sens la pseudo‑logique saugrenue qui l’anime et en reproduire à distance le déroulement carnavalesque97. » Cette représentation du grotesque entraîne le rire et ce rire a un effet de contagion : « Qui pourra voir, sans en rire, la décision du P. Bauny [...] » etc., questionne le scripteur de cette première lettre aux RR.. PP. jésuites98. Et, dans la seizième lettre : « Si vous n’avez point de sens commun, je ne puis pas vous en donner. Tous ceux qui en ont se moqueront assez de vous99. »

  • 100 M. Angenot, op. cit., p. 36.
  • 101 XIe lettre, éd. Cognet, p. 195, 201.

39Mais, en même temps qu’il s’attache à la peinture des ridicules, « le genre satirique développe une rhétorique du mépris100 » : de fait, « haine » et « mépris » sont les sentiments que doivent susciter « les erreurs les plus extravagantes et les plus pernicieuses » des jésuites, affirme Montalte101.

  • 102 Ibid., p. 199.

40Citant Tertullien, Montalte prévient dans la onzième lettre : « Les lettres que j’ai faites jusqu’ici ne sont qu’un jeu avant un véritable combat102. » Par ce terme de « combat », il annonce la polémique qui s’exprime à travers les lettres XI à XVI. En effet, si le satirique se rit des ridicules, le polémiste combat à armes égales les erreurs.

  • 103 XIIIe lettre, éd. Cognet, p. 250. Du verbe « renverser », avec les Jésuites pour sujet, on trouve t (...)
  • 104 XIVe lettre, éd. Cognet, p. 264.
  • 105 « Avouez‑le donc, imposteurs » (XVIe lettre, éd. Cognet, p. 307).

41Mais auparavant relevons les traits qui, dans ce groupe de lettres, évoquent le genre du pamphlet, et d’abord l’utilisation du thème du « renversement » des valeurs : « par cet horrible renversement si contraire à l’esprit des saints, vous êtes hardis contre Dieu, et timides envers les hommes103 » et, à la lettre suivante : « Quel renversement, mes Pères ! », s’exclame Montalte104. On retiendra aussi l’affirmation du scandale causé par l’adversaire, de son imposture105, et l’expression de l’indignation qui en résulte. Mais c’est surtout le thème de la solitude du champion, soutenu dans son combat par la seule vérité, qui frappe par sa nouveauté.

  • 106 Œuvres de Blaise Pascal, éd. Brunschvicg‑Boutroux-Gazier, Paris, Hachette, « Les Grands Écrivains d (...)
  • 107 Voir Le Journal de M. de Saint‑Gilles, 23 août 1656, in Ernest Jovy [et G. Saintville], Études pasc (...)
  • 108 « Vous pouvez dire contre moi ce que vous voulez, sans que je trouve à qui m’en plaindre. » (XIIe l (...)
  • 109 Cf. XVe lettre : « une Compagnie répandue par toute la terre » (Éd. Cognet, p. 295‑296).
  • 110 XIIe lettre, éd. Cognet, p. 216.
  • 111 Cf. note autographe de Pascal citée par L. Cognet, p. 216, n° 1 : « Gardez, vous la Cour, vous l’im (...)
  • 112 M. Angenot, op. cit., p. 75.
  • 113 Op. cit., p. 76.
  • 114 Éd. Cognet, p. 235.
  • 115 M. Angenot, op. cit., p. 83.

42Le 3 août 1656, tous les écrits d’Arnauld publiés depuis la censure de Sorbonne avaient été mis à l’Index ; la nouvelle fut connue en France le 25 août106. Peu de temps auparavant, en même temps que la Response aux Lettres que les Jansenistes publient contre les Jesuites, du P. Nouet, dans laquelle l’auteur anonyme des Provinciales était traité d’imposteur, avait été publié le Rabat-Joye des Jansenistes [...]107. Le 4 septembre, l’Assemblée générale du clergé avait enjoint de nouveau la signature de la constitution du 31 mai 1653 et du bref du 29 septembre 1654. La douzième lettre est datée du 9 septembre 1656. C’est un homme « seul108 », « sans force et sans aucun appui humain contre un si grand corps109, et n’étant soutenu que par la vérité et la sincérité110 », qui s’adresse à des personnages influents, protégés du pouvoir111, et ne craint pas de les défier. Son combat est donc bien celui de David contre Goliath – image qui qualifie le combat du pamphlétaire, selon M. Angenot –, Montalte est bien « l’homme sans appareil qui s’oppose à l’homme d’appareil, à la parole institutionnelle112 » : « Ce droit à parler que le « système » lui dénie, le pamphlétaire va le trouver dans l’essence même de son discours : face à ceux qui appuient leur « vérité » sur un pouvoir, il lui reste à affirmer le pouvoir éternel de la vérité », écrit M. Angenot113. N’est‑ce pas ce que fait Montalte à la fin de la douzième lettre, lorsqu’il affirme que « la vérité [...] est éternelle et puissante comme Dieu même114 » ? Mais Montalte n’est pas pour autant « la voix de celui qui crie dans le désert » ou, trahi par les siens, outragé par les autres, Jésus au jardin des Oliviers, autres images qui, selon M. Angenot, définissent la position idéologique que son discours donne du pamphlétaire (et non sa position réelle). Le pamphlétaire paraît se complaire « dans un isolement narcissique115 » ; or ce n’est pas le cas de Montalte, chez qui, par ailleurs, la défense de la vérité opprimée ne s’accompagne pas d’un sentiment d’impuissance. Alors que, pour le pamphlétaire moderne, il est déjà trop tard quand il prend la parole, Montalte, saisi au cœur du combat d’un optimisme qu’a priori rien ne justifie, prophétise le triomphe final de la vérité sur la violence.

  • 116 Éd. Cognet, p. 216.
  • 117 Ibid. Cf., au début de la XVe lettre : « je me sens obligé [...] de découvrir un mystère de votre c (...)
  • 118 XIIe lettre, éd. Cognet, p. 217.
  • 119 Ibid., p. 216.

43Dans cette lettre consacrée à l’aumône, à la simonie et à la banqueroute, des sujets assez techniques, Montalte se justifie des impostures qui lui ont été reprochées, s’attachant à « exposer116 », à « découvrir117 », c’est‑à-dire à montrer au lieu de démontrer : suffisamment « éclairci118 », le discours adverse parle de lui‑même. Cependant, Montalte est forcé de « repartir119 » et l’on se trouve en face d’un discours qui, supposant une topique commune à des adversaires dotés d’un statut comparable, sinon équivalent, est un discours polémique car, si les jésuites représentent un pouvoir, voire le pouvoir, ils ne représentent pas tout le pouvoir, il y a un espace de liberté ou, plus précisément, de neutralité, dans lequel peut se développer l’attaque contre leur morale. Qui plus est, ce discours polémique est un discours de polémique charitable :

  • 120 Ibid., p. 224.

Je voudrais bien, mes Pères, que ce que je vous dis servît non seulement à me justifier, ce serait peu, mais encore à vous faire sentir et abhorrer ce qu’il y a de corrompu dans les maximes de vos casuistes, afin de nous unir sincèrement dans les saintes règles de l’Évangile, selon lesquelles nous devons tous être jugés120.

44Sur le sujet de l’homicide non plus, auquel est consacrée la quatorzième lettre, Montalte n’est pas « seul contre tous » :

  • 121 XIVe lettre, éd. Cognet, p. 255.

comme je trouve bien plus important de donner au monde de l’horreur de vos opinions sur ce sujet que de justifier la fidélité de mes citations, je serai obligé d’employer la plus grande partie de cette lettre à la réfutation de vos maximes, pour vous représenter combien vous êtes éloignés des sentiments de l’Église, et même de la nature121.

  • 122 Ibid., p. 256.
  • 123 Ibid.
  • 124 Ibid.
  • 125 Ibid.

45On le voit, le scripteur pense avoir avec lui, sinon pour lui, l’« Église » – interprète de « la loi de Dieu122 » –, la « religion123 » et, en outre, la « nature », les « lumières naturelles124 », le « sens commun125 », dont les lois sont l’expression. Il est donc bien éloigné de se présenter comme un exclu.

  • 126 « Vous êtes aujourd’hui malheureux en Capucins, et je prévois, écrit Montalte, qu’une autre fois vo (...)

46La quinzième lettre, en même temps que, d’une manière très concrète, elle insiste sur la relative solitude, non de Montalte, mais des jésuites126, illustre par un nouvel effet de rétorsion la position du polémiste, attaquant l’adversaire avec ses propres armes et l’acculant à la contradiction :

  • 127 Éd. Cognet, p. 287.

Qu’il est avantageux, mes Pères, d’avoir affaire à des gens qui disent le pour et le contre Je n’ai besoin que de vous‑mêmes pour vous confondre. Car je n’ai à montrer que deux choses l’une, que cette maxime ne vaut rien l’autre, qu’elle est du P. Bauny. Et je prouverai l’un et l’autre par votre propre confession. En 1644, vous avez reconnu qu’elle est détestable, et en 1656 vous avouez qu’elle est du P. Bauny127.

  • 128 IIe lettre, éd. Cognet, p. 25.
  • 129 Éd. Cognet, p. 355.

47Dans la Dix‑septième et la Dix‑huitième lettre écrite par l’auteur des Lettres au Provincial (titre de chacune des lettres, à partir de la onzième, dans l’édition originale), adressées au P. Annat, confesseur du roi et, de ce fait, personnage influent, on peut penser que « l’auteur des Lettres au Provincial » désigne, non le personnage fictif de Montalte, mais l’auteur réel des lettres, autrement dit Pascal. Peu à peu Montalte s’est rapproché de l’auteur réel des lettres, en n’hésitant pas au besoin à donner une véritable leçon de théologie à l’adversaire, comme il l’a fait dans la seizième lettre à propos de la Présence réelle, et comme il le fera de nouveau de manière magistrale à propos de la grâce efficace dans la dix‑huitième lettre. Comme nous voilà désormais loin de Montalte s’excusant presque d’avoir parmi ses « bons amis » un janséniste128 ! La rupture est‑elle pour autant consommée avec le personnage de Montalte, inventé par Pascal pour servir le récit, non engagé, neutre en quelque sorte ? Celui qui, dans la dix‑huitième lettre, se place à l’extérieur des deux groupes antagonistes, écrivant au P. Annat : « Si vous conveniez de part et d’autre du véritable sens de Jansénius129 », et non : « Si nous convenions... », ne peut pas être Pascal qui, même s’il n’est point « de Port‑Royal » au sens où il appartiendrait physiquement à la communauté des Solitaires, intervient bien comme le porte‑parole d’une cause. Le scripteur continue de jouer un rôle : celui d’un homme étranger à tout parti. Un tel rôle a valeur d’argument ; on s’explique pourquoi il le gardera jusqu’à la fin. Ce rôle de témoin, voire d’arbitre, de leur scripteur tient les deux dernières Provinciales à l’écart du pamphlet.

  • 130 XVIIe lettre, éd. Cognet, p. 329. Il est vrai qu’en même temps, dans une solennelle déclaration de (...)
  • 131 Ibid., p. 331.
  • 132 Le scripteur anonyme de la XVIIe lettre éprouvait d’autant plus le besoin de nier son appartenance (...)
  • 133 Lettre XVII, éd. Cognet, p. 332‑333.
  • 134 Ibid., p. 331.
  • 135 Ibid., p. 352‑353.
  • 136 Ibid., p. 328.

48Et pourtant, la tentation du pamphlet n’a, semble‑t‑il, jamais été aussi forte que dans ces deux lettres. Montalte y reprend ses déclarations antérieures : « je suis seul », « je ne suis point de Port‑Royal130 ». Dépourvu de tout mandat institutionnel, Montalte tient son mandat de sa conscience : « assez instruit de vos maximes, et bien résolu de la pousser autant que je croirai que Dieu m’y engagera, sans qu’aucune considération humaine puisse arrêter ni ralentir mes poursuites131. » En face de ce franc‑tireur, qui ne répond que de ses lettres132, les jésuites constituent « un corps uni sous un seul chef » ; ils sont organisés comme une armée. D’où l’emploi, à propos de leur ordre, des mots « corps », « chef », « supérieurs » (2 occurrences), « Généraux », « Compagnie133 ». Mais la solitude de Montalte ne s’accompagne d’aucun pessimisme : « Vous n’échapperez pas […] ; vous sentirez la force de la vérité que je vous oppose134. » S’il ressent amertume et « douleur » devant la diabolique habileté des jésuites et si un certain pathos s’exprime à ce sujet : « que j’ai de douleur de voir que Dieu vous abandonne, jusqu’à vous faire réussir si heureusement dans une conduite si malheureuse ! Votre bonheur est digne de compassion » etc.135, la dénonciation de la « politique » des jésuites se double d’une argumentation serrée, ce qui nous éloigne du pamphlet aussi bien que de la satire, comme le début de la lettre le laissait déjà présager. En effet, à une accusation d’hérésie portée « tout de bon », « c’est aussi tout de bon que je vous y vas répondre », déclarait Montalte136 : apparemment, voilà donc Montalte encore engagé dans un combat à armes égales, c’est‑à‑dire dans la polémique.

  • 137 Nous croyons l’avoir montré dans « Le Vocabulaire polémique dans la dix‑septième et la dix‑huitième (...)

49Au terme de cette étude, force est de constater que les raisons qui, si l’on s’en tient à la typologie établie par M. Angenot pour le pamphlet moderne, pourraient faire considérer les Provinciales comme des pamphlets avant la lettre, puisque aussi bien le mot n’apparaît avec son sens et son orthographe moderne qu’au cours du dix-huitième siècle, sont peu nombreuses, suffisantes cependant pour qu’il ne soit pas déplacé d’envisager une « tentation du pamphlet ». Commencées sous le signe de la satire, les Provinciales vont naturellement s’orienter vers la polémique quand, attaqué à son tour, Pascal devra se défendre en répondant pour enfin toucher au pamphlet, sans que pour autant leur auteur cède à l’attrait du genre, dans les deux dernières lettres, dont le ton est rien moins que conciliant137.

  • 138 M. Angenot, op. cit., p. 239.
  • 139 Op. cit., p. 245.

50Mais impossible d’aller au‑delà. Au point de vue de la rhétorique, point de discours hyperbolique, point ou peu de « rhétorique du pathos138 », point de recours systématique à l’oxymore, « figure‑symptôme du discours pamphlétaire » selon M. Angenot139, point de méchanceté dans l’expression, d’injures, de procédés d’intimidation, point de provocation dans les Petites Lettres. Au point de vue de la thématique générique, le bilan n’est guère plus concluant. Sentiment d’impuissance et pessimisme, tentation de repli sur soi, voilà ce qu’éprouverait le pamphlétaire moderne en même temps qu’il prend la parole. Il est évident pour nous qu’à « la vision crépusculaire du monde », dont M. Angenot fait une des constantes thématiques du genre, rien ou presque rien ne correspond dans les Provinciales.

  • 140 Dans la Xe lettre, le jésuite, interlocuteur de Montalte dans les lettres V à X, oppose « autrefois (...)
  • 141 M. Angenot, op. cit., p. 104.
  • 142 Ibid., p. 106.

51Même si la condamnation de ce qui est moderne, exprimée en maints endroits, et notamment dans les lettres IV, V, VI, X140, pouvait donner à penser que, comme un pamphlétaire, Pascal fait de la modernité l’« anti‑valeur absolue141 », chez lui, la condamnation de la modernité n’est pas générale et est théologique. De même, alors que la condamnation de la modernité s’accompagne toujours du regret d’un « âge d’or », quel qu’il soit, chez le pamphlétaire142, théologique encore, et seulement théologique, est chez Pascal la référence à l’époque qu’on peut considérer comme l’âge d’or du christianisme : les premiers siècles de l’Église.

  • 143 P.‑L. Courier, Pamphlets politiques, Paris, Pierre Faré éd., 1947, p. 172‑173.
  • 144 Ibid., p. 173.

52Paul‑Louis Courier, dans son Pamphlet des pamphlets, publié en 1824, fait dire à un correspondant : « Les jésuites aussi criaient contre Pascal, et l’eussent appelé pamphlétaire, mais le mot n’existait pas encore ; ils l’appelaient tison d’enfer, la même chose en style cagot143. » Nous nous sommes efforcé de le montrer, si les jésuites avaient effectivement traité Pascal de pamphlétaire, non seulement ils auraient commis un anachronisme, mais ils auraient encore fait une mauvaise querelle, « vieille et coutumière querelle de qui n’a pas pour soi les rieurs144 », à leur adversaire.

Haut de page

Notes

1 Pierre Dominique, Les Polémistes français depuis 1789, Paris, La Colombe, 1964, p. 9 ; cité par Marc Angenot, La Parole pamphlétaire. Contribution à la typologie des discours modernes, Paris, Payot, « Langages et sociétés », 1982, p. 20.

2 Voir note précédente.

3 M. Angenot, op. cit., p. 319.

4 Op. cit, p. 11.

5 Ibid.

6 Ibid.

7 Op. cit., p. 44.

8 Op. cit., p. 47.

9 Ibid.

10 M. Angenot, op. cit., p. 35.

11 On notera à ce sujet que la prédominance du pathos agressif sur l’enthymématique définirait le genre de l’invective.

12 M. Angenot, op. cit., p. 35.

13 Ibid., p. 36.

14 À propos de l’image que le pamphlétaire tend à donner de lui‑même, M. Angenot parlera de « la marginalité idéologique de l’énonciateur » (op. cit., p. 328).

15 M. Angenot, op. cit., p. 38.

16 Ibid., p. 40.

17 Ibid., p. 43.

18 Ibid., p. 88.

19 Op. cit., p. 337.

20 Mais il ne faut pas oublier que le terme de « suffisant », c’est‑à‑dire « déterminant », était d’un usage courant dans la langue des théologiens, ce dont Pascal a jugé à propos de laisser Montalte ignorant (voir notre article « Blaise Pascal et la "grâce suffisante" des thomistes », Revue thomiste, t. LXXXI, n° 4, oct.-déc. 1981).

21 Éd. Cognet, p. 26. Toutes les références au texte des Provinciales seront données d’après cette édition (Paris, Garnier, 1965 ; rééd. Bordas, 1992), qui reproduit le texte de l’édition de 1659.

22 Éd. Cognet, p. 41.

23 Ibid., p. 43.

24 Ibid., p. 41.

25 Ibid.

26 Éd. Cognet, p. 43.

27 Ibid., p. 44.

28 Ibid., p. 43.

29 Ibid., p. 40.

30 Op. cit., p. 36.

31 IIIe lettre, éd. Cognet, p. 46.

32 Ibid., p. 47.

33 Ibid., p. 49.

34 Ibid.

35 Ibid., p. 51.

36 Ibid., p. 52.

37 Ibid.

38 « Vous reculez, lui dis‑je en l’interrompant, vous reculez, mon Père » (éd. Cognet, p. 64).

39 Éd. Cognet, p. 63 et 64. C’est nous qui soulignons.

40 Ibid., p. 70‑71.

41 Op. cit., p. 35.

42 Op. cit., p. 39.

43 C’était l’essentiel de la méthode dialectique de Socrate.

44 IVe lettre, éd. Cognet, p. 57.

45 Ibid., p. 58.

46 Ibid., p. 59.

47 Op. cit., p. 35‑36.

48 C’est un jésuite ordinaire, contrairement à ce qu’affirme Montalte au début de la lettre : « J’en ai donc vu un des plus habiles » (éd. Cognet, p. 53).

49 Éd. Cognet, p. 71.

50 Éd. Cognet, p. 72.

51 M. Angenot, op. cit., p. 117.

52 Ibid.

53 Op. cit., p. 127.

54 Éd. Cognet, p. 75.

55 M. Angenot, op. cit., p. 127.

56 IXe lettre, éd. Cognet, p. 157.

57 VIe lettre, éd. Cognet, p. 98‑99.

58 Ibid., p. 104‑105.

59 Ibid., p. 108‑109.

60 Ibid., p. 110‑112.

61 VIIIe lettre, éd. Cognet, p. 135‑137.

62 Ibid., p. 143‑144.

63 IXe lettre, éd. Cognet, p. 164‑165.

64 M. Angenot, op. cit., p. 345.

65 VIe lettre, éd. Cognet, p. 197.

66 Les premières éditions donnent : « hommes ».

67 VIe lettre, éd. Cognet, p. 106.

68 VIIIe lettre, éd. Cognet, p. 134.

69 Ibid., p. 135‑137.

70 Ibid., p. 143.

71 Ibid., p. 145.

72 IXe lettre, éd. Cognet, p. 170. Les mots en italique sont une citation résumée de La Dévotion aisée du P. Le Moyne.

73 Xe lettre, éd. Cognet, p. 191.

74 Ibid., p. 187.

75 Ve lettre, éd. Cognet, p. 79.

76 Éd. Cognet, p. 191.

77 Op. cit., p. 38.

78 « Et vous semble‑t‑il que les Lettres provinciales soient autre chose que des comédies ? » (Racine, Lettre aux deux apologistes de l’auteur des « Hérésies imaginaires »).

79 Op. cit., p. 36. Ce regard d’entomologiste est invoqué en particulier par l’examen successif des cas de conscience propres à chaque condition : bénéficiaires, prêtres, religieux, valets, gentilshommes, juges, usuriers etc., qui semble faire référence à une classification de naturaliste, comme celle de Linné au siècle suivant.

80 Éd. Cognet, p. 153‑154.

81 Ve lettre éd. Cognet, p. 91.

82 Ibid., p. 91‑93.

83 R. Garapon, La Fantaisie verbale et le comique dans le théâtre français du Moyen Âge à la fin du XVIIe siècle, Paris, Librairie Armand Colin, 1957, p. 9.

84 « O mon Père ! lui dis‑je tout effrayé, tous ces gens‑là étaient‑ils chrétiens ? Comment, chrétiens me répondit‑il. Ne vous disais‑je pas que ce sont les seuls par lesquels nous gouvernons aujourd’hui la chrétienté ? » (Éd. Cognet, p. 93.)

85 M. Angenot, op. cit., p. 39.

86 Ibid., p. 36.

87 Éd. Cognet, p. 142‑143.

88 Éd. Cognet, p. 149.

89 Éd. Cognet, p. 195.

90 Éd. Cognet, p. 194.

91 Ibid.

92 Éd. Cognet, p. 195.

93 Ibid.

94 Ibid.

95 Éd. Cognet, p. 199.

96 Éd. Cognet, p. 201.

97 M. Angenot, op. cit., p. 36.

98 Éd. Cognet, p. 213.

99 Éd. Cognet, p. 313.

100 M. Angenot, op. cit., p. 36.

101 XIe lettre, éd. Cognet, p. 195, 201.

102 Ibid., p. 199.

103 XIIIe lettre, éd. Cognet, p. 250. Du verbe « renverser », avec les Jésuites pour sujet, on trouve trois occurrences dans cette lettre : éd. Cognet, p. 243, 244, 248.

104 XIVe lettre, éd. Cognet, p. 264.

105 « Avouez‑le donc, imposteurs » (XVIe lettre, éd. Cognet, p. 307).

106 Œuvres de Blaise Pascal, éd. Brunschvicg‑Boutroux-Gazier, Paris, Hachette, « Les Grands Écrivains de la France », 1904‑1914, t. V, p. 337. Nous désignerons désormais cette édition par le simple sigle « GEF ».

107 Voir Le Journal de M. de Saint‑Gilles, 23 août 1656, in Ernest Jovy [et G. Saintville], Études pascaliennes, t. IX, Paris, J. Vrin, 1936, p. 187.

108 « Vous pouvez dire contre moi ce que vous voulez, sans que je trouve à qui m’en plaindre. » (XIIe lettre, éd. Cognet, p. 216).

109 Cf. XVe lettre : « une Compagnie répandue par toute la terre » (Éd. Cognet, p. 295‑296).

110 XIIe lettre, éd. Cognet, p. 216.

111 Cf. note autographe de Pascal citée par L. Cognet, p. 216, n° 1 : « Gardez, vous la Cour, vous l’imposture, moi la vérité. C’est toute ma force. Si je la perds, je suis perdu. »

112 M. Angenot, op. cit., p. 75.

113 Op. cit., p. 76.

114 Éd. Cognet, p. 235.

115 M. Angenot, op. cit., p. 83.

116 Éd. Cognet, p. 216.

117 Ibid. Cf., au début de la XVe lettre : « je me sens obligé [...] de découvrir un mystère de votre conduite » (éd. Cognet, p. 275).

118 XIIe lettre, éd. Cognet, p. 217.

119 Ibid., p. 216.

120 Ibid., p. 224.

121 XIVe lettre, éd. Cognet, p. 255.

122 Ibid., p. 256.

123 Ibid.

124 Ibid.

125 Ibid.

126 « Vous êtes aujourd’hui malheureux en Capucins, et je prévois, écrit Montalte, qu’une autre fois vous le pourriez bien être en Bénédictins. » (Éd. Cognet, p. 291).

127 Éd. Cognet, p. 287.

128 IIe lettre, éd. Cognet, p. 25.

129 Éd. Cognet, p. 355.

130 XVIIe lettre, éd. Cognet, p. 329. Il est vrai qu’en même temps, dans une solennelle déclaration de foi, Montalte affirme son attachement à l’Église et au Pape (ibid., p. 330).

131 Ibid., p. 331.

132 Le scripteur anonyme de la XVIIe lettre éprouvait d’autant plus le besoin de nier son appartenance à Port‑Royal que le R.P. Annat, dans La Bonne Foy des Jansenistes [...], où précisément il traitait l’auteur des Provinciales d’hérétique ‑ accusation dont Pascal se défend dans la première partie de cette lettre ‑, ne le désignait pas autrement, y compris dans le titre de son libelle, que par cette périphrase : « le Secrétaire du Port‑Royal ». De même, dans une lettre à Spon du 26 décembre 1656, Gui Patin, pour désigner l’auteur des Provinciales, parle du « Théologien de Port-Royal » (« GEF », t. VI, p. 306). Le désir de mettre autant que possible Port‑Royal à l’abri des poursuites occasionnées par Les Provinciales est évident dans cette lettre.

133 Lettre XVII, éd. Cognet, p. 332‑333.

134 Ibid., p. 331.

135 Ibid., p. 352‑353.

136 Ibid., p. 328.

137 Nous croyons l’avoir montré dans « Le Vocabulaire polémique dans la dix‑septième et la dix‑huitième Provinciale », Chroniques de Port‑Royal, n° 25, 1976, p. 5‑44.

138 M. Angenot, op. cit., p. 239.

139 Op. cit., p. 245.

140 Dans la Xe lettre, le jésuite, interlocuteur de Montalte dans les lettres V à X, oppose « autrefois » (éd. Cognet, p. 171, 172, 183) à « maintenant » (ibid., p. 178 ; p. 184 : 2 occurrences), c’est‑à‑dire l’« ancienne Église » (ibid., p. 178) à la nouvelle, celle que les « Pères d’aujourd’hui » (ibid., p. 184) ‑ ceux de la Compagnie de Jésus ‑ tentent d’instaurer, et il lie l’illusion au passé, la réalité au présent : « en faisant voir que ce qu’on croyait mauvais ne l’est pas » (ibid., p. 171). Hérésie aux yeux de Pascal, pour qui il ne peut y avoir qu’une seule Église détentrice de la vérité chrétienne : celle dont la vie présente plonge ses racines dans la Tradition.

141 M. Angenot, op. cit., p. 104.

142 Ibid., p. 106.

143 P.‑L. Courier, Pamphlets politiques, Paris, Pierre Faré éd., 1947, p. 172‑173.

144 Ibid., p. 173.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Plainemaison, « Les Provinciales sont‑elles des pamphlets ? », Courrier du Centre international Blaise Pascal, 18 | 1996, 22-30.

Référence électronique

Jacques Plainemaison, « Les Provinciales sont‑elles des pamphlets ? », Courrier du Centre international Blaise Pascal [En ligne], 18 | 1996, mis en ligne le 07 janvier 2016, consulté le 19 août 2017. URL : http://ccibp.revues.org/574 ; DOI : 10.4000/ccibp.574

Haut de page

Auteur

Jacques Plainemaison

Université de Limoges

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Centre international Blaise Pascal

Haut de page
  • Logo Université Clermont Auvergne
  • Logo PUBP (Presses Universitaires Blaise Pascal)
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo IHRIM (Histoire des représentations et des Idées dans les Modernités)
  • Logo POLEN (Pôle éditorial numérique de l'Université Clermont Auvergne)
  • Logo BCU (Bibliothèque Clermont Université)
  • Revues.org