Navigation – Plan du site
Chroniques

Nouvelles pascaliennes

Dominique Descotes, Stéphanie Miteran et Thérèse Goyet
p. 37-48

Texte intégral

Les journées sur le théologico-politique (3-4 mai 1996)

  • 1 Gérard Bensussan, souffrant, n'a pu parler de Franz Rosenzweig (1886-1929).

1Ces deux journées d’étude se sont déroulées à l’initiative du professeur Laurent Jaffro de l’Université de Paris I, dans le cadre des activités du Centre d’Études sur les Réformes, l’Humanisme et l’Âge Classique (CERHAC), à l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand ; elles ont réuni neuf intervenants autour de la question du théologico-politique1.

2Le champ d’investigation des communications a permis de parcourir le vaste panorama de l’évolution du traitement de ce thème de l’Antiquité à l’époque contemporaine, des Pythagoriciens anciens (VIe av. J.C.) à Alessandro Manzoni (1785-1873). Toutes les recherches témoignent de l’intérêt que les philosophes, théologiens, hommes de lettres ou d’État ont constamment porté aux relations entre le religieux et le politique. En effet, la variété des interventions et la qualité des discussions consécutives, tout comme la difficulté générale pour les orateurs à circonscrire leur propos dans le peu de temps qui leur était imparti, nous paraissent autant de marques patentes de la richesse de ces journées d’étude et de l’actualité de la question.

3Alain Petit (Université Blaise Pascal) a présenté la situation du pastorat politique dans l’Antiquité. Sur les traces de Michel Foucault et d’Henri Joly, d’une manière assez neuve nous semble-t-il, il s’est proposé de restituer la pertinence du modèle pastoral, forme théocratique de gouvernement fondée sur une « théo-mimétique » (le politique, inspiré, suit la volonté du Dieu, sans aucune médiation) et sur une « cosmo-politique » (le politique, pasteur, occupe une fonction analogue dans la cité à celle du Dieu dans l’univers). D’une part, Alain Petit a discuté l’adhésion continue de Platon à cette doctrine, et montré en quoi le philosophe de La Politique prend des distances avec le pythagorisme, considéré comme l’anéantissement du pouvoir de l’homme politique soumis aux Dieux, pour affirmer la nécessité d’un art politique fondé sur le droit. Et, d’autre part, il a contesté la marginalisation de ce modèle dans la pensée philosophique grecque. Pour ce faire, il s’est appuyé sur les traités de la royauté, datés selon lui du IIIe siècle av. J.C., des pseudo-Ecphante, Diotogène et Ithénidas. Ces textes permettent de reconstituer une matrice du théologico-politique et d’attester les retentissements concrets du pastorat à cette époque. Alain Petit a poursuivi son enquête érudite dans la romanité, de Cicéron à Sénèque, pour conclure à la permanence du modèle pastoral depuis l’Antiquité à la Renaissance française ou anglaise.

4Avec beaucoup de clarté et de finesse, Yves Cattin (Lycée Blaise Pascal) a donné une lecture rare et précieuse de la pensée politique de Thomas d’Aquin. Il a montré en quoi le théologien, avec originalité et impertinence pour l’époque, dénonce (souvent à l’occasion de joutes quolibétales avec saint Bonaventure) la théorie et la pratique des gouvernements et de l’Église qui font intervenir un terme extérieur, la transcendance divine, pour justifier l’ordre politique. Yves Cattin a précisé de quelle manière Thomas d’Aquin, lecteur et commentateur assidu d’Aristote, mais aussi catholique fervent, résout le dilemme entre une soumission religieuse à l’autorité politique et les exigences de la raison humaine. Il a ainsi expliqué qu’étant à son origine une création divine, la raison s’avère ensuite autonome, et trouve dans le processus politique un moyen de s’épanouir. Néanmoins, cet État politique n’est pas la fin véritable de l’homme, il n’est qu’une actualisation sur terre de sa relation à Dieu, un espace transitoire ou médiat, une figure dégradée de l’ordre divin. Yves Cattin a en ce sens suggéré que « l’histoire de la politique est le chiffre de l’histoire de la relation de l’homme à l’absolu ».

5Pour clore cette stimulante première journée d’étude, Isabelle Delpla (Université de Nancy) a tenté, en suivant l’itinéraire sceptique de Pierre Bayle, de répondre à une série d’interrogations sur l’utilité du religieux dans une institution politique. Au cours d’une communication vivante et passionnée, Isabelle Delpla a examiné le paradoxe du traditionalisme politique de Bayle, farouche défenseur de l’absolutisme de droit divin ou humain, et de sa modernité morale en ce qui concerne la tolérance civile et la multiplicité confessionnelle. En effet, après avoir confirmé la viabilité d’une société « d’athées vertueux » dans laquelle l’action est motivée par les passions et les intérêts, comme partout ailleurs, Isabelle Delpla a ensuite établi comment Bayle tente de dissocier le religieux du politique, arguant que leur confusion aboutit immanquablement aux maux des superstitions (même s’il existe un usage utile de la religion). Elle a enfin soulevé la contradiction que présentait pour un Pierre Bayle, absolutiste, le fait de dessiner le portrait de « l’athée citoyen » et a par conséquent conclu, comme Alain Petit, que le politique, dans ce cas, disparaissait sans les fondements du religieux. Laurent Jaffro a néanmoins, au cours de la discussion consécutive, évoqué l’hypothèse d’un absolutisme baylien de pures circonstances visant à protéger la communauté protestante des foudres du pouvoir politique.

6Jean Pironon (Université Blaise Pascal) a fait une analyse précise et méthodique de l’impossible argumentation de John Milton dans La Tenure des rois et des autorités civiles. S’appuyant sur les trois grands critiques et éditeurs du poète, David Masson, Gilman et Merritt Y. Hugues, il a réinterprété selon un syllogisme les six parties du pamphlet justifiant le régicide de Charles Ier, le 30 janvier 1649. Cette étude a permis de dégager les procédés rhétoriques dont se sert Milton pour persuader le lecteur : parti-pris, manichéisme anti-presbytériens ou encore accumulation de références aux autorités antiques et bibliques. Ces usages, selon Jean Pironon, pallient très souvent les faiblesses du raisonnement de Milton. L’orateur a néanmoins souligné, à la décharge du poète trop impliqué par l’exécution, l’émotion et l’indignation suscitées alors dans toute l’Angleterre pour cet événement sanglant.

7Laurent Jaffro a proposé une lecture parallèle des textes de Thomas Hobbes (1651), James Harrington (1658) et John Toland (1704-05) sur la question de l’érastianisme, ou soumission de « l’ecclésia » à l’État politique. Il a traité dans cette optique des notions complexes de « chirotonia » (mode d’élection par une assemblée) et de « chirotesia » (désignation par l’imposition des mains ». Partant de l’essai d’ecclésiologie, La constitution primitive de l’Église chrétienne de John Toland, Laurent Jaffro a rappelé les principes de l’érastianisme : la dénonciation de la mainmise du clergé sur le religieux, toute église étant particulière, et la revendication d’un christianisme « socinien », non-conformiste, ayant pour objectif le maintien de la société civile et l’enseignement d’une morale christique naturelle, simple et raisonnable. Par diffraction, Laurent Jaffro a ensuite énoncé les points communs et les divergences de Hobbes et Harrington sur la question. D’accord pour refuser un clergé indépendant et une Église universelle, Hobbes se sépare de Harrington pour son érastianisme conformiste : en effet, Hobbes légitime un « ecclésia » unique, autorisé par le souverain politique conformément à sa religion (« chirotesia »). Être chrétien revient ainsi à reconnaître Jésus-Christ comme Messie et à obéir aux lois de l’État. En revanche, James Harrington développe un érastianisme tolérant, en considérant (« ecclésia ») comme un gouvernement populaire (« chirotonia ») dans lequel il y a une religion nationale de pure convention contrôlée par des magistrats, mais laissant une liberté totale de conscience et d’expression. Finalement, Laurent Jaffro a conclu qu’il existait deux modèles de communication de la philosophie : chez Hobbes, la philosophie est une doctrine d’État enseignée à l’Université ; chez Harrington et Toland, elle est une libre pensée sur le mode des Lumières.

  • 2 L'imagination peut avoir trois formes : deux régimes simples, l'affection (passions et impressions) (...)

8La matinée du samedi s’est achevée sur l’intervention de Xavier Papaïs (Université de Picardie). Celui-ci a donné une analyse intéressante, quoiqu’amputée en raison du temps imparti, de la philosophie politique de David Hume. Il a ainsi démontré comment le penseur, dans une enquête sur les concrétions de l’imagination2, associe le scepticisme à l’empirisme et au libéralisme pour phagocyter le despotisme et le sacré. Xavier Papaïs a en effet souligné que la suspension des passions et la suppression des autorités sont les moteurs de la construction communautaire. Ainsi, dans un gouvernement, qui est une institution en évolution permanente faisant coexister les hommes de façon agréable, les passions doivent être régulées par une justice artificielle. L’État est en ce sens l’accommodement des « sympathies » (la bienveillance et la jalousie) et d’une autorité arbitraire : cet apanage fonde la moralité publique. Les formes morbides de cette moralité sont l’enthousiasme, forme corrompue de la « sympathie », et la superstition, forme corrompue de l’autorité. Pour Hume, la superstition s’avère en effet un transfert de l’autorité sur une référence singulière, donc absurde, mais à laquelle l’homme humilié délègue toute sa puissance et sa capacité d’initiative (d’où un polythéisme « inoffensif »). L’enthousiasme, en revanche, est un court-circuit entre une passion et la prétention à la totalité ; il s’érige par conséquent en souverain et constitue le fanatisme (d’où un monothéisme « belliqueux »). Xavier Papaïs a ensuite étudié comment une politique libérale permet de dégager l’industrie humaine (« artifice ») sous le double mode de l’utilité, par l’invention et la production, et du « raffinement », exercice de la libre pensée pour améliorer les productions. Xavier Papaïs a alors brossé, dans une rapide conclusion, le portrait du sceptique comme un individu mesuré et raffiné, détaché des pouvoirs de l’imagination. Par la modération de ses passions violentes, il ne craint pas la superstition, par la suspension de son jugement, il ne craint pas le fanatisme : le sceptique est ainsi l’honnête homme des Lumières.

9Dans la dernière ligne droite de ce marathon sur la question du théologico-politique, Jean-Fabien Spitz (Université de Paris X) a brillamment et vaillamment, étant donné la complexité de son propos, mis en lumière la contribution de la théorie du « Droit Divin des Rois » à la naissance de la liberté européenne. Il a ainsi formulé, dans une première hypothèse, le rôle majeur de cette doctrine dans l’invention du concept de « souveraineté » à la fin du XVIe et au début du XVIIe siècle : essentiellement dirigée contre l’anarchie féodale, la souveraineté consiste à permettre aux hommes de vivre ensemble grâce à l’institution d’un pouvoir central et unique. Jean-Fabien Spitz a néanmoins allégué que l’assujettissement à l’État est la rançon de l’unification des volontés humaines divergentes. Il a ensuite expliqué la naissance de la liberté européenne comme un transfert d’une souveraineté « ascendante », d’un roi envoyé de Dieu, vers une souveraineté « descendante », d’un roi représentant du peuple (ce que refusent les partisans de la théorie du « Droit Divin des Rois »). Non content de cette première hypothèse, Jean-Fabien Spitz a, dans une seconde, situé l’acte initial de ce processus de libération par rapport à la réintroduction de l’aristotélisme dans la pensée politique européenne, quatre ou cinq siècles auparavant. Cette philosophie, considérant qu’il y a une loi éthique naturelle antérieure à toute convention humaine et extérieure aux constructions politiques, implique que le gouvernement ne soit plus souverain, mais un arbitre et un interprète des actions humaines. Jean-Fabien Spitz a alors indiqué que chaque sujet est en même temps un « citoyen » libre d’obéir ou non à la procédure d’arbitrage, selon qu’il la juge conforme ou non à la loi naturelle. Il y a par conséquent deux lieux du politique : la parole publique de la procédure d’arbitrage et l’accord des raisons individuelles. Grâce à ses deux hypothèses, Jean-Fabien Spitz a marqué, au terme de son analyse, l’évolution de la théorie du « Droit Divin des Rois » au cours des siècles. D’abord source du concept de « souveraineté », la théorie a ensuite été interprétée comme un renforcement artificiel du pouvoir politique contre les sectes dissidentes et la puissance de l’Église, dans une monarchie « mitigée ». Puis, après que d’autres critiques ont affirmé, par la doctrine du « Droit Divin des Rois », la souveraineté absolue du roi, cette théorie a fait l’objet d’une dernière analyse. Dans l’État, il n’y a pas de volonté humaine qui fasse droit en dernier ressort. Jean-Fabien Spitz a alors déduit, par l’exemple de Jacques Ier (1406-1437), que la politique n’est pas le lieu ultime de la détermination du droit, mais un instrument qui peut parfois s’exposer à des fractures, auquel cas il devient illégitime, car il n’est institué par la volonté humaine, en tant qu’artifice, seulement pour que la raison soit mise en œuvre.

10En proposant une lecture minutieuse du texte de Kant, Le conflit des facultés, écrit en 1798 en réponse au récit de Frédéric-Guillaume II qui censure La religion dans les limites de la simple raison, Emmanuel Cattin (Université Blaise Pascal) a présenté la difficulté des usages du savoir universitaire dans un cadre public ou privé. Il a ainsi rapporté la manière dont cette dissertation règle la question des devoirs politiques de l’intellectuel, selon qu’il appartient aux facultés « supérieures » de Théologie, de Droit et de Médecine, ou bien à la faculté « inférieure » de philosophie. Emmanuel Cattin a précisé cette hiérarchie des facultés d’après les rapports de subordination ou non qu’elles entretiennent avec le gouvernement : les facultés « supérieures » intéressent les politiques car elles seules forment des « agents du pouvoir » (homme d’Église, magistrats et médecins) qui défendent les statuts du gouvernement ; la faculté (inférieure) est en revanche libre et indépendante, n’étant tenue que de conseiller l’État. Cette organisation autorise ainsi Kant à défendre son ouvrage philosophique, qui, de plus, par son ésotérisme, est aussi incompréhensible et inutile au peuple qu’au politique. Elle lui permet en outre de ménager un espace privé réservé aux savants : le philosophe ne s’occupe que de la vérité dont la seule instance est le pouvoir de juger de façon autonome. Cet ordre de l’esprit demeure absolument et nécessairement extérieur à l’ordre du politique, et ce dans son intérêt, jusqu’à ce que le savoir soit coordonné à l’État par un agent fonctionnaire et passe alors dans le domaine public. Emmanuel Cattin a achevé son parcours par la distinction entre la faculté « inférieure » qui exerce un contrôle rationnel contre le pouvoir superstitieux attribué aux facultés « supérieures » afin de conserver au gouvernement une autorité sur le peuple. La faculté de Philosophie serait ainsi la « gauche », en tant que forme d’opposition au pouvoir, les facultés de Théologie, de Droit et de Médecine seraient la « droite », en tant qu’elles défendent les statuts du gouvernement, l’ensemble formant la constitution libre de l’Université.

  • 3 Traduction française inédite de Luca Badini-Confalonieri.

11L’ultime communication de ces deux journées d’étude s’est résumée à un exposé synoptique sur le « Droit divin » et le « potestas a Deo » dans la réflexion d’Alessandro Manzoni. Luca Badini-Confalonieri (Université Blaise Pascal) a en effet vivement regretté de n’avoir pu achever à temps son intervention. Il a tenu néanmoins à nous faire part succinctement de la complexité des thèmes de la religion du pouvoir politique dans l’œuvre de l’écrivain italien. Luca Badini-Confalonieri a expliqué que ces questions ne sont pas uniquement présentes dans les écrits historiques et politiques d’Alessandro Manzoni, mais aussi dans sa correspondance et dans sa production littéraire sous la forme d’annotations marginales, « piranésiennes ». Luca Badini-Confalonieri nous a finalement proposé pour illustrer ces procédés, et de façon opportune en conclusion du colloque, une idée inédite d’une Note du discours sur les Longobards3.

  • 4 Corneille, Attila.

12Le dernier acte de cette réunion ont été composé par Dominique Descotes qui a insisté sur l’intérêt de cette question en littérature : la fiction permet de présenter des situations limites absentes de la réalité. Il a ainsi mis l’accent sur les tragédies de Corneille et Racine, et fait en ce sens un sort au personnage sanguinaire d’Attila4 selon l’idée qu’une telle « théologie du fléau de Dieu » n’est possible que par le biais de la fiction politique.

13Outre la permanence de la question du théologico-politique, la difficulté, pour tous les penseurs, à dissocier le religieux du politique nous est apparue expressément au cours de ces journées. Il s’est en effet agi soit de faire de la religion les fondations de la construction pastorale (A. Petit), soit de s’en servir pour justifier l’acte politique et sanglant du régicide (J. Pironon), soit encore de faire de l’organisation politique le fer de lance de l’homme religieux (Y. Cattin). Les revendications d’autonomie ont ainsi abouti au dilemme de Bayle qui voudrait renoncer au sacré en conservant une monarchie absolue (I. Delpla), ou bien à l’impossibilité de produire un discours limpide (L. Badini-Confalonieri). Et même l’exposé de la procédure de libération de l’esprit a institué le sacré, la loi naturelle, comme l’unique borne légitime quand une raison tyrannique (J. F. Spitz). Néanmoins, l’érastianisme de Toland, Hobbes et Harrington est parvenu à inverser ce mouvement en subordonnant la religion politique (L. Jaffro). Par l’institution d’une religion positive qui est une morale rationnelle fondatrice des lois publiques, Kant a aussi dégagé la religion de la Révélation (E. Cattin). Mais c’est avec ascèse sceptique de David Hume que le religieux a subi la plus sérieuse disgrâce en devenant une forme morbide et délirante des passions humaines (X. Papaïs).

14Quant à nous, nous avons conclu de ces analyses intéressantes qu’un fondement sacré s’impose tant qu’on recherche, pour penser le politique, une référence certaine ou une causalité première. La rupture n’a pu être envisagée qu’à partir du moment où l’homme a renoncé à découvrir un point fixe de la loi, et partant, accepté de relativiser la question du politique dans un processus historique, sans référence à l’Absolu.

15Stéphanie Miteran

Journées sur les dictionnaires électroniques (14-15 juin 1996)

16Le CIBP a soutenu les journées organisées par le CERHAC (équipe EQUIL XVI) sur les « Dictionnaires électroniques du français des XVIe et XVIIe siècles ». Pour le XVIIe siècle, Isabelle Leroy-Turcan a évoqué les problèmes posés par l’informatisation de la première édition du Dictionnaire de l’Académie Française (1694). La publication des actes de cette importante journée sera effectuée sous forme électronique.

Recherches généalogiques sur Pascal

17En 1982, le numéro 3 du Courrier du CIBP a publié un article de Thérèse Goyet intitulé « On recherche la famille de Blaise Pascal ». Depuis cette date, à l’exception de l’article de Michel Boy, « Les ancêtres ambertois de Pascal », paru dans le numéro 13 de 1991, ce sujet n’a plus été évoqué.

18Il serait pourtant nécessaire de relancer la recherche. Plusieurs actions pourraient être envisagées :

  • création d’une commission généalogique,

  • publication dans le Courrier du CIBP de la note manuscrite de M. Juge-Chapsal « descendance de Pascal »,

  • envoi d’une circulaire à diverses personnes descendantes des Pascal pour leur demander le détail de leur rattachement à la famille de Pascal.

19Toute personne intéressée par ces recherches généalogiques peut prendre contact avec M. Bernard Gastinel en écrivant au CIBP (Bibliothèque, 1 boulevard Lafayette, 63000 Clermont-Ferrand).

Annonces

20La Société de Port-Royal prépare, avec l’UPRES-A de Saint-Étienne dirigée par Antony McKenna un colloque sur Port-Royal et le Protestantisme, qui se tiendra à Montpellier du 25 au 27 septembre 1997. Les propositions de communications sont à envoyer à Antony McKenna (6 chemin de la Berne, 42600 Ecotay l’Olme).

21Le colloque de 1998 (17-18 septembre) sera consacré à « Port-Royal et les mémoires », et se tiendra dans les locaux rénovés du Musée des Granges.

En mémoire de Kyriaki Christodoulou

22Notre assemblée du 2 février 1996 s’est ouverte par l’annonce du décès d’une amie de nos premiers temps : Mme Kyriaki Christodoulou, professeur à l’Université d’Athènes. Nous n’avons pu nous faire représenter à ses obsèques n’ayant appris sa mort que par le retour d’un courrier non distribué.

23Et pourtant elle appartenait corps et âme à notre communauté pascalienne. Née en 1934, d’abord professeur de français (langue et littérature), elle s’était tournée vers la philosophie. Elle se donna pour tâche d’expliquer l’insertion de Pascal dans la tradition humaniste, par une thèse de grande envergure : La contribution de la pensée classique et en particulier du stoïcisme à la formation de la doctrine apologétique de Pascal, Athènes, 1974, Bibliothèque Sophias, N. Saripolou (En grec, avec table en français).

24L’Université d’Athènes était très heureusement représentée, lors de notre colloque fondateur de 1976, Méthodes chez Pascal, par le professeur Evanghelos Moutsopoulos, et sa jeune assistante qui apportait une contribution sur « Le stoïcisme dans la dialectique apologétique des Pensées », bien dans sa marque. Kiki – ainsi l’appelions-nous tous par l’abréviation de son prénom – était attentive à tous, souriante, réservée, fine diplomate. Elle parlait le français le plus juste avec un humour discret et le sentiment des registres divers. Habile organisatrice et très hospitalière, elle a invité de nombreux collègues français à trois colloques internationaux dont elle avait eu l’initiative : Ronsard et la Grèce (Actes chez Nizet, 1988), Montaigne et la Grèce (Aux Amateurs du Livre, 1990), Montaigne et l’Histoire des Hellènes (Klincksieck, 1994). Elle laisse de nombreuses publications sur diverses périodes de la littérature française. Surtout elle connaissait admirablement Montaigne, dont elle avait épousé l’humeur au point que les formules des Essais lui venaient spontanément pour commenter sa propre expérience. La relation entre Pascal et Montaigne, elle l’a expliquée avec méthode, mais aussi la ressentait-elle en familière des pensées et des styles. Ces fréquentations-là convenaient à la noblesse de son esprit.

25Au mois d’octobre 1993 le professeur Cl. G. Dubois, Président de la Société française d’Étude du XVIe siècle, est venu de Bordeaux à Athènes pour remettre à Kiki la médaille de l’Université Michel de Montaigne. Cette cérémonie a illuminé les dernières semaines de son existence. Car pendant deux ans elle a lutté contre le mal implacable et nous avons même, un temps, espéré que la chirurgie française réaliserait le miracle. Son stoïcisme personnel lui est resté en secours et sa vie témoigne d’une réussite des lettres françaises.

26Thérèse Goyet

Prix Blaise Pascal

27Le Prix Blaise Pascal, créé à l’initiative de la Ville de Clermont-Ferrand et du Club des Ouvreurs, a été attribué pour 1996 au neurobiologiste Pierre Karli, pour son ouvrage L’homme agressif, publié par Odile Jacob. Il lui a été remis par Jean-Yves Gouttebel, adjoint de Roger Quilliot, sénateur-maire de Clermont-Ferrand.

La revue XVIIe Siècle en CD-ROM

28Les éditions Champion annoncent la publication électronique de la collection complète de la revue XVIIe Siècle (1949-1996), prévue pour avril 1997. L’édition permettra une indexation des mots de la collection ; il sera possible de retrouver des phrases, des thèmes et tout autre élément des textes, et de comparer des documents. Prix prévu : 9 500 F. Renseignements : éditions Honoré Champion, 7 Quai Malaquais, 75006 Paris.

Un portrait de Pascal vendu à Joigny

29Un tableau non signé représentant Pascal, sans doute imité du tableau de Quesnel, a été vendu à l’Hôtel des Ventes de Joigny le 22 juin 1996 par Maître Patrick Sauserd, commissaire-priseur. Le tableau portait, en haut et à droite du portrait, la mention : « M.R.E. Blaise Pascal, né à Clermont en Auvergne. Mort à Paris le 19 août 1662, âgé de 39 ans ».

Jean-Georges Cornélius

30On connaît peu le peintre Jean-Georges Cornélius, né en 1880 et disparu en 1963. Plusieurs expositions ont été organisées ces dernières années en Bretagne, à Morlaix, Perros-Guirec, Pont-Aven, puis à Beauvais (1995). Installé près de Perros-Guirec, ce peintre indépendant a réalisé des œuvres représentant la Bretagne et ses habitants ; il a aussi illustré des textes poétiques comme La Ballade de la geôle de Reading d’Oscar Wilde et Les fleurs du mal de Baudelaire, et religieux comme le Livre de Job. Certaines de ses œuvres sont inspirées par des textes de Pascal, comme « Le divertissement ». D’autres expositions sont prévues dans un avenir proche.

Haut de page

Bibliographie

Jean Domat bibliographie clermontoise

En marge du colloque sur Jean Domat, il nous a paru intéressant de dresser la liste des ouvrages portant sur Domat actuellement déposés à la Bibliothèque Municipale et Interuniversitaire. Cette bibliographie a été établie par Suzanne Montagne et Claude Perrot. Nous donnons, entre crochets, la référence BMIU, afin que nos visiteurs puissent éventuellement l’exploiter.

Jean Domat

DOMAT Jean, extrait de Biographie universelle ancienne et moderne par Michaud, Paris, chez Mme Deplaces, 1843, t. XI (photocopie CIBP).

DOMAT Jean, extrait de Nouvelle biographie générale depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours… sous la direction de M. le Dr Hoefer, Paris, Didot, 1862-1866 [BMIU 55964].

Rue Jean Domat

Un dossier au CIBP.

Héraldique

RENARD F., « Les armes de quelques auvergnats célèbres : Domat… », in Le Gonfanon, 4e trim. 1985, n° 16, p. 15, ill. [BMIU A 65 250].

Manuscrits

Éloge de Domat, Papier, 76 feuillets 230 sur 190 mm., portefeuille, copie du XIXe s. [BMIU Ms 722].

Recueil sur le Jansénisme : manuscrit en provenance de l’Oratoire de Clermont, papier millésimé 1679.

(Contient : M. Domat. Raisons qui empeschent que je me rende à l’escrit intitulé : Si on a droit de supposer, etc. (fol. 23-32). La première page est de la main de Louis Périer ; la suite est d’un copiste.) [BMIU Ms 140]

Recueil de pièces relatives aux Écoles et au collège de Clermont. [BMIU Ms 606]

« Lettre du chapitre de l’église cathédrale de Clermont, à M. Domat, avocat du Roi, à Clermont, du 17 febvrier 1662 », au sujet de l’établissement des jésuites à Clermont (fol. 53-54), copie du XIXe siècle.

« Copie d’un mémoire écrit de la main de Domat », touchant l’établissement des Jésuites à Clermont (folio 157) copie du XIXe siècle.

« Petit mémoire de M. Domat » (folio 163).

Autographes

Autographes de personnes nées en Auvergne, ou ayant exercé des fonctions dans cette province : Jean Domat, 1661. [(Ms 810), fol. 13]

Autographe Jean Domat, 1664 : sur une pièce comptable pour le paiement de 66 livres 13 sols et 3 deniers par les fermiers de La Mercuriale. - La Mercuriale, 12 octobre 1664. [(Ms 2050)].

Autographe de personnes nées en Auvergne, ou ayant exercé des fonctions dans cette province : Deux reaus, signés de Domat et de Montorcier, Conseiller au Présidial, concernant l’engagement de frais « de députation à Paris », 14 mars et 30 juin 1681, fol. 122-123. [(Ms 718)]

Lettre de Jean Domat à M. Vernet avocat à Paris, a qui est offert en témoignage « d’estime singulière » le second tome des Lois Civiles 5 septembre 1691, fol 124. [(Ms 718)]

Autographe Jean Domat, 1779, fol. 14-15. [(Ms 810)]

Œuvres de Jean Domat

Les Lois civiles dans leur ordre naturel, Paris, Jean Baptiste Coignard, 1689. [BMIU 47218]

Les Lois civiles dans leur ordre naturel, 2e éd., Paris, Jean Baptiste Coignard, 1700, 6 vol. 

Ex dono Domini Domat in suprema subsidiorum arvernia curia senatoris filii authoris. [BMIU 47219]

Legum delectus. ex libris digestorum, et codicis, ad usum scholae et fori… Opera D. Joannis Domat, Paris, Nicolas Pepie, 1701. [BMIU 47 220]

Les Lois civiles dans leur ordre naturel, le Droit public, et Legum delectus. Nouv. éd. revue et corrigée. A Paris, chez Nicolas Pépie, 1713, gr. in 4°. [BMIU 273]

Les Lois civiles dans leur ordre naturel, le Droit public, et Legum delectus. Nouvelle éd. revue et corrigée et augmentée du troisième et quatrième livres du Droit public [par Louis de Héricourt], Paris, chez Denis Mouchet, 1723, in-4°, 2 t. en 1 vol. [BMIU 2557]

Les Lois civiles dans leur ordre naturel, le Droit public, et Legum delectus. Nouvelle édition, revue par M. de Héricourt, avec des notes de M. de Bouchevret, Paris 1777. [BMIU 2465]

M. Domat. Raisons qui empêchent que je me rende… (Écrit de M. Domat pour M. Pascal sur le formulaire) [BMIU 40059]

Manifestations autour de Domat

Exposition Jean Domat, Clermont-Ferrand BMIU, 13-14 octobre 1990, CIBP.

Colloque « Droit et pensée politique autour de Pascal », Clermont-Ferrand le 27 juin 1990.

Ouvrages sur Jean Domat

LEFEBVRE DE SAINT-MARC C. H et GOUJET CL. P., Supplément au Nécrologe de l’Abbaie de Notre-Dame de Port-Royal des Champs…, S. 1., s. n., 1735, p. 459-462.

Ex libris de l’abbaye de Saint-Alyre. [BMIU 41461]

CERVEAU (René), Abbé, Nécrologe des plus célèbres défenseurs et confesseurs de la vérité au 18e s., 1770-1778, 7 vol. [BMIU 82 704]

1800 à 1850

MANDET-DES-LAMIS, Éloge de Jean Domat, avocat du Roi, au siège présidial de Clermont. Mémoire seul présenté au concours qui avait été ouvert par l’Académie des Sciences de Clermont pour l’année 1833, Riom, Thibaud, 1835. [BMIU A 33011]

ALLEMAND, « Essai sur Domat ». Extr. de Annales scient. litt. industr. Auvergne, IX-1836 pp. 381-419. [BMIU A 65049]

ALLEMAND, Essai sur Domat. Discours prononcé par M. Allemand, avocat à Riom, à la séance particulière de l’Académie des sciences, belles lettres et arts de Clermont, du 4 novembre 1835, et à la séance publique du 19 juin 1836. Clermont-Fd., Thibaud-Landriot, 1836, in 8°, 44 p. [BMIU A 33012].

ALLEMAND, « Essai sur Domat (Jean, 1625-1696) ». Extr. de Annales sci. litt. industr. Auvergne, IX-1836, pp. 381-419. [BMIU A 70006/1836].

Éloge de Domat, avocat du Roi au présidial de Clermont, Riom, Salles fils, 1836. [BMIU A 33013 et bis]

JOUVET-DESMARAND, Essai historique et critique sur Domat, Riom, Salles fils, 1837. [BMIU A 33014].

CHASTEAU DU BREUIL, « Notices sur quelques auvergnats et sur quelques historiens. Domat ». Extr. de Annales sci. litt.indust. Auvergne, XII-1839, pp. 501-566. [BMIU A 70006/1839]

SALVETON, Études sur la vie et les œuvres de Jean Domat. Discours prononcé à l’audience solennelle de rentrée de la cour royale d’Amiens, le 4 Novembre 1840, Amiens, Duval et Herment, 1840. [BMIU A 33015]

DESMAREST Ernest, Discours sur Domat, prononcé lors de l’ouverture de la conférence des avocats, le 26 novembre 1842, Paris, A. Guyot, 1842, in 8°, 24 p. (Extr. de La Gazette des tribunaux) [BMIU A 33016]

COUSIN Victor, « Documents inédits sur Domat », Journal des savants, 1843, pp. 5-18, 76-93. [BMIU 180069 /1843]

COCHET, Éloge de Jean Domat. Discours prononcé le 12 novembre 1846, à l’audience solennelle de rentrée de la cour royale de Lyon, Lyon, L. Perrin, 1846. [BMIU A 33017]

1851 à 1900

CAUCHY Eugène, Études sur Domat. Lectures faites à l’Académie des Sciences morales et politiques, Batignolles, Hennuyer, 1852, in 8°, 88 p. [BMIU A 33019].

POMMIER LA COMBE, Domat et son temps. Discours prononcé à l’audience solennelle de rentrée de la Cour impériale de Riom, le 3 novembre 1854, Riom, A. Jouvet, 1854. [BMIU A 33020]

FEITU Émile, « Domat et sa conception philosophique du droit », Paris, Cotillon, 1869. Extr. de Revue critique de législation et de jurisprudence. [BMIU A 32 436].

LOUBERS Henry, J. Domat philosophe et magistrat, Paris, E. Thorin, 1873. [BMIU A 30271]

BENOIT-PONS Jules, Études : les œuvres de Domat, Gannat, Impr. Francis Marion, 1878, in 8°, 88 p. [BMIU A 34 648]

LOUBERS Henry, « Domat criminaliste ». Extr. de Bull. hist. sci. Auvergne, VII- 1887, pp 152-158 [BMIU A 70007/1887].

XXe siècle

JOVY Ernest, Domat, poète latin malheureux. Étude péripascalienne, Paris, Henri Leclerc, 1912, in 8°, 22 p. [BMIU A 33 425]

JOVY Ernest, « Domat, poète latin malheureux. Étude péripascalienne ». Extr. de Bull. du bibliophile et du bibliothécaire, 15 mai 1912, pp. 197-214 [BMIU 180 451/1912]

DONATI Benvenuto, Domat e Vico ossia del sistema del diritto universale, Macerata, Bianchini, 1923. [BMIU A 34 056]

JOVY Ernest, « Deux documents relatifs à Domat. Étude péripascalienne ». Extr. de Bulletin hist. sci. Auvergne, XLIV-1924, pp 161-167 et 179-183. [BMIU A 70007/1924]

JOVY Ernest, Deux documents relatifs à Domat. Étude péripascalienne, Clermont-Ferrand, impr. Générale, 1924, in 8°, 13 p. [BMIU A 33 905]

NICAUD Octave, « Jean Domat (1625-1696) ». Extr. de Le Moniteur du Puy de Dôme et du Centre, 7 décembre 1925. [BMIU MPA. 2]

BOURILHET Georges, Domat, avocat du roi au Présidial de Clermont (Discours prononcé à l’audience solennelle de rentrée de la Cour d’Appel de Riom, le 2 octobre 1932), Riom, Impr. G. Maillard, 1934, in 8°, 31 p. [BMIU A 70070/I-1934]

BOURILHET Georges, « Domat, avocat du roi, au présidial de Clermont ». Extr. de Région du Centre, n° 154, janv. 1935, pp. 6-14. [BMIU A 65 049]

VOELTZEL René-Frédéric, Jean Domat (1625-1696). Essai de reconstitution de sa philosophie juridique précédé de la biographie de jurisconsulte, Paris, Sirey, 1936. [BMIU A 35806]

BAUDELOT Bernard, Un grand jurisconsulte du XVIIe Jean Domat, Paris, 1938. [Dr Th.Paris 1938 BAU]

NOURRISSON Paul, Un ami de Pascal : Jean Domat, Paris, Recueil Sirey, 1939. [BMIU A 36239]

COQ P., « Jean Domat, ancien avocat du roi au présidial de Clermont, considéré comme jurisconsulte et comme magistrat ». Extr.de Des Tablettes historiques de l’Auvergne et emprunté aux Actes de l’Académie des Sciences belles et arts de Bordeaux, VII, 1846, p. 441-467 [BMIU A 33018]

PASCAL Blaise, Textes inédits. Recueillis et présentés par Jean Mesnard. Extraits de l’édition du Tricentenaire, Paris, Desclée de Brouwer, 1962. [BMIU A 37442]

GRAMAIN Paul, « La vie affective et spirituelle de Domat, son influence sur son œuvre juridique ». Extr. de Bulletin historique scientifique de l’Auvergne, T.LXXXIII, 1965, pp. 167-186. [BMIU A 70007/1965]

VENTIMIGLIA Carmine, « Societa, politica, diritto : Il crstiano e il mondo ». Extr. de Pascal e Domat. Quaderni di Filosofia, 6, Parma, Ed. Zara, 1983. [BMIU 136029/1983]

TODESCAN Franco, « Il Problema della secolarizzazione nel pensiero giuridico di Jean Domat », Milano, Giuffre, 1987. Ext. de Per la storia del pensiero guiridico moderno. Universita di Firenze, n° 26, 1987. [BMIU 41548]

RENOUX-ZAGAME Marie-France, « Domat, le salut et le droit, Paris, Société pour l’histoire des Facultés de Droit et de Sciences juridiques », 1989. Extr. de Revue d’histoire des Facultés de Droit et de la Science juridique, n° 8, 1989, pp. 70-111. [BMIU 134 530/1989]

BLUCHE François, « Jean Domat ». Extr. de Dictionnaire du grand siècle, Paris, 1990

Iconographie

DOMAT (Jean). Les Lois civiles dans leur ordre naturel : page de titre (CRDP, Dia 342-3.9). [BMIU 47218]

DOMAT (Jean). Les Lois civiles : p. I, Traité des Lois (CRDP Dia 342-3.2). [BMIU 47218]

Portraits de Jean DOMAT

XVIIe siècle

Anonyme, pastel (Musée du Ranquet) (Photo sur papier n. b ; CRDP ; photo sur papier couleur ; CRDP- diapositive CRDP)

XIXe siècle

Anonyme (BMIU Collection Boyer 834).

Anonyme, huile sur toile (Musée Mandet Riom).

Félix Bachellery, Huile sur toile (photo papier n. b. CRDP, BMIU Gr 47).

Lacroix, lithographie Paris (BMIU Collection Boyer 831).

E. Thomas, gravure sur bois d’après [H ou N] R. (BMIU. Collection Boyer 832 et 833).

Mandet des Lamis, lithographie (BMIU Collection Boyer 837).

Thibaud-Landriot à Clermont-Ferrand, lithographie (BMIU Collection Boyer 830 et 829 ; Gr 47).

François, gravure d’après une peinture de Nicolas Coypel (BMIU Collection Boyer 836 et Gr 5021 ; Photo papier n. b. CRDP et diapositive CRDP).

C. Desrosiers (Moulins) ; lithographie. (BMIU. Collection Boyer 835).

Statue de Jean Domat

Statue dans la cour intérieure de l’Hôtel de Ville Clermont-Ferrand, CRDP, photo n. b.584/2.

Buste de Jean Domat (collection particulière).

Coupures de journaux

« L’Ordre naturel » du Clermontois Domat, s : J. B., La Montagne, du 25 avril 1990.

Histoire de Jean Domat Ms 722 (photocopie).

Domat, l’histoire et les livres à la Bibliothèque de Clermont, La Montagne du 3 octobre 1990.

Le Descartes de la jurisprudence / Valérie COUDERT, La Liberté, n° 20, du 12 février 1983.

La maison de Jean Domat, La Montagne du 18 Août 1995.

Acquisitions du CIBP 1995-1996

Livres et documents anciens

ARNAULD D’ANDILLY, Lettres, Paris, Legras, 1696.

BATES Guillaume ( ?), Vitae selectorum aliquot virorum qui doctrina, dignitate aut pietate inclaruere, Typis A. G. et J. P. et prostant venales apus Georgium Wells, Londini, 1704.

GROTIUS Hugo, De jure belli ac pacis libri tres..., Amsterdam, 1720.

HUET, Huetiana ou pensées diverses de M. Huet, évêque d’Avranches, chez Jacques Estienne, Paris, 1722.

MONMERQUE Louis, Les carrosses à cinq sols ou les omnibus du XVIIe siècle, Paris, Firmin Didot, 1828.

PASCAL Blaise, Les Provinciales, 10e éd., N. Schoute, Cologne, 1688.

RAPIN René, Œuvres du P. Rapin, 3 volumes, chez Pierre Gosse, La Haye, 1724.

Testament de Mme Fontfreyde, grand-mère de Blaise Pascal.

Éditions modernes

PASCAL Blaise, Œuvres complètes, éd. Strowski, 3 vol. 

PASCAL Blaise, Œuvres de Blaise Pascal, tome 4, Les Pensées, introduction de Jean Hytier, éd. d’art H. Piazza, Paris, 1929.

PASCAL Blaise, Pensées, éd. Brunschvicg, Bibliothèque Lattès, C. Lattès (imprimé en Chine), 1989.

PASCAL Blaise, Pensées, éd. Krailsheimer, Penguin Classics, London, éd. 1995.

PASCAL Blaise, Abrégé de la vie de Jésus-Christ, éd. J. Mesnard, Desclée de Brouwer, Paris, 1992.

PASCAL Blaise, Entretien avec M. de Sacy, éd. Jean Mesnard et Pascale Mengotti, Desclée de Brouwer, Paris, 1994.

PASCAL Blaise, Texte primitif des Lettres Provinciales..., Hachette, Paris, 1994.

Textes connexes en éditions modernes

ACCETTO Torquato, De l’honnête dissimulation, éd. S. Nigro, Verdier, Paris, 1990.

BORGES Jorge Luis, Enquêtes, NRF, Gallimard, Paris, 1986 (deux articles sur Pascal).

CHALLE Robert, Journal d’un voyage fait aux Indes orientales, 1, février 1690-août 1690, Mercure de France, Paris, 1983.

CHALLE Robert, Les illustres françaises, éd. F. Deloffre et J. Cormier, Droz, Genève, 1991.

CHALLE Robert, Difficultés sur la religion proposées au père Malebranche, éd. F. Deloffre et M. Menemencioglu, Voltaire Foundation, Oxford, 1982.

D’AUBIGNAC François Hédelin, La pratique du théâtre, éd. P. Martino, Slatkine Reprints, Genève, 1966.

DESCARTES René, Œuvres, éd. Adam-Tannery, Vrin, Paris, 1996, 11 vol. (réédition en format réduit).

ESPRIT Jacques, La fausseté des vertus humaines, précédée de Traité sur Esprit, de Pascal Quignard, Aubier, Paris, 1996.

GREGOIRE Abbé, Les ruines de Port-Royal des Champs, éd. Rita Hermon-Belot, Réunion des Musées de France, Paris, 1995.

HOBBES Thomas, Critique du De Mundo de Thomas White, éd. Jacquot et H.W. Jones, Vrin-CNRS, Paris, 1973.

HUYN Mi-Ae, Édition critique et commentaire du Traité de religion... de Michel Mauduit, Thèse, Clermont-Ferrand, 1994.

LEIBNIZ, La réforme de la dynamique, Vrin, Paris, 1994.

LEIBNIZ, La caractéristique géométrique, Vrin, Paris, 1995.

LE MOYNE Pierre, Hymnes de la sagesse divine et de l’amour divin, éd. Anne Mantero, Le Miroir volant, 1986.

NICOLE Pierre, La vraie beauté et son fantôme et autres textes d’esthétique, éd. Béatrice Guion, Champion, Paris, 1996.

SAINT AUGUSTIN, Commentaire de la première Épître de S. Jean, Cerf, Paris, 1994.

SAINT AUGUSTIN, Œuvres, t. 21, La crise pélagienne, Bibliothèque augustinienne, Paris, 1994.

SALVAYRE Lydie, La Puissance des Mouches, Seuil, Paris, 1995.

Biographies de Pascal et de l’entourage

COLE John R., Pascal. The Man and His Two Loves, New York University Press, New York and London, 1995.

DALL Guillaume, La mère Angélique, abbesse de Port-Royal d’après sa correspondance, Perrin, Paris, 1983.

MONLAUR M.-R., Angélique Arnauld, Plon, Paris, 1911.

Histoire

ARMOGATHE Jean-Robert (dir.), Le Grand Siècle et la Bible, Beauchesne, Paris, 1989.

BLET Pierre, Le clergé du grand siècle en ses assemblées (1615-1715), Paris, Cerf, 1995.

BOURNON Fernand, La misère dans le Blésois en 1662, imprimerie R. Marchand, Blois, 1882 (photocopie).

Philosophie, religion et histoire des idées

ADAM Michel, « Pascal et les problèmes de la communication », Filosofia oggi, Per l’unità delle scienze, anno XIX, n° 73-74, 1996, L’Arcipelago, Genova, p. 73-91.

BOUCHILLOUX Hélène, Apologétique et raison dans les Pensées de Pascal, Klincksieck, Paris, 1995.

BOULENGER A., Manuel d’apologétique, Introduction à la doctrine catholique, Vitte, Lyon-Paris, 1928.

BRAS Gérard et CLERO J. P., Pascal, Figures de l’imagination, P.U.F., Paris, 1994.

BROUTIN Paul, SJ, La réforme pastorale en France au XVIIe siècle. Recherches sur la tradition pastorale après le concile de Trente, tome 1, Desclée et Co, Paris-Tournai-New York-Rome, 1956.

CHEVALLEY Catherine, Pascal. Contingence et probabilités, P.U.F., Paris, 1995.

CONCHE Marcel, Pyrrhon ou l’apparence, P.U.F., Paris, 1994.

COHN Jonas, Histoire de l’infini : le problème de l’infini dans la pensée occidentale jusqu’à Kant, Cerf, Paris, 1994.

COSSUTA Frédéric (dir.), Descartes et l’argumentation philosophique, P.U.F., Paris, 1996.

CULLIERE Alain (dir.), Aspects du classicisme et de la spiritualité. Mélanges en l’honneur de Jacques Hennequin, Klincksieck, Paris, 1996.

DANIEL-ROPS, Pascal et notre cœur, éditions F.-X. Le Roux, Strasbourg-Paris, 1949.

DUPUY Michel, Bérulle et le sacerdoce. Étude historique et doctrinale. Textes inédits, Bibliothèque d’Histoire et d’Archéologie chrétiennes, Lethielleux, Paris, 1969.

FERREYROLLES Gérard, Les reines du monde. L’imagination et la coutume chez Pascal, Champion, Paris, 1995.

FERREYROLLES Gérard (dir.), Justice et force. Politiques au temps de Pascal, Actes du colloque de Clermont-Ferrand, 20-23 septembre 1990, Klincksieck, Paris, 1996.

GIARD Luce et DE VAUCELLES Louis (dir.), Les Jésuites à l’âge baroque, 1540-1640, Jérôme Millon, Grenoble, 1996.

JANTON Pierre, Les Protestants français, Brepols, Maredsous, 1995.

KAMBOUCHNER Denis, L’Homme des passions. Commentaires sur Descartes, Albin Michel, Paris, 1995, 2 vol. 

KOYRE Alexandre, Introduction à la lecture de Platon, suivi de Entretiens sur Descartes, NRF, Gallimard, Paris, 1962.

LABROUSSE Élisabeth, Pierre Bayle, Albin Michel, Paris, rééd. 1996.

La République des Lettres et l’histoire du judaïsme antique, XVIe-XVIIe siècles, Univ. Sorbonne, Paris, 1992.

LAZZERI Christian, Force et justice dans la politique de Pascal, P.U.F., Paris, 1993.

LECLERC Gérard, Histoire de l’autorité. L’assignation des énoncés culturels et la généalogie de la croyance, P.U.F., Paris, 1996.

MOROT-SIR Édouard, La raison et la grâce selon Pascal, Presses Universitaires de France, Paris, 1996.

PETIT Henri, Descartes et Pascal, L’Harmattan, Paris, 1995.

PITAUD Bernard, Petite vie de Jean-Jacques Olier, Desclée de Brouwer, Paris, 1996.

PRATT Vernon, Machines à penser. Une histoire de l’intelligence artificielle, P.U.F., Paris, 1995.

RODIS-LEWIS Geneviève, Descartes. Biographie, Calmann-Lévy, Paris, 1995.

SERRES Michel, Éloge de la philosophie en langue française, Fayard, Paris, 1995.

SEVE Bernard, La question philosophique de l’existence de Dieu, P.U.F., Paris, 1994.

WETSEL David, Pascal and disbelief : catechesis and conversion in the Pensées, Catholic University Press, Washington, 1994.

ZARKA Yves-Charles, Hobbes et la pensée politique moderne, P.U.F., Paris, 1995 (2 ex.).

Histoire littéraire

BEUGNOT Bernard, Le discours de la retraite au XVIIe siècle, P.U.F., Paris, 1996.

BURY Emmanuel, Littérature et politesse. L’invention de l’honnête homme, 1580-1750, P.U.F., Paris, 1996.

CAGNAT Constance, La mort classique : pour une poétique du récit de mort, thèse, Paris, 1994.

DONNE Boris, La Fontaine et la poétique du songe. Récit, rêve et allégorie dans Les Amours de Psyché, Champion, Paris, 1996.

ERNST Pol, Géologie et stratigraphie des Pensées de Pascal, Universitas, 1996.

JAOUEN Françoise, De l’art de plaire en petits morceaux. Pascal, La Rochefoucauld, La Bruyère, Presses Universitaires de Vincennes, Saint-Denis, 1996.

Les Écrivains français racontés par les écrivains qui les ont connus, éd. Charles Dantzig, Les Belles Lettres, Paris, 1995.

LOCKWOOD Richard, The reader’s figure. Epideictic rhetoric in Plato, Aristotle, Bossuet, Racine and Pascal, Droz, Genève, 1996.

MESNARD Jean (dir.), Précis de Littérature française du XVIIe siècle, P.U.F., Paris, 1990.

Sciences, épistémologie et histoire des sciences

BARBIN Evelyne et CAVEING Maurice, Les philosophes et les mathématiques, Ellipses, Paris, 1996.

BEAULIEU Armand, Mersenne, le grand Minime, Belles-Lettres, 1996.

BEN-DOV Yoav, Invitation à la Physique, Points, Seuil, 1995.

Blaise Pascal mathématicien, physicien, ingénieur, Clermont-Ferrand, BMIU et Ministère de la Culture, 1993.

BOLD Stephen, Pascal geometer. Discovery and invention in seventeenth-century France, Droz, Genève, 1996.

BOREL Émile, Le Hasard, Alcan, Paris, 1932.

BRABANDERE Luc de, Calculus : les machines de calcul non électriques, Mardaga, Liège, sd.

DARRIULAT Jacques, L’Arithmétique de la Grâce. Pascal et les Carrés magiques, L’Âne d’Or, Les Belles-Lettres, Paris, 1994.

De la machine à calculer de Pascal à l’ordinateur : 350 ans d’informatique, CNAM, Paris, 1990.

Éléments de géométrie de G.P. de Roberval, textes présentés par Vincent Jullien, Vrin, Paris, 1996.

FOURREY Émile, Récréations arithmétiques, Vuibert, Paris, 1994.

GINDIKIN Simon, Horloges, pendules et mécanique céleste, Diderot éditeur, Paris, 1995.

GRANT Edward, La Physique au Moyen Âge, VIe - XVe siècle, P.U.F., Paris, 1977, 168 p.

GUYON Etienne et TROADEC Jean-Paul, Du sac de billes au tas de sable, Odile Jacob, Paris, 1994.

HAMOU Philippe, La vision perspective (1435-1740), Payot, Paris, 1995.

Histoires d’algorithmes : du caillou à la puce, Belin, Paris, 1994.

Inventeurs et scientifiques. Dictionnaire de biographies, Larousse, Paris, 1994.

Katalog der Sammlung historischern rechenmaschinen und rechehilfsmittel, Bonn, Forschungsinstitut für diskrete mathematik, sd.

KOYANAGI Kimiyo, Pascal, de l’intuition à l’affirmation, Nagoya, 1992.

KLINE Morris, Mathematical thought from ancient to modern times, vol. 1-2, Oxford University Press, Oxford, 1972.

LICOPPE Christian, La formation de la pratique scientifique. Le discours de l’expérience en France et en Angleterre (1630-1820), La Découverte, Paris, 1996.

MARGUIN Jean, Histoire des instruments et machines à calculer ; trois siècles de mécanique pensante, Hermann, Paris, 1994.

RUHLA Ch., La Physique du hasard de Blaise Pascal à Niels Bohr, Hachette-CNRS, Paris, 1989.

SHAPIN Steven et SHAFFER S., Léviathan et la pompe à air, La Découverte, Paris, 1993.

1588-1988. Quatrième centenaire de la naissance de Marin Mersenne, Université du Maine, 1994.

Divers

MAGNARD Pierre et ZARKA Yves Charles, La Recherche philosophique en France (Rapport de la commission), Ministère de l’Éducation Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, et Centre National de la Recherche Scientifique, 1996.

Audio-visuel

Cogito. Vies et œuvres des grands philosophes, vol. 1 (Platon, Thomas d’Aquin, Descartes, Pascal, Spinoza, Rousseau), La Cinquième Video, VHS SECAM 78 minutes, 1996.

Notre ami Lane M. Heller vient de faire don au CIBP d’un ensemble de plus de deux cents articles d’auteurs divers, publiés entre 1960 et 1969, répertoriés dans la Bibliographie Blaise Pascal 1960-1969 qu’il a publiés avec Thérèse Goyet aux éditions ADOSA. Ces articles, numérotés conformément à la Bibliographie, seront bientôt mis à la disposition des visiteurs du CIBP.

Publications pascaliennes

Éditions de textes

PASCAL Blaise, Pensées, éd. Krailsheimer, Penguin Classics, London, éd. 1995, 334 p.

DESCARTES René, Œuvres, éd. Adam-Tannery, Vrin, Paris, 1996, 11 vol. (réédition en format réduit).

GREGOIRE Abbé, Les ruines de Port-Royal des Champs, éd. Rita Hermon-Belot, Réunion des Musées de France, Paris, 1995, 174 p.

LEIBNIZ, La caractéristique géométrique, Vrin, Paris, 1995.

SALVAYRE Lydie, La Puissance des Mouches, Seuil, Paris, 1995, 176 p.

Études littéraires, philosophiques et historiques

ADAM Michel, « Pascal et les problèmes de la communication », Filosofia oggi, Per l’unità delle scienze, anno XIX, n° 73-74, 1996, L’Arcipelago, Genova, p. 73-91.

BARBIN Evelyne et CAVEING Maurice, Les philosophes et les mathématiques, Ellipses, Paris, 1996.

BEAULIEU Armand, Mersenne. Le grand Minime, Fondation Nicolas-Claude Fabri de Peiresc, Bruxelles, diff. : Les Belles-Lettres, 1996, 380 p.

BEN-DOV Yoav, Invitation à la Physique, Points, Seuil, 1995, 210 p.

BOLD Stephen, Pascal geometer. Discovery and invention in seventeenth-century France, Droz, Genève, 1996, 216 p.

BOUCHILLOUX Hélène, Apologétique et raison dans les Pensées de Pascal, Klincksieck, Paris, 1995.

BRAS Gérard et CLERO J.P., Pascal, Figures de l’imagination, P.U.F., Paris, 1994.

CHEVALLEY Catherine, Pascal. Contingence et probabilités, P.U.F., Paris, 1995.

CLERO Jean-Pierre, « Pascal et les mathématiques », in BARBIN Evelyne et CAVEING Maurice, Les philosophes et les mathématiques, Ellipses, Paris, 1996, p. 66-88.

COLE John R., Pascal. The Man and His Two Loves, New York University Press, New York and London, 1995, 348 p.

CULLIERE Alain (dir.), Aspects du classicisme et de la spiritualité. Mélanges en l’honneur de Jacques Hennequin, Klincksieck, Paris, 1996.

DARRIULAT Jacques, L’Arithmétique de la Grâce. Pascal et les Carrés magiques, L’Âne d’Or, Les Belles-Lettres, Paris, 1994.

EDWARDS C.H., Jr., The historical development of the calculus, Springer-Verlag, New-York-Berlin-Paris, 1979, 352 p.

ERNST Pol, Géologie et stratigraphie des Pensées de Pascal, Universitas, 1996.

FERREYROLLES Gérard, Les reines du monde. L’imagination et la coutume chez Pascal, Champion, Paris, 1995, 316 p.

FERREYROLLES Gérard (dir.), Justice et force. Politiques au temps de Pascal, Actes du colloque de Clermont-Ferrand, 20-23 septembre 1990, Klincksieck, Paris, 1996, 384 p.

FORCE Pierre et MORGAN David (dir.), De la morale à l’économie politique. Dialogue franco-américain sur les moralistes français. Actes du colloque de Columbia University (New York), 14-15-16 octobre 1994, Op. cit., Publications de l’Université de Pau, n° 6, printemps 1996, 204 p. Articles sur Pascal de Laurent Thirouin, Bridget McDonald, Erec Koch, David Wetsel, John A. Gallucci, G. Ferreyrolles ; plusieurs articles sur des sujets proches.

GINDIKIN Simon, Horloges, pendules et mécanique céleste, Diderot éditeur, Paris, 1995, 234 p.

GRES-GAYER Jacques M., Le Jansénisme en Sorbonne, 1643-1656, Klincksieck, Paris, 1996, 382 p.

JAOUËN Françoise, De l’art de plaire en petits morceaux. Pascal, La Rochefoucauld, La Bruyère, Presses Universitaires de Vincennes, Saint-Denis, 1996.

KAMBOUCHNER Denis, L’Homme des passions. Commentaires sur Descartes, Albin Michel, Paris, 1995, 2 vol. 

Les Écrivains français racontés par les écrivains qui les ont connus, éd. Charles Dantzig, Les Belles Lettres, Paris, 1995, 456 p.

LICOPPE Christian, La formation de la pratique scientifique. Le discours de l’expérience en France et en Angleterre (1630-1820), La Découverte, Paris, 1996, 346 p.

LOCKWOOD Richard, The reader’s figure. Epideictic rhetoric in Plato, Aristotle, Bossuet, Racine and Pascal, Droz, Genève, 1996.

MICHON Hélène, L’ordre du cœur, Champion, Paris, 1996.

MOROT-SIR Édouard, La raison et la grâce selon Pascal, Presses Universitaires de France, Paris, 1996, 276 p.

PÉCHARMAN Martine, « Pascal et le politique », in CORNETTE J. et MECHOULAN H. (dir.), L’État classique, Vrin, 1996, p. 113-132.

PETIT Henri, Descartes et Pascal, L’Harmattan, Paris, 1995.

PRATT Vernon, Machines à penser. Une histoire de l’intelligence artificielle, P.U.F., Paris, 1995, 300 p.

ROBERVAL Gilles Personne de, Éléments de géométrie, textes présentés par Vincent Jullien, Vrin, Paris, 1996.

RODIS-LEWIS Geneviève, Descartes. Biographie, Calmann-Lévy, Paris, 1995.

SALVAYRE Lydie, La Puissance des Mouches, Seuil, Paris, 1995, 176 p.

SERRES Michel, Éloge de la philosophie en langue française, Fayard, Paris, 1995, 278 p.

SEVE Bernard, La question philosophique de l’existence de Dieu, P.U.F., Paris, 1994, 330 p.

WETSEL David, Pascal and disbelief : catechesis and conversion in the Pensées, Catholic University Press, Washington, 1994.

ZARKA Yves-Charles, Hobbes et la pensée politique moderne, P.U.F., Paris, 1995, 308 p.

Le numéro 192 de la revue XVIIe Siècle (juillet-septembre 1996), intitulé Les Usages du Manuscrit, comprend un article de Jean Lesaulnier (« Les manuscrits port-royalistes et jansénistes ») et une étude de Claude Bustarret (« Le papier « écriture » et ses usages au XVIIe siècle »), dans lesquels il est question de Pascal.

Audio-visuel

Cogito. Vies et œuvres des grands philosophes, vol. 1 (Platon, Thomas d’Aquin, Descartes, Pascal, Spinoza, Rousseau), La Cinquième Video, VHS SECAM 78 minutes, 1996.

Madame Julia Guinzbourg a obtenu le prix Vaksmakher pour sa traduction en russe des Pensées de Pascal, avec introduction et apparat critique.

Haut de page

Notes

1 Gérard Bensussan, souffrant, n'a pu parler de Franz Rosenzweig (1886-1929).

2 L'imagination peut avoir trois formes : deux régimes simples, l'affection (passions et impressions) et artifice (productions concrètes) et un régime mixte, l'auto-réflexion (les délires).

3 Traduction française inédite de Luca Badini-Confalonieri.

4 Corneille, Attila.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Descotes, Stéphanie Miteran et Thérèse Goyet, « Nouvelles pascaliennes », Courrier du Centre international Blaise Pascal, 19 | 1997, 37-48.

Référence électronique

Dominique Descotes, Stéphanie Miteran et Thérèse Goyet, « Nouvelles pascaliennes », Courrier du Centre international Blaise Pascal [En ligne], 19 | 1997, mis en ligne le 06 janvier 2016, consulté le 24 mai 2017. URL : http://ccibp.revues.org/567

Haut de page

Auteurs

Dominique Descotes

CERHAC, Université Blaise Pascal

Articles du même auteur

Stéphanie Miteran

Professeur de Lettres
Lycée Claude et Pierre Virlogeux

Thérèse Goyet

premier directeur du C.I.B.P.
CERHAC, Université Blaise Pascal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Centre international Blaise Pascal

Haut de page
  • Logo Université Clermont Auvergne
  • Logo PUBP (Presses Universitaires Blaise Pascal)
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo IHRIM (Histoire des représentations et des Idées dans les Modernités)
  • Logo POLEN (Pôle éditorial numérique de l'Université Clermont Auvergne)
  • Logo BCU (Bibliothèque Clermont Université)
  • Revues.org