Navigation – Plan du site
Chroniques

Nouvelles pascaliennnes

Dominique Descotes
p. 25-28

Entrées d’index

Mots-clés :

Pascal
Haut de page

Texte intégral

Publications

1Jean Anglade a récemment publié à la Librairie académique Perrin une biographie « composée avec la plume du romancier » intitulée Pascal l’insoumis, qui tente, par le texte et les images, de faire revivre Pascal dans ses trois villes de Clermont, Rouen et Paris, telles qu’il les a connues. Cet ouvrage a été présenté au public au cours d’une cérémonie à la Faculté des Lettres de Clermont-Ferrand, en présence de M. Boutin, Président de l’Université Blaise Pascal, et de M. Lioure, Doyen de la Faculté des Lettres et Sciences humaines.

2Le tome LI des Mémoires de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Clermont-Ferrand est consacré à l’ouvrage de Guy Mourlevat Les Machines arithmétiques de Blaise Pascal. Le livre comprend 52 planches, qui représentent toutes les machines arithmétiques, en vues intérieures et extérieures ; la première partie décrit les « Pascalines » dans leur structure et leur fonctionnement ; la seconde présente leurs ressources secrètes et les opérations (plus nombreuses qu’on ne le croit) que l’on peut effectuer sur elles. Ce livre clair et accessible tient compte de la découverte de la « machine Durant-Pascal », qui a été présentée pour la première fois en 1976, à l’occasion du colloque « Méthodes chez Pascal ». Ce bel ouvrage de l’Académie de Clermont-Ferrand nous fait à sa manière entrer dans les secrets de « Pascal au travail ».

3La thèse de Pierre Force, Le Sens d’un auteur, annoncée par Philippe Sellier dans notre dernier Courrier du CIBP est devenue un livre sous le titre Le Problème herméneutique chez Pascal, à la Librairie Vrin. L’ouvrage, un des premiers sur ce sujet fondamental, présente l’intérêt de montrer que l’interprétation n’est pas seulement, chez l’auteur des Pensées, des Provinciales et des Écrits sur la Grâce, une technique, mais qu’elle constitue le mode même de l’existence humaine.

4Enfin, last but not least, la Bibliographie Blaise Pascal (1960-1969), publiée pour le Centre International Blaise Pascal par Lane M. Heller et Thérèse Goyet vient de paraître aux Éditions ADOSA. Toutes les publications touchant Pascal (livres, articles, comptes rendus, etc.) y sont présentées, année par année, et selon la date dans l’ordre alphabétique. L’index des auteurs et l’index rerum permettent au lecteur de suivre la diversité des thèmes de travail exploités durant cette décennie. Cette bibliographie constitue à la fois un outil de travail personnel et une sorte de cliché des études pascaliennes, à une époque où elles se sont montrées particulièrement fécondes.

5L’important et fervent travail accompli pour la réalisation de cet ouvrage par Thérèse Goyet et L.M. Heller est aussi, d’une certaine manière, celui de tout le CIBP, puisque toutes les notices ont été vérifiées soit par M. Relier, soit par un membre du comité de rédaction, soit par un correspondant du Centre qui a pu examiner les originaux. Autant dire que la bibliographie est, pour les pascaliens, un instrument extrêmement sûr.

Jean ANGLADE, Blaise Pascal l’insoumis, Librairie Académique Perrin (8 rue Garancière), Paris, 1988.

Guy MOURLEVAT, Les machines arithmétiques de Blaise Pascal, La Française d’Édition et d’Imprimerie, Clermont-Ferrand, 1988 (Pour commande, s’adresser à M. Pierre Delaunay, 2 Cité Chabrol, 63000 Clermont-Ferrand. Prix : 150 F + 15 F de frais d’envoi. Chèque à l’ordre de : « Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Clermont-Ferrand »).

Pierre FORCE, Le Problème herméneutique chez Pascal, Vrin, Paris, 1989.

Lane M. HELLER et Thérèse GOYET, Bibliographie Blaise Pascal (1960-1969), CIBP, Éditions ADOSA, Clermont­ Ferrand, 1989 (Pour commande : Éditions ADOSA, B.P. 467, 10 Boulevard Trudaine, 63013 Clermont-Ferrand Cedex). 220 F + 17,40 F de frais d’expédition.

Colloques de Clermont-Ferrand 1990

Droit et pensée politique autour de Pascal

6Réflexion sur Dieu et sur l’homme, référée constamment à l’absolu, l’œuvre de Pascal n’en accorde pas moins la plus grande attention aux réalités terrestres et à la vie sociale, à la cité et à l’État. Les notions de justice et de loi, le rôle de la force et de l’opinion, le statut de la paix et de la guerre, les formes de gouvernement, les clivages sociaux, l’esprit de conservation ou de révolution, les rapports entre la cité terrestre et la cité de Dieu font, dans les Pensées comme dans les Provinciales et dans les Discours sur la Condition des Grands, l’objet d’analyses très denses, dont la subtilité et la profondeur fascinent, aujourd’hui plus que jamais, lecteurs el critiques, donnant lieu aux plus brillantes interprétations*. L’heure est venue de procéder à des mises au point et à des synthèses, sans négliger de poursuivre l’exploration.

7Mais, pour éclairer le sujet et peut-être, pour le renouveler, il faut aussi en aborder un autre, qui offre d’ailleurs en lui-même un intérêt considérable. Il faut, en pénétrant sur un terrain peu défriché, envisager la situation du droit et de la théorie politique au temps de Pascal. Période charnière où la double tradition humaniste et française évolue vers une conception plus rationnelle, plus classique, du droit. Période où la croissance de l’État moderne et de la monarchie absolue rend plus aigu le problème de l’insertion dans la politique des valeurs religieuses et morales.

8Pascal et son entourage définissent un lieu d’observation privilégié pour l’étude de ces grands mouvements de pensée. Membre d’une famille de magistrats souvent engagés dans les affaires de l’État, témoin des convulsions qui agitèrent son temps, lors des troubles de Rouen, à Paris pendant la Fronde, dans une province d’Auvergne où la tenue des Grands Jours était sans doute déjà prévisible, acteur dans des querelles religieuses aux évidentes implications politiques, Pascal a été aussi l’ami de grands seigneurs auprès desquels il a pu préciser sa vision de la société ;et surtout il a été intimement lié avec son compatriote Domat, le plus grand jurisconsulte du temps, dont l’œuvre n’a fait jusqu’ici l’objet que d’approches rapides et superficielles. De ce point de vue aussi, Port-Royal occupe une position centrale.

9Le champ à explorer offre donc à la fois richesse et unité. Il requiert la collaboration de disciplines différentes et la confrontation de multiples points de vue, dans la recherche de quelques grandes lignes de force, qui feront apparaître une image renouvelée du XVIIe siècle.

10Le Centre International Blaise Pascal (CIBP), aujourd’hui, en association avec la Société des Amis de Port-Royal, vous invite à venir ou à revenir à Clermont-Ferrand, à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines, 29 Boulevard Gergovia, du jeudi 20 septembre 1990 après-midi au dimanche 23 septembre inclus (journée d’excursion), pour ce colloque.

11Sur les modalités pratiques une circulaire sera envoyée aux personnes qui en feront la demande. Le temps imparti à chaque communication sera limité à 30 minutes, discussion comprise (ce qui suppose une douzaine de pages dactylographiées). Les propositions doivent arriver avant le 1er octobre 1989 ; elles seront examinées par le comité scientifique, qui élaborera le programme.

12Adresser tout le courrier à

M. Dominique Descotes Centre International Blaise Pascal

Bibliothèque - 1, boulevard Lafayette - BP 27 F 63001 CLERMONT-FERRAND CEDEX

Colloque « Les Signes de Dieu »

13Le Centre de Recherches sur la Réforme et la Contre-Réforme organise, du 19 avril au 21 avril 1990, à la Faculté des Lettres de Clermont-Ferrand, un colloque international consacré aux « Signes de Dieu ». La trentaine de communications annoncée jusqu’à présent couvre un vaste champ, des problèmes théologiques, exégétiques, confessionnels et sacramentels aux retentissements politiques, culturels et scientifiques.

Renseignements : Centre de Recherches sur la Réforme et la Contre-Réforme, 29 Boulevard Gergovia, 63037 Clermont-Ferrand Cedex.

Pascal dans sa ville

Une communication à l’Académie des Sciences Belles-Lettres et Arts de Clermont-Ferrand

14Le 1er mars, Madame Régine Pouzet a présenté à l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Clermont-Ferrand, une communication sur « le dernier logis des neveux de Pascal ».

15On croyait que la maison de Louis et de Marguerite Périer avait disparu lors de l’aménagement de la rue des Grands-Jours. Il n’en est rien. Malgré plusieurs projets de démolition suscités, au XVIIIe siècle, par des riverains de la rue Fléchier, elle dresse toujours sa large façade, rénovée après 1750, à l’angle ouest de cette rue et de la rue du Terrail. Elle perpétue, pour les Clermontois, le souvenir de deux personnages mêlés à l’histoire de Port-Royal el du Jansénisme et qui s’attachèrent à conserver, pour la postérité, les œuvres et le souvenir de leur oncle Blaise Pascal.

16Sources : Archives départementales du Puy-de-Dôme.

Pascal, l’Université Blaise-Pascal et « Les Leviers du Futur »

17Le 25 octobre. 1988, place de Jaude, M. Roger Quilliot, Sénateur-maire de Clermont-Ferrand, a inauguré l’exposition « Les Leviers du Futur », qui a reçu la visite M. Hubert Curien, Ministre de la Recherche et de la Technologie. Dans cette exposition, consacrée aux divers aspects de la recherche de pointe locale, l’Université Blaise Pascal occupait une place centrale et un « superbe stand » qui concentrait les productions de ses nombreux organismes scientifiques, techniques et littéraires. Un grand panneau était réservé au CIBP, qui représentait au public, sous la sanguine de Domat, les statuts et les objectifs du Centre. Le succès de l’exposition a dépassé l’attente (plus de 20 000 visiteurs pour le seul dimanche 30 octobre, et des retardataires empêchés par l’heure de clôture). Les publications exposées par le CIBP (prospectus, Courrier, catalogue de l’exposition Blaise Pascal « Auvergnat ») ont vraisemblablement intéressé les curieux, puisque dès la fin de la première journée elles avaient toutes disparu. Il est satisfaisant de penser que notre Université de tutelle ait marqué en donnant une place centrale au CIBP, qu’elle ne conçoit pas son ouverture sur l’avenir comme une simple course en avant, mais qu’elle place sa recherche et son développement dans le sillage du plus grand chercheur d’Auvergne. D’ailleurs, Pascal, qui allait montrer sa calculatrice au public, n’aurait certes pas hésité à présenter aux Clermontois des productions scientifiques et techniques du complexe universitaire scientifique des Cézeaux.

Le Prix de Blaise Pascal

18À l’initiative du Club des Ouvreurs*, un Prix Blaise Pascal a été créé en 1988 afin de récompenser la rencontre chez un même auteur de l’esprit de géométrie et de l’esprit de finesse. Pratiquement, il couronne un ouvrage de caractère littéraire écrit par un techno-scientifique.

19Ce prix offre de grandes originalités :

201. une récompense de 100 000 F, composé d’un chèque de 99 500 F et un billet de 500 F, familièrement appelé un « Pascal » à cause des visages de l’auteur de la machine arithmétique qui l’illustrent ;

212. cette somme est fournie par les entreprises clermontoises qui s’estiment bénéficiaires des travaux de Blaise Pascal. Et elles devraient être nombreuses.

223. la sélection des candidatures s’opère à trois niveaux :

23a/ le Secrétaire Général du Prix établit une liste d’ouvrages susceptibles d’être couronnés avec la collaboration des libraires clermontois ; les éditeurs de ces ouvrages sont invités à envoyer un exemplaire à chacun des Présidents des deux Universités de la Région ;

24b/ sous la direction de professeurs, deux groupes d’étudiants volontaires choisissent cinq ou six ouvrages qui leur paraissent propres à recevoir ce prix ;

25c/ le Jury terminal, formé de critiques littéraires parisiens et de spécialistes régionaux (journalistes, écrivains, professeurs, directeur du CIBP) reçoit ces ouvrages deux fois sélectionnés et adresse des notes de principe de 0 à 20 au Secrétaire Général, Président du Jury, qui les totalise et peut ainsi, avant la remise officielle, inviter le lauréat à la cérémonie.

26Celle-ci se déroule l’après-midi du 19 juin, jour anniversaire de la naissance de Pascal, dans le grand salon de l’Hôtel de Ville, en présence des média, des divers jurys et de nombreuses personnalités.

27En 1988, le lauréat a été l’astro-physicien québécois Hubert Reeves pour son ouvrage. Le temps de s’enivrer (Le Seuil).

* Le Club des Ouvreurs, créé le 16 janvier 1987, à l’initiative de Roger Quilliot, Sénateur-Maire de Clermont-Ferrand, pour faire connaître la cité clermontoise, regroupe une cinquantaine de membres, industriels, sportifs, écrivains, commerçants et universitaires.

Pascal, petit génie de l’Europe

28Blaise Pascal qui a été retenu pour représenter la France à l’exposition organisée à la Maison de Radio de Paris, intitulée « Les petits génies de l’Europe », ouverte du 15 décembre 1988 au 8 janvier 1989, à laquelle participent les douze pays de la CEE.

29À cette occasion, Serge Hélias, directeur de l’école des Beaux-Arts, a conçu une grande vitrine symbolisant l’illustre Auvergnat. Celle-ci comporte un fond, une gravure de Clermont-Ferrand au XVIIIe siècle, une scène représentant l’enfance studieuse de Blaise Pascal.

30Parallèlement, la ville de Clermont-Ferrand présentait ses atouts culturels, touristiques et ses possibilités d’accueil en matière de congrès à l’aide de quatre panneaux illustrés.

L’expérience du Puy-de-Dôme par l’ordinateur

31Le Club informatique Micro Data projette, avec l’appui du CIBP, de reconstituer la grande expérience de l’équilibre des liqueurs de Pascal. L’originalité du projet consiste en ce que l’expérience sera menée simultanément d’une part telle qu’elle a pu avoir lieu dans la réalité (avec les instruments, les moyens de locomotion et les costumes d’époque), d’autre part avec des moyens informatiques modernes. Des stands d’information permettront d’intéresser le grand public à cette opération, qui coïncidera avec la tenue du Colloque « Droit et Pensée politique autour de Pascal » organisé par le CIBP.

32Micro Data (M. Fourvel), 5 avenue Joseph-Claussat, 63400 Chamalières.

Décès

33Nous avons appris avec beaucoup de peine le décès, survenu à Bruxelles le 8 février 1989, à l’âge de 77 ans, de Monsieur Émile Jacques.

34Inspecteur Général honoraire du Ministère des Finances de Belgique, titulaire des plus hautes décorations belges et luxembourgeoises, M. Jacques a voulu qu’on inscrive sur le faire-part de son décès « Ami de Port-Royal ». Cette amitié, pour lui pierre d’assise au sein de « la foi et l’espérance chrétiennes » s’était tout naturellement reportée sur notre association à laquelle M. Jacques avait adhéré en 1981, c’est-à-dire dès sa fondation, reconnaissant ainsi sa complémentarité et de situation géographique et d’activité. M. Jacques a participé aux deux colloques de Clermont de 1976 et de 1982. Attentif et modeste, il donnait par sa présence le meilleur de lui-même, avec plus de ferveur encore et de douceur avenante quand, se sachant gravement malade, aux Journées de Port-Royal d’Orval, en octobre 1987, il présentait les images et les traces de Port-Royal disséminées dans le monde. Sa fidélité savait les faire voir sous les apparences d’aujourd’hui.

35Les Amis et Correspondants du CIBP prient les membres de la famille de M. Émile Jacques de bien vouloir agréer l’expression de leur sympathie.

Haut de page

Bibliographie

Liste des ouvrages en dépôt au CIBP

ERNST, Pol. Approches pascaliennes. - Gembloux, 1970. - 709 p.

Blaise Pascal « Auvergnat ». Catalogue d’exposition. - Clermont-Ferrand, 1981.

« Deux grandes figures d’Auvergne : Gilberte et Jacqueline Pascal ». Chroniques de Port-Royal - Clermont-Ferrand, 1982. 76 p. ill.

MOURLEVAT Guy. - Les Machines arithmétiques de Blaise Pascal. - Clermont-Ferrand, 1983. - 76 p., 52 p. de planches.

Jeu de quatre cartes postales noir et blanc représentant les filigranes du manuscrit des « Pensées » de Pascal.

« Ordre par dialogues ». Récital donné à la Faculté des Lettres de l’Université Clermont II le 14 mai 1985, à l’occasion des journées « L’Accès aux Pensées de Pascal ». 1 cassette.

« La violence et la vérité » : les « Provinciales » de Blaise Pascal : Récital donné le 16 mai 1986 à la Faculté des Lettres de Clermont-Ferrand. 1 cassette.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Descotes, « Nouvelles pascaliennnes », Courrier du Centre international Blaise Pascal, 10 | 1988, 25-28.

Référence électronique

Dominique Descotes, « Nouvelles pascaliennnes », Courrier du Centre international Blaise Pascal [En ligne], 10 | 1988, mis en ligne le 07 décembre 2015, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://ccibp.revues.org/458

Haut de page

Auteur

Dominique Descotes

CERHAC, Université Blaise Pascal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Centre international Blaise Pascal

Haut de page
  • Logo Université Clermont Auvergne
  • Logo PUBP (Presses Universitaires Blaise Pascal)
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo IHRIM (Histoire des représentations et des Idées dans les Modernités)
  • Logo POLEN (Pôle éditorial numérique de l'Université Clermont Auvergne)
  • Logo BCU (Bibliothèque Clermont Université)
  • Revues.org