Navigation – Plan du site
Chroniques

M. Yoichi Maeda

Le point de vue d’un élève japonais
Tetsuya Shiokawa
p. 7-8

Entrées d’index

Mots-clés :

Maeda (Yoichi)
Haut de page

Texte intégral

1La carrière scientifique de M. Yoichi Maeda était, faut-il le rappeler, aussi exemplaire que brillante. Avoir écrit à l’âge de vingt-huit ans une thèse d’État sur les Arguments apologétiques chez Montaigne et chez Pascal sous la direction de Léon Brunschvicg, avoir inventé une nouvelle méthode de lecture du manuscrit des Pensées autour de la quarantaine et enfin avoir entrepris à cinquante ans passés un monumental commentaire du chef-d’œuvre de Pascal pour le continuer jusqu’à la fin de sa vie, voilà qui pourrait largement contenter même des chercheurs compatriotes de Pascal. Or il se trouve que M. Maeda, était un Japonais, conscient et fier de l’être, et ne cessait de s’interroger sur la signification qu’il y avait à ce qu’un Japonais étudiât l’une des grandes figures de la civilisation française. Il était de ce fait plus qu’un grand maître des études pascaliennes pour nombre de ses élèves japonais. Il faudra pourtant considérer, pour s’en rendre bien compte, les circonstances dans lesquelles se sont déroulés les recherches et les enseignements de M. Maeda.

2Fils d’un haut fonctionnaire, Taemon Maeda, qui fut un temps ministre de l’Éducation nationale tout de suite après la Seconde Guerre mondiale, il a passé trois années à Genève dans son enfance et appris le français dans une école internationale, ce qui est une expérience exceptionnelle pour les Japonais de sa génération. Rentré dans son pays natal, il a préparé la faculté de droit de l’Université impériale de Tokyo. Inazo Nitobe, penseur connu et qui fut sous-directeur général de la Société des Nations, lui avait conseillé de mettre à profit son séjour en Europe pour promouvoir la compréhension internationale. Il rêvait en effet de travailler dans la Société des Nations. Mais il a changé d’avis au dernier moment et choisi de faire de la littérature française à la faculté des lettres. Entretemps, il avait découvert Pascal.

3Les études françaises au Japon sortaient alors à peine du stade primitif et peu s’intéressaient à Pascal, qui n’était pas inscrit dans le programme de la section de la littérature française. M. Maeda a donc dû frayer le chemin presque à lui seul. La difficulté est évidemment grande d’étudier un auteur apparemment aussi éloigné de la civilisation japonaise. Il en a triomphé avec ses dons exceptionnels pour les langues et la sympathie profonde qu’il portait à son objet. Ajoutons que l’ambiance chrétienne où il avait été élevé lui a beaucoup servi. Après avoir ainsi mené à terme un brillant mémoire de licence qui traitait le problème de l’au-delà chez Pascal, il est parti pour la France en vue de continuer ses études.

4Mais, une fois embarqué en France et ayant pris contact avec d’éminents pascaliens de la Sorbonne, tels que Gustave Michaut, Fortunat Strowski et surtout Léon Brunschvicg, il s’est peu à peu aperçu que ce qu’il avait fait et ce qu’il se proposait de faire n’était guère une étude au sens que ce mot avait en français. Ce qui passait pour les études littéraires au Japon était plutôt de libres réflexions sur les écrivains et leurs œuvres, ce qui les rapproche du genre de l’essai. Ce n’est pas qu’il n’y ait pas dans notre pays une solide tradition de la philologie des classiques chinois et japonais. Mais souvent les connaissances exactes et minutieuses de faits s’y allient à une appréciation morale et esthétique toute subjective et parfois même arbitraire. D’ailleurs notre enseignement littéraire ne connaît ni l’explication de textes ni la dissertation dont il nous est difficile de nous faire une idée précise. C’est dire que les deux cultures littéraires française et japonaise diffèrent non seulement en elles-mêmes, mais aussi dans la manière de s’en approcher, de les pratiquer et de les goûter. Leçon, explication de textes, dissertation et thèse, ce sont autant d’approches des textes littéraires qui constituent à leur tour la culture littéraire française au second degré et en font partie intégrante.

5Dans ces conditions, M. Maeda avait devant lui deux tâches à accomplir, celle d’étudier Pascal le plus profondément possible et celle d’apprendre à fond les méthodes d’études littéraires telles qu’elles étaient pratiquées en France. Qu’il ait pleinement réussi dans son entreprise, sa thèse en est une éclatante preuve. Il est l’un des tout premiers Japonais à avoir compris ce que c’était que les recherches philologiques dans les études littéraires. On devinera aisément que cette compréhension profonde s’est reflétée dans les enseignements de la langue et de la littérature française qu’il a donnés pendant un quart de siècle à l’Université de Tokyo. Ses leçons, toujours claires et larges de vue, portaient non seulement sur le contenu des œuvres qu’il traitait mais aussi sur leur aspect formel et surtout sur la manière dont les Français les reçoivent et les goûtent.

6M. Maeda était un grand admirateur de la civilisation française mais il n’en était pas pour autant un porte-parole inconditionnel. Il n’a jamais oublié son point de vue japonais d’où il s’efforçait de relativiser la civilisation française, ce qui lui a permis par ricochet d’en faire autant pour la sienne propre. Ce faisant, son plus cher souhait était que les civilisations ainsi relativisées puissent entrer en communication réciproque avec amour et dignité et il ne cessait de prôner cet idéal à ses élèves à travers ses leçons sur Pascal et d’autres écrivains français. N’oublions pas qu’il a aussi joué un rôle important au sein de l’UNESCO comme membre et ensuite vice-président du comité japonais de cet organisme international. En cela il a rejoint et réalisé en quelque sorte son rêve d’adolescence.

7Il n’est cependant pas de ceux qui ignorent la problématique et les difficultés inhérentes aux échanges culturels. Il n’aurait d’ailleurs pu éluder la question, même s’il l’avait voulu. Il remarquait que nous autres Japonais avions beaucoup de difficultés à bien apprendre les langues étrangères et à nous exprimer par exemple dans les conférences internationales, et cela en comparaison non seulement des Européens et Américains mais aussi de beaucoup d’Africains et d’Asiatiques pour qui les langues internationales que sont le français et l’anglais ne sont pas leurs langues maternelles. M. Maeda, qui en est une brillante exception, déplorait évidemment cette situation et déployait beaucoup de ses forces pour l’enseignement du français. Mais, penseur, il ne s’arrêtait pas à l’« effet » au sens pascalien du mot, même pour le dépasser et le transformer. Il en a aussi cherché la « raison » pour l’expliquer. Si les intellectuels de nombreux pays d’Afrique et d’Asie maîtrisent si bien le français ou l’anglais, c’est, disait-il, que les langues et la civilisation de l’Occident y coexistent bien avec celles qui sont autochtones, mais d’une façon indépendante, comme si elles avaient été imprimées séparément sur les deux côtés d’une feuille. Il y a donc une cloison étanche entre la culture populaire et la culture savante directement calquée sur la civilisation occidentale, ce qui facilite évidemment la communication avec celle-ci au niveau des élites, mais pose le problème de savoir comment réaliser l’unité culturelle du pays. Par contre, le Japon, qui s’est lancé dans la voie de la modernisation par la Restauration de Meiji survenue il y a cent vingt ans, a adopté la politique de traduire systématiquement en sa propre langue presque tous les fruits de la civilisation occidentale pour l’incorporer dans les tissus mêmes de sa culture. Cela a si bien réussi que, à part les premières années de l’ère Meiji, tous les enseignements sont donnés en japonais même pour les disciplines proprement occidentales, y compris les lettres et les idées françaises. Les éléments traditionnels et les éléments importés y sont liés on ne peut plus étroitement comme dans une broderie où il y a un va-et-vient incessant de l’aiguille entre l’endroit et l’envers de l’étoffe. Ce procédé a beaucoup contribué à façonner une nouvelle culture du Japon moderne qui est devenu le creuset des civilisations de l’Orient et de l’Occident. Mais il a eu pour rançon de détourner du contact direct avec les langues étrangères et de créer en nous des blocages psychologiques qui nous empêchent de nous exprimer et de communiquer facilement avec les étrangers.

8Voilà l’explication de M. Maeda et il a souvent exhorté ses élèves à collaborer au travail commun de la broderie qu’est la culture japonaise en faisant des études françaises. S’il tenait à écrire son commentaire des Pensées en japonais, alors qu’il aurait très bien pu le faire en français, c’est qu’il était convaincu que ses travaux contribuaient puissamment à promouvoir la culture japonaise qu’il a tant aimée. Cela n’était pas incompatible dans son esprit avec l’autre tâche non moins importante de faire comprendre aux étrangers ses propres travaux et les caractères originels de la civilisation japonaise ; au contraire, il n’a cessé d’assumer lui-même et de proposer à ses élèves cette double mission. Exigence extrêmement ardue mais fascinante en ce qu’elle ouvre de vastes horizons non seulement pour notre propre culture mais aussi pour une meilleure compréhension entre peuples et civilisations. M. Maeda nous a légué un devoir qui est aussi un grand espoir.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Yoishi Maeda
URL http://ccibp.revues.org/docannexe/image/448/img-1.png
Fichier image/png, 38k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tetsuya Shiokawa, « M. Yoichi Maeda », Courrier du Centre international Blaise Pascal, 9 | 1987, 7-8.

Référence électronique

Tetsuya Shiokawa, « M. Yoichi Maeda », Courrier du Centre international Blaise Pascal [En ligne], 9 | 1987, mis en ligne le 07 décembre 2015, consulté le 19 août 2017. URL : http://ccibp.revues.org/448

Haut de page

Droits d’auteur

Centre international Blaise Pascal

Haut de page
  • Logo Université Clermont Auvergne
  • Logo PUBP (Presses Universitaires Blaise Pascal)
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo IHRIM (Histoire des représentations et des Idées dans les Modernités)
  • Logo POLEN (Pôle éditorial numérique de l'Université Clermont Auvergne)
  • Logo BCU (Bibliothèque Clermont Université)
  • Revues.org