Navigation – Plan du site

L’expérience d’un récital

Dominique Descotes
p. 19

Texte intégral

1Le récital « Ordre par dialogues » présenté le 14 mai 1985 dans le grand Amphithéâtre de la Faculté des Lettres, est le quatrième spectacle consacré à Pascal présenté à Clermont depuis quinze ans. Il succède au récital, « Paroles de Pascal », donné par les étudiants de la Faculté des Lettres, le 11 mai 1971 ; au spectacle Blaise Pascal conçu et réalisé par Pierre Laroche avec le Rideau de Bruxelles, à l’Opéra municipal, le 29 février 1980, et à celui du Théâtre de la Fontanelle, donné dans la petite salle de la Maison des Congrès et de la Culture, le 25 novembre 1982. Il soutenait les journées sur L’Accès aux Pensées de Pascal par une représentation qui était aussi une expérience pédagogique. La réflexion de fond sur le travail des interprètes viendra dans les Actes du colloque. Quelques lignes diront en attendant en quoi ce récital a pu servir les buts du CIBP.

2L’équipe des récitants était fort diverse : trois professeurs de l’enseignement secondaire, une dizaine d’étudiants échelonnés de la première année à la maîtrise, et last dans le cursus, but not the least par le dynamisme, un élève de terminale. Une étudiante allemande s’était agrégée à l’expérience commune. On devine qu’il a été difficile et souvent impossible de réunir les quatorze participants, qui avaient charge de famille, de dissertations ou d’âme sœur, avec la régularité nécessaire. De là quelques accrocs à la lettre du texte dans la représentation, bien difficiles à éviter. Aucun de nous n’était professionnel.

3Cela dit, cette diversité même a contribué à la fécondité de l’expérience. Un questionnaire adressé après coup aux interprètes a recueilli des impressions instructives. Beaucoup expriment une saine réaction contre un préjugé défavorable à Pascal, en qui certains (je ne parle pas des professeurs, qui savaient à quoi s’en tenir) voyaient – je cite – un des « rabat-joie de la littérature française, image que le travail actif a rapidement détruite. Malgré sa difficulté, le texte a passionné. À beaucoup, la diction a révélé le dialogue vif et serré, « convaincant de gré ou de force », et du même coup la variété des tons : plusieurs avouent avoir découvert « le côté dynamique et vivant » des Pensées, la combinaison harmonieuse des registres, sublime, tragique et comique : « Pascal est un humoriste ! Oui, oui ! », écrit une récitante encore étonnée. Pascal « tantôt gai, tantôt triste, mais l’esprit toujours vigilant » : ce récital a fait retrouver dans les Pensées cet « agréable pris du vrai » que leur auteur cherchait. Enfin, tout naturellement, la qualité sonore et poétique du texte a frappé, parce que, comme l’a senti notre collaboratrice allemande, « ce ne sont pas des ornements pour embellir le texte », mais le moyen d’exprimer des idées « justes », « fortes » et de portée très moderne. De mon côté, j’ai constaté à quel point la rhétorique de Pascal soutient son interprète : les récitants de « Disproportion de l’homme », du discours de l’apologiste dans le fragment 427, d’« Imagination » ou du fragment sur les trois ordres, se souviennent d’être venus à bout de leur partie au prix de répétitions parfois... répétitives ; mais l’expérience montre que si la force du texte les a poussés hors de leurs retranchements naturels, sa fermeté syntaxique les a si bien soutenus qu’ils ont été eux-mêmes surpris du résultat.

4À la représentation, l’assistance était assez nombreuse. Suivant, non sans inquiétude, les événements, j’ai constaté que le public s’est vite accordé au rythme du récital. L’ordre des textes suivait, à quelques transformations près, celui que Pascal a dessiné : il possède sa respiration propre, les temps d’émotion alternant avec la détente, l’ironie avec la véhémence, le comique avec l’exaltation. Cette diversité a touché, je crois, car le spectacle, malgré une mise en scène quasi janséniste, semble avoir été suivi agréablement.

5Qu’est-ce qui, dans ce travail, sert la cause du CIBP ? Je suis frappé par le fait qu’il a suffi d’un contact direct avec les Pensées pour faire tomber les préventions et remporter un appréciable succès. Le questionnaire de 1979 qui préparait la naissance du CIBP, avait suscité la réponse : « la question unique est que Pascal soit lu ». Un des meilleurs moyens d’y parvenir est sans doute de le faire d’abord entendre.

6Nos amis pourront se procurer au CIBP l’enregistrement sur minicassette. Pour beaucoup, ce sera un souvenir ; pour certains, un instrument pédagogique, et pour tous, nous l’espérons, un possible « accès aux Pensées de Pascal ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Descotes, « L’expérience d’un récital », Courrier du Centre international Blaise Pascal, 6 | 1984, 19.

Référence électronique

Dominique Descotes, « L’expérience d’un récital », Courrier du Centre international Blaise Pascal [En ligne], 6 | 1984, mis en ligne le 27 novembre 2015, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://ccibp.revues.org/432 ; DOI : 10.4000/ccibp.432

Haut de page

Auteur

Dominique Descotes

CERHAC, Université Blaise Pascal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Centre international Blaise Pascal

Haut de page
  • Logo Université Clermont Auvergne
  • Logo PUBP (Presses Universitaires Blaise Pascal)
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo IHRIM (Histoire des représentations et des Idées dans les Modernités)
  • Logo POLEN (Pôle éditorial numérique de l'Université Clermont Auvergne)
  • Logo BCU (Bibliothèque Clermont Université)
  • Revues.org